Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip

Élections 2012: chacun vote pour soi?

Pierre-Paul Ferland
 

Pierre-Paul Ferland

Étudiant au doctorat en Études littéraires à l'Université Laval

Dans la folie de la couverture médiatique des élections 2012, j'ai vu un vox pop diffusé à RDI qui renforçait le stéréotype selon lequel les personnes âgées s'inquiètent seulement de leur santé. Interviewés dans un centre d'hébergement, tous les répondants répétaient que la santé était leur (seule) préoccupation électorale. Le message du vox pop était clair: la majorité des personnes âgées de la province de Québec votera pour le parti qui lui semble le plus apte à gérer le système de santé. Pour eux.

À partir de quel âge se met-on à se préoccuper uniquement de l'enjeu de la santé lors d'élections provinciales? La question est volontairement provocante.

Voici mon vox pop maison. Des connaissances qui exercent le métier d'enseignant veulent appuyer la CAQ pour obtenir une augmentation de salaire. Pour eux. Des «amis des amis» pharmaciens veulent bloquer la CAQ parce qu'elle entend diminuer leurs redevances. Les leurs. D'autres qui étudient à l'Université votent pour la gratuité scolaire que propose Québec solidaire. Pour eux. Ou un parent veut élire le PQ parce qu'il doit envoyer son enfant en garderie privée non subventionnée en attendant une place dans un CPE - place que Pauline Marois lui promet.

Conclusion: les aînés ne sont pas seuls à penser d'abord à leurs intérêts. En vue des élections, monsieur-madame-tout-le-monde (contrairement à monsieur-madame-personne?) tire la couverture de son bord. On connaît la célèbre phrase de JFK: «Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays.» On est bien loin de ça!

Ce comportement ne montre-t-il pas certaines limites de notre État-providence? Comment en vouloir à ces personnes qui contribueront, contribuent ou ont contribué à l'effort public (avec des pelletées de taxes, de tarifs et d'impôts) de vouloir grappiller leur part du gâteau? Ne sont-ils pas en droit de demander ce qu'ils estiment être un juste retour sur leur investissement? On entend souvent dire que les gens votent comme ils achètent. Un parti, c'est une image de marque. Il faudrait s'étonner que les électeurs demandent un minimum de service à la clientèle ensuite?

Ça donne quoi? Des chefs qui sortent des médecins, des éducatrices ou des employeurs de leur chapeau. Des promesses sous forme de garanties prolongées: un médecin, une famille, un an; un enfant, une place, quatre ans. Sinon vote échangé? Gaétan Barrette a déjà renoncé à démissionner s'il ne livrait pas la marchandise... Voici une manière de faire de la politique qui n'inspire plus les passions de personne mais qui convient aux aspirations personnelles de chacun.

J'ai toujours détesté entendre la phrase «J'ai jamais voté pour ça!» quand un citoyen conteste une décision du gouvernement. À chaque fois, ça me fait penser à quelqu'un qui a voté pour son propre bénéfice et qui a signé le contrat sans lire les lignes en petits caractères en bas du document.

Lors des élections 2012, faites-moi plaisir: lisez le contrat avant de faire votre X (et changez de poste quand vous voyez un vox pop à la télé).

Twitter : @ppferland

Partager
Image d'un ordinateur portable

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Icone tooltip


Commentaires (5)

Commenter cet article »

  • C'est vrai ce que vous dites mais il me faut bien ne pas être d'accord avec vous si je veux discuter de la chose. Moi je crois qu'il y a aussi beaucoup de générosité dans chacun des électeurs parce qu'il y en a dans les êtres humains en général. Comme Simone Weil le dit :« L'homme voudrait être égoïste et ne peut pas. C'est le caractère le plus frappant de sa misère et la source de sa grandeur.»
    Si on prend les étudiants qui ont mené cette contestation basée sur l'égoisme disent certains, plusieurs y ont vu au contraire une créativité et un renouveau. Ça brise des choses, ça dérange des vies mais la générosité consistait peut-être à ça justement, une destruction créatrice, un "ôtes-toi de là que je m'y mette" collectif.
    Pour les vieux dont vous parlez et dont je suis, il faut voir que ce n'est pas facile non plus de mourir bien en rang avec son numéro de rang de passage devant le docteur à la main. Si on ne défile pas dans les rues, c'est une question de jaquette bleue qui n'est pas assez fermée à l'arrière comme j'ai déja dit, on a la générosité nous de ne pas vous montrer notre derrière c'est déja ça parce que c'est surement moins joli que la quasi nudité des jeunes étudiantes.
    Non, c'est sur que tout le monde a son intérêt mais tout le monde a aussi sa générosité et ça tombe bien car il va falloir aprrendre à l'être généreux parce qu'avec Pauline on s'en va vers un monde communiste et altruiste : on donne à Pauline et Pauline donne à tout le monde, c'est le programme du PQ un grand programme de générosité forcée et organisée.

  • Vous avez raison. En effet, chaque personne vote pour elle-même, sans considération pour son voisin. C'est la conséquence du vote secret. On se cache, la face pour faire des grimaces sur un bout de papier. Lorsque les gens votent à main levée, qu'ils doivent assumer et faire valoir leurs opinions, on voit plus de consensus, de négociations, de dynamique de groupe.
    Certains ont l'intimidation facile...
    On y voit peut-être une certaine méritocratie, mais au moins, il y a un dialogue de société. Une fois ce dialogue fait, le front est souvent plus uni. Les votes de grève sont souvent au delà des 90 %, parce que les syndicats votent à main levée et qu'il s'y trouve un discours de groupe.
    Surement que le jeune sera plus enclin à céder sur ses frais de scolarité. Et l'ainé, accepter d'attendre quelques heures de plus à l'hopital et on arrivera à une solution mitoyenne.
    En attendant, c'est la méritocratie du $$. Le parti qui ramasse le plus gagne le pouvoir. J'aime mieux des joutes oratoires, des points de philosophie, du théatre et de la comédie.
    Le vote secret évite la répression politique, mais d'un autre côté, est réducteur pour l'individu.
    Je vois la solution dans l'informatique et les landsgemeinde Suisses. Un gros Landsgemeinde électronique, un genre de forum où on entre notre numéro d'électeur et on fait passer nos lois, électroniquement, sans les élus. Où on a une discussion de société, sans les élus.
    Plus de démocratie représentative. Démocratie POINT.
    Démocratie 2.0


  • L'individualisme est encouragé par les dirigeants car ça permet d'éliminer le pouvoir qu'une société aurait si elle réfléchissait aussi au bien commun. Les media participent activement au processus.

    Par exemple, quelques années après le référendum de 1995, le nouveau message était de dire que les jeunes se désintéressaient de la souveraineté, et pensaient plus à leur réussite, à leurs études, à leurs projets de vie. J'ai entendu ça ad nauseam à la télé , je l'ai lu dans les journaux, et j'avoue qu'en tant qu'indépendantiste, ça me décourageait. Et c'était le but.

    Puis un jour j'ai ouvert mon journal local, ce que je fais rarement. Je suis tombée sur un article qui rapportait un exercice fait au CEGEP Lionel-Groulx et à celui de Ste-Hyacinthe. Les étudiants avaient organisé un référendum, et le OUI passait avec 74% dans un des CEGEP et 76% dans l'autre. On était donc très loin du message officiel d'un désintérêt massif des jeunes pour l'indépendance du Québec. C'est ainsi qu'on manipule l'opinion publique, qu'on décourage ceux qui croient aveuglément en ce qui leur est dit, et qu'on encourage l'individualisme car c'est comme si de penser plus loin que notre petite personne ne donne rien.

    Aucun journaliste d'aucun journal important ni d'aucune chaîne de télévision n'a bien sûr rapporté ce fait avec un titre du genre: le désir de souveraineté plus vivant que jamais chez les jeunes. Ben non. Ça aurait encouragé ceux et celles qu'on veut éteindre de toutes les façons. On tente de les achever avec des arguments absurdes du genre: la souveraineté nous ferait nous FERMER sur nous-même (alors que ça serait le contraire)... et la souveraineté est dépassée (comment l'indépendance d'un peuple peut être dépassée? Ça, ça me dépasse)...

    En terminant, mon hypothèse est que les gens qui ne pensent qu'à un petit bénéfice personnel lorsqu'ils choisissent leur camp sont sans doute peu politisés. Mais je peux me tromper...

  • Il ne faut pas voter en fonction de ses intérêts particuliers, mais penser à l'intérêt collectif.

  • Bien que ce soit déplorable ,je ne crois pas que le prochain scrutin ait pour but réel de s attaquer à des fondations de la société québécoise. Je ne crois pas non plus que le citoyen ait vraiment ces criteres dans son processus décisionnel.
    D ailleurs les expressions vote stratégique et division du vote prennent beaucoup plus le plancher que les programmes offerts par les partis en cause.
    Je crois que cette élection va en engendrer une autre et que les résultats ameneront des changements en profondeur dans les vieux partis qui vont ensuite laisser tout le chemin voulu à l élaboration d objectifs précis face aux fondations de la société. Pour l instant on dirait qu on assiste à une joute de positionnement en préparation à une vraie orientation.
    L analyse des résultats du 4 septembre nous en dira probablement plus sur le débat des prochaines années. Le morcellement des forces souverainistes,le ménage de la fonction publique de la CAQ ,l orientation référendaire du PQ,le rôle politique du PLQ bref,un paquet de sujets fondamentaux de part et d autre qui se confrontent mais qui peut-être se rejoindront apres réflexion et analyses.
    Pour moi le vrai rendez-vous est dans deux ans apres la commission Charbonneau et les changements qui suivront. Inévitablement il y aura une autre élection et d\'ici là les partis devront définir solidement leur programme en fonction de la notion de changements.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;
la liste:9856:liste;la boite:1830524:box; Le tpl:300_op-articles-photos.tpl:file;

LE CERCLE LA PRESSE >

Des citoyens sélectionnés pour la pertinence de leurs propos Un groupe de commentateurs citoyens qui profitent d'une vitrine exceptionnelle sur l'accueil du site web. Les membres sont sélectionnés par la salle de rédaction pour la pertinence de leur propos, leur expertise, le style et la qualité de leur écriture.

Participez

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

image title
Fermer