C’est un lieu commun. Le Canada aime se présenter comme un pays d’immigration. Après tout, un Canadien sur cinq est né à l’étranger. Mais, trop souvent, le Canada oublie qu’il est aussi un grand pays d’émigration. Selon les rares études sur le sujet, près de 3 millions de citoyens du pays vivent à l’étranger, soit 8 % de la population.

Laura-Julie Perreault Laura-Julie Perreault
La Presse

Proportionnellement, c’est une diaspora quatre fois plus grande que celle des États-Unis et trois fois celle de la Chine. Elle dépasse aussi de loin les diasporas australienne et française.

Surprenante statistique, vous dites ? Absolument, et la plupart du temps, ces Canadiens exilés qui vaquent à leurs activités partout dans le monde sont dans notre angle mort collectif. 

Cependant, en temps de crise, cette donne refait subitement surface et donne quelques maux de tête au gouvernement.

PHOTO DARRYL DYCK, LA PRESSE CANADIENNE

Un avion arrive à Vancouver en provenance de Mexico, le 20 mars.

En 2006, lors des bombardements d’Israël contre le Hezbollah au Liban, le Canada s’était fait rappeler brusquement que 50 000 personnes dans le pays du Cèdre détenaient un passeport unifolié et les avantages qui viennent avec, qu’elles aient ou non vécu au Canada ou payé des impôts au cours des dernières décennies. L’opération de rapatriement a coûté 94 millions et créé de nombreux grincements de dents.

Ces jours-ci, dans la foulée de la pandémie de la COVID-19, l’immensité de la diaspora canadienne est plus qu’apparente à nouveau. Parlez-en à l’équipe de François-Philippe Champagne, le ministre des Affaires étrangères, qui organise « l’opération de rapatriement la plus importante de l’histoire du pays ».

En quelques jours, les employés du Ministère ont reçu des dizaines de milliers de téléphones et de courriels de Canadiens à l’étranger demandant de l’aide pour rentrer. En date de vendredi, 5043 Canadiens sont arrivés au pays grâce à des vols assistés en provenance de 14 pays. Ces vols étaient soit nolisés par le gouvernement, soit organisés par l’État en collaboration avec des compagnies aériennes. Et ce n’est pas fini : il y a plus de 30 vols additionnels planifiés par les autorités cette semaine.

PHOTO REUTERS

« Le passeport donne automatiquement accès au pays », rappelle Laura-Julie Perreault.

Dans certains pays comme le Maroc, la popularité des vols organisés par le gouvernement a pris de court les responsables de l’opération, les obligeant à en ajouter d’autres rapidement. Un avion s’est transformé en trois.

Chaque jour, de nouveaux pays s’ajoutent à la liste. Bien sûr, il est facile de comprendre l’impatience de certains citoyens qui se retrouvent dans des situations difficiles. En Inde, notamment, ceux qui sont restés derrière craignent d’être la cible de la population civile et des policiers qui voient les étrangers d’un mauvais œil en ces temps de pandémie. Il faut espérer qu’on leur viendra rapidement en aide, mais il est aussi nécessaire de reconnaître l’ampleur des efforts qui sont demandés au gouvernement, qui n’a jamais fait face à une situation semblable et touchant autant de pays à la fois.

Contrairement à 2006, le gouvernement fédéral a décidé de ne pas prendre sur ses épaules le coût de ces rapatriements massifs. Il offre des prêts aux Canadiens dans le besoin, mais ces derniers doivent payer eux-mêmes le prix de leur billet d’avion. On est donc bien loin du scénario libanais de la décennie dernière. La responsabilité est cette fois partagée.

Ces gens rapatriés ne sont pas les seuls à être revenus au pays, selon l’Agence des services frontaliers : près de 1 million de citoyens canadiens sont rentrés au pays par leurs propres moyens du 14 au 20 mars seulement.

La plupart reviennent de voyage ou d’un court séjour outremer, mais il n’est pas exclu que des détenteurs de passeports qui vivent à l’étranger et n’ont pas mis les pieds au pays depuis bien longtemps soient aussi du compte. Le passeport donne automatiquement accès au pays.

Pourquoi s’en préoccuper ? Parce que le retour en grand nombre de Canadiens expatriés peut avoir un impact sur les services de santé. Habituellement, les non-résidants qui rentrent au Québec ont un délai de carence de plusieurs mois avant d’avoir accès aux soins couverts par l’État, mais dans le contexte de la crise, la ministre de la Santé a décidé d’étendre ces privilèges à ceux qui sont atteints du coronavirus et qui n’ont pas de carte de la Régie de l’assurance maladie du Québec valide. L’Ontario a pris la même décision. Difficile de savoir combien se prévaudront de cette décision.

Pour le moment, il n’y a pas encore lieu de sonner l’alarme ou de penser que des centaines de milliers de Canadiens qui vivent habituellement à l’autre bout du monde ont décidé de venir vivre la pandémie chez nous.

Cependant, la situation actuelle nous fait réaliser que nous connaissons bien peu de choses sur cette grande diaspora, qui n’est pas comptabilisée dans les grands recensements, mais qui a d’importants droits acquis au pays, peu importe sa contribution. Il est grand temps d’y prêter attention.