Depuis que la fille du fondateur de Huawei a été arrêtée en décembre à Vancouver, la Chine n’a pas cessé d’intimider le Canada, d’abord en arrêtant des ressortissants canadiens en Chine et en leur infligeant de mauvais traitements, ensuite en bloquant l’importation de certains produits agricoles et de certaines viandes.

Sylvio Le Blanc Sylvio Le Blanc
Montréal

Et comment réagit le premier ministre canadien ? Il autorise Huawei Canada à étendre les services sans fil 4G à haute vitesse dans 70 communautés de l’Arctique et du Nord québécois en partenariat avec deux entreprises locales. Car c’est ce que fait le mieux Justin Trudeau : tendre l’autre joue.

La table est ainsi mise pour que le géant chinois bénéficie d’un monopole sur l’internet à haute vitesse dans le Grand Nord. Le bouquet serait que Huawei soit autorisée à fournir du matériel pour les réseaux sans fil 5G dans le reste du pays.

Ce que Trudeau ne comprend pas, c’est que Huawei est en définitive aux ordres d’un pays totalitaire.

Une fois les nazis vaincus en 1945, qu’ont fait les soldats états-uniens à Berlin ? Ils ont creusé le sol pour trouver les fils téléphoniques des Russes et intercepter leurs communications. Dieu seul sait ce que pourra faire la Chine avec le 5G.