L’anneau de l’architecte-paysagiste Claude Cormier n’est pas encore installé qu’on imagine déjà les formidables photos qu’on pourra prendre sur l’esplanade de la Place Ville Marie.

Publié le 30 avril

On se réjouit de cette marque distinctive qui va donner du punch à l’avenue McGill College tout en permettant un point de vue unique sur le mont Royal, un des joyaux de la métropole.

On n’a pas souvent raison d’être fiers de la beauté de Montréal.

Et on ne peut pas reprocher à la Ville d’en faire trop en matière d’art public. Quand on pense à Chicago, oui on pense au Cloud Gate (la fameuse fève miroir) de Kapoor, mais il y a tellement plus. On croise des œuvres d’art pratiquement à chaque coin de rue du centre-ville, ce qui rend la visite absolument inoubliable.

La preuve n’est plus à faire : l’art est important et la beauté contribue à notre bien-être et à notre qualité de vie.

Demandez aux gens de Québec s’ils sont fiers de leur ville et ils se transforment soudainement en paons, à juste titre.

La facture de 5 millions, dont la grande partie provient de fonds privés ? Une somme modeste quand on considère l’effet qu’aura cet anneau de 30 mètres de diamètre pour la visibilité de Montréal. On risque de le voir apparaître sur bon nombre de comptes Instagram au cours des prochaines années.

Tout comme les défuntes boules multicolores du Village ont fait la joie des Montréalais et des touristes, la nouvelle œuvre de Cormier est un geste fort qui nous enthousiasme déjà.

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion