Pas si libéraux que ça...

L'aile jeunesse du Parti libéral du Québec a... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

L'aile jeunesse du Parti libéral du Québec a raison de vouloir épauler les artistes issus des minorités culturelles et des Premières nations, écrit notre éditorialiste. Ci-dessus : Florent Vollant et Samian en spectacle sur la place des Festivals pour la fête nationale, en 2016.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Paul Journet

Éditorialiste

La Presse

Paresseuses et peu libérales. Voilà comment on pourrait décrire les propositions de l'aile jeunesse du Parti libéral du Québec (PLQ) sur « l'appropriation culturelle » et les subventions aux artistes.

Cette fin de semaine, les membres de la commission jeunesse du PLQ débattront d'une dizaine de propositions, notamment leur réponse aux controverses de SLÁV et Kanata.

Cela ressemble à une politique du ressenti, à des mesures destinées à se donner l'impression de faire le bien au lieu de s'intéresser à la complexité des dossiers afin de les faire avancer concrètement.

Si l'on se préoccupe du sort des Premières Nations, on devrait commencer par la base de la pyramide.

Comme l'accès au logement, l'autonomie territoriale ou la sécurité publique. Un exemple parmi tant d'autres : à l'École nationale de police, un autochtone paie quatre fois plus cher que les autres élèves. Sans surprise, cela nuit à leur représentativité parmi les policiers.

Pour chacun de ces dossiers pressants, l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador a des demandes. Mais ne les cherchez pas dans le cahier de propositions des jeunes libéraux. Peut-être était-ce trop lourd à analyser, trop plate à expliquer, surtout pour un groupe qui essaie en même temps de défendre le bilan de son parti...

L'aile jeunesse a préféré une solution facile qui lui donnera l'impression, depuis Montréal, de propager le bien.

Soulignons l'ironie : ces jeunes enjoignent aux artistes de consulter les Premières Nations, mais eux-mêmes n'ont pas tenu compte de leurs revendications prioritaires.

***

On ne veut pas accabler l'aile jeunesse. Son cahier de propositions n'est pas censé être un programme électoral. Il est normal que certains sujets n'y figurent pas.

Ajoutons que l'aile jeunesse a raison de s'inquiéter de la sous-représentation des minorités culturelles et des Premières Nations dans nos oeuvres. Elle a aussi raison de promouvoir le dialogue entre les créateurs et les communautés dont ils parlent. Et enfin, elle a raison de vouloir épauler les artistes issus de ces communautés. S'il faut mieux financer des festivals comme Présence autochtone ou d'autres programmes spéciaux, qu'on le fasse.

Mais les jeunes libéraux vont plus loin. Ils réclament plus de «rigueur» dans l'octroi de subventions. Ils veulent subventionner davantage les artistes qui consultent ces communautés durant leur «processus créatif». Cela soulève de nombreuses questions.

Il est normal de souhaiter qu'un artiste qui crée une oeuvre sur les Autochtones se renseigne auprès des nations concernées et des historiens. C'est la base d'une recherche en création.

Si l'artiste crée à partir de clichés ou s'entoure mal, on pourra juger sa démarche. Or, les jurys de pairs font déjà cette évaluation! En quoi manquent-ils de rigueur? Et comment appliquer ces nouvelles exigences? Par exemple, que faire si un dramaturge écrit une pièce qui ne fait pas l'unanimité chez les différents représentants des Premières nations? On refuse de subventionner un projet non consensuel?

Tout cela, les jeunes libéraux ne semblent pas y avoir réfléchi. Ils étaient trop occupés à défendre une vision utilitaire de l'art, comme s'il s'agissait d'un projet éducatif, d'un outil de vivre-ensemble.

Pire, les jeunes libéraux endossent l'inquiétant concept d'appropriation culturelle. Les artistes et le grand public doivent s'y «sensibiliser», écrivent-ils.  Ce concept issu des universités américaines fragmente la société en groupes d'identités étroites. Elle les divise et les isole, puis érige des murs pour interdire le métissage. Voilà précisément le contraire de l'interculturalisme préconisé en principe par le PLQ.

***

Ce sont donc des propositions très peu libérales que défend l'aile jeunesse. Elles risquent d'empiéter sur la liberté des artistes, et échouent à bien défendre celle des Premières nations.

Car on ne naît jamais tout à fait libre. Il faut quelques conditions minimales pour le devenir : un toit, une éducation, des soins de santé et un milieu de vie sécuritaire. Tout cela, on le cherche en vain dans leurs débats. Et avouons-le, les autres partis n'en parlent pas vraiment plus.

Voilà ce qui arrive quand on cherche un combat symbolique facile à gagner pour se donner l'impression de faire avancer la cause.

***

LES PROPOSITIONS DE LA COMMISSION JEUNESSE DU PARTI LIBÉRAL

- Inciter la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et le Conseil des arts et lettres du Québec (CALQ) à adopter un processus d'octroi des subventions plus rigoureux afin d'inciter les producteurs et scénaristes à inclure davantage les communautés minoritaires et les autochtones dans le processus créatif des productions artistiques qui concernent leurs traditions culturelles et historiques.

- Sensibiliser davantage le milieu artistique et le grand public quant à l'enjeu de l'appropriation culturelle et à la mixité dans le contenu artistique.

- Favoriser la mise en place d'un dialogue interculturel ouvert et inclusif dans le milieu artistique.

- Soutenir davantage l'émergence d'artistes et de productions issus des minorités culturelles et des Premières Nations notamment par la création d'espaces artistiques leur étant dédiés.

- Encourager les artistes autochtones à produire dans leurs propres langues en ne les soumettant pas aux mêmes exigences en ce qui a trait au contenu culturel francophone.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer