Longtemps source de fierté incontestée, la firme d'ingénierie SNC-Lavalin est devenue un sérieux casse-tête pour le Québec. Retrouver le droit de soumissionner sur des contrats publics locaux est indispensable à sa crédibilité, mais le gouvernement ne peut pas non plus lui donner le bon Dieu sans confession.

«Le Québec n'est pas une île, mais un symbole», a résumé le PDG Robert Card en entrevue éditoriale à La Presse hier. Entré en fonction il y a un à peine plus d'un an, cet ingénieur américain assure avoir pris toutes les mesures nécessaires pour que des histoires de pots-de-vin, comme celles auxquelles SNC a été associée ici et en Afrique du Nord, ne puissent plus se produire. 

Un feu vert de l'Autorité des marchés financiers (AMF), attestant qu'elle est digne de soumissionner sur des contrats publics ici, l'aiderait beaucoup à regagner la confiance de clients potentiels à l'extérieur Québec. Mais vu l'épaisseur de son dossier, la procédure risque de traîner en longueur.

C'est une chose de constater que le ménage a été fait. C'en est une autre de tirer un trait sur un passé encore trouble. Surtout depuis le dépôt, la semaine dernière, d'un projet de loi visant à recouvrer les sommes payées en trop par l'État. Dans le cas de SNC, soupçonnée d'avoir versé 22 millions de dollars de paiements douteux pour obtenir le contrat du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), l'un ne peut aller sans l'autre. La population, qui en a entendu de toutes les couleurs avec la commission Charbonneau, n'accepterait pas que Québec passe l'éponge sur un pareil scandale. M. Card semble heureusement en être conscient. 

Comment convenir d'un montant alors qu'aucun tribunal ne s'est prononcé là-dessus? La question est d'autant complexe que SNC affirme, de son côté, que l'hôpital lui a demandé des aménagements ne figurant pas au contrat et, donc, qu'on lui doit de l'argent. Même si elle prouve qu'il s'agit de véritables ajouts et non de dépassements de coûts (sa responsabilité en PPP), la situation est délicate. La population, encore une fois, prendrait très mal qu'on accepte un remboursement réduit sous ce prétexte.

Il n'y a aucune discussion avec SNC, nous a d'ailleurs fait répondre le président du Conseil du trésor, sans autre commentaire. Faut-il s'en étonner? C'est la firme, et non le gouvernement, qui a besoin d'un règlement rapide. Si elle veut que Québec bouge, elle doit offrir un dédommagement acceptable. Le programme de remboursement volontaire ne protège pas les individus des poursuites criminelles, mais contrairement à d'autres entreprises dont les éléments douteux sont encore dans le décor, ça ne devrait pas lui poser problème.

SNC serait une bonne candidate à une entente exemplaire. Si elle se montre disposée à faire amende honorable, Québec devra traiter ce dossier en priorité.