Source ID:; App Source:

Population minimale viable?

L'auteur appelle le nouveau premier ministre élu du... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

L'auteur appelle le nouveau premier ministre élu du Québec, Philippe Couillard, à tout faire pour protéger l'identité francophone du Québec.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Boucar Diouf

L'auteur est humoriste, conteur, biologiste et animateur.

La colonie de la Rivière-Rouge, c'est le nom que portait l'actuel Manitoba avant 1870. Les francophones y représentaient alors plus de la moitié de la population. Aujourd'hui, si vous allez à Saint-Boniface ou à La Broquerie, vous trouverez des résistants nostalgiques pour vous raconter des histoires de la fragilisation de cette culture et de cette langue que Daniel Lavoie entendait déjà poétiquement gémir dans ses jours de plaines. Vous verrez aussi des gens engagés, qui travaillent très fort pour repousser le rouleau compresseur de l'assimilation devenu presque insoutenable. Ces minorités qui doivent désormais dormir les yeux ouverts pour éviter de ne pas se réveiller.

J'ai écouté des vieillards de Saint-Boniface raconter avec amertume ce tragique destin des francophones métis et canadiens du Manitoba. Ils m'ont parlé de cette honte qu'on avait fini par leur faire éprouver simplement parce qu'ils étaient francophones, avec d'autres façons de faire et d'exister. Ce modus operandi assimilationniste, j'en ai aussi entendu parler à Miramichi, au Nouveau-Brunswick, à Maillardville, en Colombie Britanique, à Gravelbourg et Prince Albert, en Saskatchewan, à Saint-Albert et Brosseau, en Alberta, à Hearst, Timens et Sudbury, en Ontario.

Passionné par la francophonie hors Québec, j'ai souvent visité et prêté l'oreille à ces proches parents, dont le futur incertain est un miroir tendu au Québec actuel. S'il est vrai qu'il est fini le temps où un francophone qui pense que Montréal s'anglicise et qu'il faudrait resserrer la loi 101 pouvait devenir maire de la métropole, cette élection suscite chez moi une question encore plus préoccupante. Avons-nous atteint ce seuil critique où il faut évacuer toute affirmation identitaire de son programme politique pour espérer diriger le Québec?

Si c'est le cas, sans être alarmiste, permettez-moi, monsieur Couillard, de penser que le scénario de la Rivière-Rouge se joue déjà sur les battures de Montréal. Et même si les régions ne se sentent pas concernés, quand le coeur se désintéresse, les organes périphériques cessent d'être irrigués et finissent par mourir tranquillement.

Si les peurs de réprimandes célestes d'hier ont permis aux Canadiens français de se multiplier abondamment et de garder une population viable, aujourd'hui, ce sont d'autres frayeurs qui nous amènent progressivement vers une incontestable et irréversible vulnérabilité identitaire. Parce que nous sommes profondément pacifiques, nous avons peur de la chicane, mais surtout d'être taxés d'intolérants.

Ce péché nouveau genre qui condamne instantanément celui qui est pointé du doigt au goulag social des sociétés multiculturelles commence à nous faire mal. Si je dis «nous» dans ce texte, monsieur Couillard, c'est parce que j'ai choisi cette nation pour ce qu'elle a de différent à offrir, et y ai engendré des enfants qui, je souhaite, s'ouvriront aux autres sans jamais renier leur appartenance francophone québécoise qui, au-delà de la langue, est une autre façon d'accueillir, d'éduquer, de créer, de partager, de travailler et même de paresser. J'espère donc sincèrement que la culture et l'identité réintégreront rapidement vos vraies affaires maintenant que vous avez le plein pouvoir.

Monsieur Couillard, entre les espèces en santé et celles qui sont menacées, il y a un seuil que les écologistes qualifient de «population minimale viable», et j'ai malheureusement le sentiment qu'à moins d'une forte résistance, nous arrivons à Montréal à ce dramatique point d'inflexion annonciateur du début d'une dégringolade nationale.

Lorsque la passivité, le doute et la fierté ébranlée, ces trois grands alliés de l'assimilation, sont au rendez-vous, fermer les yeux pour mieux ignorer ce qui se profile à l'horizon peut devenir un mode de vie. Un peu comme dans l'histoire de cet homme qui, tombant du haut d'un gratte-ciel, se répétait «jusque-là, tout va bien!» Ce monsieur qui avait malheureusement oublié qu'après la chute libre, il y avait l'atterrissage.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer