Abracadabrante. Il n’y a pas de meilleur adjectif pour décrire la récente théorie du régime chinois au sujet de l’origine du premier cas allégué de variant Omicron détecté à Pékin.

Publié le 19 janvier

Un résidant aurait été infecté le 11 janvier par une lettre expédiée quatre jours plus tôt… du Canada, après avoir transité par les États-Unis et Hong Kong. Qu’est-ce qu’on va nous sortir la prochaine fois ? Que le timbre collé sur la lettre était celui illustré par notre caricaturiste Serge Chapleau ? Un peu de sérieux, SVP.

Les experts s’entendent pour dire qu’un tel risque de transmission est extrêmement faible. Sans compter que ce scénario farfelu semble surestimer la rapidité de Postes Canada en matière de livraison ! On aurait pu croire, après le retour de Meng Wanzhou en Chine et la libération des deux Michael, que le régime chinois chercherait à atténuer les tensions entre nos deux pays. Mais en mettant sa machine de propagande au service de cette théorie, il nous rappelle que l’ère de la confrontation n’est pas terminée.

Prions nos élus de ne pas tirer les mauvaises leçons de cet incident. De ne pas, par exemple, se laisser intimider alors qu’ils sont sur le point de décider s’il faut exclure le géant chinois Huawei du réseau 5G du pays. Vraiment, il faut un sacré culot pour prétendre que le Canada est une menace à la santé publique de Pékin, alors que s’il y a une vérité scientifique qui s’impose depuis longtemps, c’est que cette épidémie est née en Chine.

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion