Feriez-vous confiance à la parole de Monsanto ? Nous non plus.

Le Canada devra lui aussi se montrer un peu plus sceptique.

Les pratiques du géant agroalimentaire ont été démasquées dans un récent procès en Californie, qui portait sur le rôle du glyphosate dans le cancer d'un jardinier. On y a appris que Monsanto a fait rédiger des études par des employés, puis les a publiées sous le nom d'un scientifique. N'ayons pas peur des mots : il s'agit d'une fraude intellectuelle.

Or, Santé Canada en a été victime. L'année dernière, c'est en se basant en partie sur ces études que notre agence de réglementation a renouvelé l'homologation du glyphosate. Ce processus vicié doit être repris.

Santé Canada a déjà fait un pas en ce sens. L'année dernière, une nouvelle équipe de scientifiques fédéraux a lancé une contre-vérification interne des sources utilisées. Elle doit se terminer dans les prochaines semaines.

Reste que ce travail ne constitue pas une réévaluation en bonne et due forme du pesticide. C'est plutôt un examen des sources utilisées pour autoriser le glyphosate.

Quand ces résultats seront dévoilés, le gouvernement Trudeau ne devrait pas hésiter à recommencer les étapes viciées du processus d'homologation. La crise de confiance envers Monsanto - aujourd'hui propriété de Bayer - le justifie. On parle après tout du pesticide le plus utilisé au monde.

***

Le glyphosate a été développé dans les années 70. Peu après, Monsanto a craint qu'il soit possiblement cancérogène, comme l'indiquait une étude interne en 1983. L'Agence de protection environnementale américaine a relayé ce danger avant qu'une offensive de la multinationale la convainque de reculer.

Le même scénario se répète depuis. À l'interne, Monsanto s'inquiète des risques pour la santé. Mais dans ses relations avec le public et les autorités, la multinationale dépense des millions pour contredire les études critiques. Et elle gagne presque toujours.

En 2015, Monsanto encaisse une première grande défaite. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), affilié à l'ONU, statue que le glyphosate est « probablement cancérogène ». Cela ouvre la porte à des centaines de poursuites, comme celle du jardinier américain Dewayne Johnson.

En août dernier, il vainc le Goliath de l'agroalimentaire. Un jury californien établit un lien entre le pesticide et son cancer, un lymphome non hodgkinien. Il est aujourd'hui en phase terminale.

Bien sûr, quelques nuances importantes doivent être faites.

La toxicité d'un produit devrait être une question scientifique et non juridique. Dans ce cas-ci, le procès était au civil. Le demandeur ne devait pas prouver hors de tout doute raisonnable le lien entre son cancer et le pesticide. Il lui fallait plus simplement établir que c'était l'hypothèse la plus probable. Ces jurys n'ont pas prouvé un lien direct entre la molécule et le cancer. Cette démonstration doit être faite par des chercheurs.

Il existe des centaines d'études sur le glyphosate. Les agences réglementaires des États-Unis, de l'Europe et du Canada n'ont pas jugé que ce pesticide était cancérogène. C'est donc le CIRC qui est isolé. Du moins, pour l'instant...

Grâce au procès de Johnson, on a appris que Monsanto s'est ingéré dans au moins deux études importantes (Kier et Kirkland 2015, Greim et al 2015). Or, Santé Canada s'est référé entre autres à ces études pour renouveler l'autorisation du glyphosate jusqu'en 2033. Le CIRC les avait quant à lui ignorées à cause du « manque d'information » sur la méthodologie.

Voilà pourquoi il apparaît nécessaire aujourd'hui de reprendre le processus d'examen. De façon transparente, en permettant au public de suivre ces travaux. En parallèle, il faudra réfléchir aux sources de cette malveillance et aux solutions.

Si Santé Canada et d'autres agences publiques dépendent des études de l'industrie, c'est que les moyens leur manquent pour faire ce travail elles-mêmes. Et si ce pesticide est utilisé, c'est parce que plusieurs jardiniers et agriculteurs y trouvent leur compte ou parce qu'il leur manque de choix plus sécuritaires. Va-t-on remplacer le glyphosate par des molécules encore plus dangereuses ou réussira-t-on à s'en libérer petit à petit ?

En 1992, le Québec promettait de réduire les pesticides de 50 %. Mais depuis, leur usage ne cesse d'augmenter. Derrière Monsanto, il y a aussi tout un modèle à repenser.

-

78 millions

Le dédommagement que Dewayne Johnson doit recevoir. La somme initiale prévue était de 289 millions.