Source ID:347ca5d5-e0b8-4a94-a387-af980c480170; App Source:alfamedia

Seule sur son île

La mairesse de Montréal Valérie Plante a dévoilé... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

La mairesse de Montréal Valérie Plante a dévoilé mercredi la politique de son administration quant à la consommation de cannabis.

Photo André Pichette, La Presse

Paul Journet

Éditorialiste

La Presse

Dans un monde où tout le monde parle, Valérie Plante se démarque avec une trop rare qualité pour un politicien : l'écoute.

Bien sûr, la mairesse n'écoute pas toujours. Et parfois, inversement, elle ne paraît pas défendre les intérêts de Montréal avec assez de vigueur. Mais pour le cannabis, elle se démarque grâce à son approche posée et rationnelle.

Au lieu de s'alarmer, Mme Plante s'est assise avec les médecins de la santé publique, criminologues et autres spécialistes. Cela paraît, car ses propositions suivent en droite ligne les recommandations raisonnables de ces experts. Et en les écoutant, Mme Plante voit venir les pépins de l'approche restrictive du prochain gouvernement caquiste.

Mercredi, la mairesse a présenté le régime du cannabis qui aura cours à Montréal. Il s'inspirera du tabac. Dans les deux cas, la consommation sera permise sur la place publique, à quelques exceptions près (aires de jeu, à moins de neuf mètres des édifices). Quelques limites additionnelles seront ajoutées au cannabis (abribus, terrains des cégeps et universités).

Mme Plante n'erre pas dans la banalisation ou dans la commercialisation de la substance. Elle refuse par exemple de transformer le cannabis en business locale ou touristique, avec des cafés cannabis.

Reste qu'avec son approche sobre, la mairesse paraît bien seule sur son île. Cinq arrondissements songent à adopter un règlement pour interdire le cannabis dans les lieux publics. Et le premier ministre désigné François Legault promet d'étendre cette interdiction à l'ensemble du Québec.

Comment appliquerait-on cet interdit ? C'est ici que les écueils se révèlent.

Que faire si quelqu'un grille une cigarette roulée ? L'inspecteur ou le policier vérifieront-ils le contenu, pour savoir s'il s'agit de tabac ou de marijuana ? Bien sûr, l'odeur trahit le fumeur. Mais s'il s'agit d'une vapoteuse ? Et les 37 inspecteurs du ministère de la Santé suffiront pour patrouiller dans tous les lieux publics du Québec ? Veut-on que les policiers intègrent cette vigie dans leur travail déjà bien rempli ? Voilà beaucoup d'embarras pour une substance légale qui ne cause de tort qu'à celui qui la fume. Sans oublier qu'on sait déjà qui en payerait le prix : les gens marginalisés, qui risquent davantage d'être traqués par les policiers.

Les partisans de l'interdiction répondront que l'important, c'est le message. L'interdiction servirait ainsi d'abord à rappeler que le cannabis n'est pas une substance banale. C'est vrai, et il faut le rappeler : le cannabis peut endommager les jeunes cerveaux. Mais faut-il pour autant adopter une loi inapplicable, destinée à être violée à répétition ?

Certes, il y a une autre possibilité : que les fumeurs consomment chez eux. Or, ce n'est pas l'option préférable en termes de santé publique - la fumée secondaire est plus nocive à l'intérieur. Et cela ne semble pas non plus être l'option préférée de la population. Plusieurs lecteurs nous répètent que le cannabis empeste. On ne le nie pas ! C'est pourquoi il paraît tout à fait justifié de l'interdire dans un bail ou un règlement de copropriété. Les citoyens ne devraient pas subir la boucane des autres quand ils sont chez eux.

Nous sommes donc d'accord pour leur interdire de fumer dans leur appartement, afin de ne pas incommoder les voisins. Mais il faut bien que les gens fument quelque part... D'où la proposition raisonnable de le permettre aux mêmes endroits que la cigarette, dans les lieux extérieurs ventilés, là où la fumée secondaire ne pose pas de danger.

Comme le rappelle la mairesse, pas moins de 60 % des Montréalais sont locataires. Le taux est encore plus élevé chez les moins de 35 ans, qui sont les plus grands consommateurs de cannabis.

Mais pour l'espace public, c'est autre chose.

Pour l'instant, la mairesse n'a pas adopté de règlement municipal. Elle ne fait que se conformer à la loi adoptée par le gouvernement Couillard, qui autorisait la consommation sur les lieux publics.

Mme Plante pourrait déposer un règlement municipal qui forcerait les cinq arrondissements inquiets à permettre la consommation sur les lieux publics. Elle ne veut pas aller jusque-là tout de suite, et on la comprend. Elle ne veut pas court-circuiter les débats dans ces arrondissements, et surtout, elle veut attendre de voir ce que fera le gouvernement Legault.

Espérons que la mairesse lui passera un petit appel, afin de jaser avec lui de ce qu'elle a appris en écoutant les autres.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer