Source ID:; App Source:

Repenser le DIX30

Une rue du quartier Dix30.... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Une rue du quartier Dix30.

Photo David Boily, La Presse

Le Quartier DIX30 inaugure ces jours-ci sa plus récente phase avec l'ouverture de quelques grands noms du commerce de détail, tels Apple, Holt Renfrew et Williams-Sonoma. Il confirme du coup son statut de centre-ville en devenir de la Rive-Sud.

Initialement, ce secteur commercial n'était qu'un gros power center qui tentait sans succès de se donner des airs de village. On y retrouvait ainsi une toute petite artère commerciale entourée d'une mer de stationnements à perte de vue.

L'objectif: créer un «milieu urbain» offrant le meilleur de la ville, sans les inconvénients. Un concept séduisant... qui montre aujourd'hui ses limites.

D'un côté, il est vrai, les promoteurs ont su diversifier l'offre du quartier de façon spectaculaire. On y retrouve des salles de spectacle et des galeries d'art, des installations sportives et une tour à bureaux, des condos et des résidences pour aînés, des restaurants et des bars, en plus d'un hôtel, d'un centre des congrès et d'un nombre incalculable de boutiques.

Mais de l'autre côté, cette croissance exponentielle s'accompagne aujourd'hui des problèmes que l'on promettait justement d'exclure du concept: la criminalité et la congestion.

La police de Longueuil constate en effet la présence accrue de délits «urbains». Elle note la présence de gangs de rues, de fraudes et de vols à l'étalage. Elle observe aussi une multiplication des accidents automobiles, des délits de fuite et des cas de rage au volant, ce qui ne surprendra pas les habitués de l'endroit.

Rien de plus normal pour un quartier qui attire 12 millions de visiteurs par année. Mais on n'aborde pas le développement d'un secteur aux airs de centre-ville comme on le ferait d'un centre commercial à ciel ouvert.

Un changement d'orientation s'impose. Surtout quand on sait que le développement actuel du site n'est qu'un début...

À elle seule, l'ouverture en cours de la phase 3 risque de faire passer le nombre de visiteurs à 22 millions. Ajoutons à cela les 7000 unités résidentielles que l'on aménagera prochainement et surtout, l'implantation potentielle du terminus du futur train léger sur Champlain. Autant de choses qui confirment qu'on n'a plus à faire à un simple lifestyle center, mais bien à un secteur névralgique de la première couronne. Cela impose certains devoirs aux promoteurs, et une plus grande implication à la Ville de Brossard, afin que les futurs développements soient plus mixtes, denses et attrayants pour les piétons.

La bonne nouvelle, c'est que la réflexion est en cours. Les acteurs connaissent les problèmes et souhaitent s'y attaquer: incapacité de circuler autrement qu'en auto entre les phases, absence de trottoirs, de liens piétonniers et de places publiques, difficulté de circuler dans le site et d'en sortir, etc.

C'est avec cela en tête qu'ils envisagent la requalification des deux premières phases lors de l'échéance des baux, dans trois ans. La requalification d'un véritable milieu de vie, non pas d'un centre commercial.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer