La Presse a publié ces derniers jours un dossier sur une initiative originale du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) : un stage qui permet aux agents de mieux comprendre l’autre, avec toutes ses différences.

François Cardinal François Cardinal
La Presse

On les confronte ainsi à des réalités qu’ils méconnaissent : autisme, déficience intellectuelle, transidentité, clientèles vulnérables, diversité culturelle…

Réaction de bon nombre de commentateurs du Journal de Montréal : c’est de l’endoctrinement !

On accuse en effet le SPAL d’avoir « sermonné » et « éduqué » ses agents en les confrontant à des communautés dans lesquelles ils doivent pourtant intervenir. On le condamne pour avoir lancé « une entreprise de rééducation » de ses agents dans le but de leur laver le cerveau face aux dérives de l’islam. Rien de moins !

Autrement dit, un corps policier fait l’effort de s’ouvrir aux différences culturelles… et on le lui reproche ? En 2020 ?

Et ce, malgré ce qu’on sait du profilage racial dans la police ? De la difficulté des policiers d’intervenir face aux minorités ethniques ? De la complexité grandissante de leur travail dans le Grand Montréal ?

Mais dans quelle société vivons-nous pour que l’ouverture à l’autre soit désormais vue comme un crime ?

Longueuil ne croit pas que ses policiers nourrissent plus de préjugés que les autres citoyens. Plutôt qu’ils ont un devoir supplémentaire de discernement, car ils doivent intervenir auprès de toutes les clientèles. Sans jugement moral sur leurs pratiques.

Leur travail n’est pas de juger de la pertinence d’imposer le voile à une fille de 5 ans. C’est d’intervenir quand le besoin se présente.

D’où le programme du SPAL. Un programme nécessaire qui devrait en inspirer d’autres.