• Accueil > 
  • Débats > 
  • Opinions 
  • > Lutte contre les changements climatiques : le Québec est loin d'être un cancre 
Source ID:58093b86d63036e39ed167d870dc0fa0; App Source:StoryBuilder

Lutte contre les changements climatiques : le Québec est loin d'être un cancre

Notre bilan n'a rien à envier à celui... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Notre bilan n'a rien à envier à celui de la majorité des sociétés avancées, surtout si l'on tient compte de notre climat extrêmement rigoureux, écrit l'auteur.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Marc Tremblay

Montréal

Il était pour le moins ironique de voir Dominic Champagne et ses amis artistes donner des leçons aux Québécois en matière environnementale comme c'est le cas dans une vidéo diffusée cette semaine qui accusait le gouvernement Québécois de ne rien faire.

Tout comme il était troublant d'entendre le « fuck nous autres » de Luc Ferrandez, qui déchirait lui aussi sa chemise il y a quelques jours pour des raisons similaires. Car, contrairement à ce que certains laissent entendre, le Québec n'est pas le dernier des cancres en matière de lutte contre les changements climatiques.

Comme l'a souligné le magazine L'actualité dans son dernier numéro, le Québec, loin d'être un grand pollueur, est le champion canadien du bilan carbone. Le Québec produit à peine 11 % des GES au Canada alors qu'il compte pour près du quart de sa population. En moyenne, chaque Québécois produit six fois moins de GES que l'Albertain moyen, sept fois moins que le citoyen de la Saskatchewan, beaucoup moins que l'Américain moyen. 

En plus de taire cette réalité, les auteurs de la vidéo ont utilisé une mesure absurde pour illustrer notre prétendue inaction : « Les émissions de GES sont deux fois plus élevées au Québec que la moyenne mondiale », lance-t-on à la fin de la vidéo.

Soyons sérieux ! Le Québec est une société industrielle avancée alors que la majorité des pays sur Terre sont encore en voie de développement.

Cette comparaison tait également un autre facteur que personne ne devrait ignorer : notre climat extrêmement rigoureux. En réalité, notre bilan n'a rien à envier à celui de la majorité des sociétés avancées, surtout si l'on tient compte de ce dernier facteur qui pèse lourd dans un bilan énergétique...

En réalité, le Québec, grâce à son hydroélectricité, a été un pionnier des énergies non fossiles bien avant que les changements climatiques ne deviennent un enjeu planétaire. Et malgré qu'il ait pris il y a plus de 50 ans le virage vers l'énergie propre, il a quand même réussi à améliorer son bilan en réduisant ses émissions de 9 % entre 2005 et 2017, selon un récent rapport des Nations unies sur les changements climatiques.

De plus, le Québec a été, avec la Californie, le premier État nord-américain à intégrer le marché du carbone. Il est certainement possible d'améliorer ce bilan en accélérant par exemple la conversion à la voiture électrique, en développant davantage les transports publics et en mettant un frein à l'étalement urbain. Mais ces projets inachevés ne justifient pas une campagne aux accents diffamatoires qui passe sous silence les mérites considérables du Québec en matière environnementale.

Un silence éloquent

La vidéo et les discours de certains verts taisent également une réalité statistique habilement tenue sous silence pour ne pas gâcher une indignation qui semble inversement proportionnelle au poids du Québec dans le bilan planétaire. Le Québec produit moins de 0,2 % des GES dans le monde, soit le dixième des GES canadiens qui s'élèvent à 2 % du total global. Ainsi, si on éteignait les lumières, si le Québec disparaissait de la carte, le bilan planétaire s'en trouverait amélioré de 1/500. Personne n s'en rendrait compte... à part nous, bien sûr.

En fait, c'est inexact, car si le Québec n'existait plus, il ne pourrait plus exporter son électricité chez ses voisins ontariens ou américains.

L'amélioration du bilan global d'émission de GES diminuerait encore moins que les 1/500 dont il est responsable. Et il y a fort à parier que nos exportations d'hydroélectricité désormais inexistantes seraient remplacées par une consommation accrue de charbon et de pétrole qui demeurent les principales sources d'énergie chez nos voisins. Mais heureusement, c'est précisément l'opération inverse que veut réaliser François Legault dont on blâme haut et fort l'inaction : augmenter les exportations d'hydroélectricité dans les États du Nord-Est américain. Ce n'est pas un si mauvais plan de lutte contre les changements climatiques quand on songe que l'État de New York, où il était cette semaine, consomme à lui seul à peu près autant d'énergie fossile que le Canada en entier.

Dominic Champagne, ses amis artistes et les verts en général ont raison d'affirmer que le défi posé par les changements climatiques est considérable et ne peut laisser personne indifférent. Mais laisser entendre comme ils le font que le Québec et son gouvernement ne font rien est mensonger. C'est une sorte de Québec bashing aussi inconscient que déplorable qui nie la réalité québécoise en matière environnementale.

Le Québec n'a pas à rougir de son bilan, les chiffres le démontrent noir sur blanc. En fait, notre contribution au bilan planétaire est tout à fait louable et risque de s'améliorer davantage si nous convainquons nos voisins de remplacer leur pétrole et leur charbon par notre électricité comme le gouvernement promet de le faire.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer