Même s’il a remporté le prix du comique de l’année dimanche soir, Mike Ward a complètement perdu son sens de l’humour quand il s’en est pris à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) pendant le Gala Les Olivier diffusé à Radio-Canada.

Laura-Julie Perreault Laura-Julie Perreault
La Presse

Et le même soir, il semble bien qu’une partie de la communauté artistique du Québec a égaré son sens critique, pourtant si essentiel pour faire rire, en accordant une longue ovation debout au discours de M. Ward.

L’ont-ils seulement écouté ? L’homme, qui se dit être le canari dans la mine d’une société qui suffoque sous le poids de la rectitude politique, n’a pas seulement défendu son droit à la libre expression. Il a lancé une attaque en bonne et due forme contre l’institution qui a pour mandat de faire respecter des aspects cruciaux de la Charte des droits et libertés de la personne au Québec.

A-t-il critiqué le travail de la Commission ? Pas du tout. Il s’en est plutôt pris à un ancien président par intérim et à un ancien médiateur de l’organisation, rappelant que les deux hommes ont eu des démêlés avec la justice. Dans les deux cas, ils ne sont plus employés de la Commission. 

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

« Avant de porter sa cause devant la Cour suprême, Mike Ward semble s’être gardé une petite gêne », écrit Laura-Julie Perreault.

Mais selon Mike Ward, puisque la Commission a mis deux mois avant de congédier ledit médiateur après que celui-ci a plaidé coupable pour avoir eu des relations sexuelles avec une personne de moins de 14 ans, la Commission n’a tout simplement pas de jugement et ne devrait pas pouvoir remettre en cause son sacro-saint droit à dire ce qu’il veut.

Eh bien ! À ce compte, le Parlement, les tribunaux et les corps de police devraient tous mettre la clé sous la porte.

Si on se fie aux énoncés à l’emporte-pièce de M. Ward, il ne reste aucune crédibilité à ces institutions si, un jour, un de leurs employés a commis un crime ou un méfait.

***

Par ailleurs, M. Ward a basé sa fronde sur une fausse prémisse. Le médiateur de la CDPDJ a été congédié deux mois après sa plaidoirie, mais était suspendu depuis des mois. Mais que voulez-vous, ces faits auraient gâché le punch du discours.

Et continuons à en parler, des faits. Ce n’est pas la Commission qui a condamné Mike Ward à verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel pour avoir fait des blagues discriminatoires à l’endroit du jeune handicapé, c’est le Tribunal des droits de la personne composé de trois juges du Québec. Ce tribunal est complètement indépendant de la Commission, qui, elle, est la partie plaignante dans le dossier, au nom de M. Gabriel et de ses parents.

L’organisation, qui reçoit les plaintes des Québécois en matière de discrimination, de harcèlement et d’exploitation, ne rend pas de décision. Elle enquête, puis établit si la preuve accumulée est suffisante pour déposer un dossier devant le tribunal.

Habituellement, les plaignants se représentent eux-mêmes, mais dans certains cas, quand la question de droit est complexe et que l’impact sur la société peut-être vaste, la Commission peut faire les plaidoiries devant les tribunaux. C’est ce qu’elle a choisi de faire dans le cas de Mike Ward, et le débat qui fait rage depuis lui donne bien raison. Mais jamais, au grand jamais, la Commission n’a tranché sur ce que l’humoriste pouvait dire ou non : c’est le travail des juges. Le travail de la Commission s’apparente plutôt à celui d’un procureur de la Couronne.

Dimanche, devant ses pairs, M. Ward aurait pu s’en prendre publiquement au Tribunal des droits de la personne ou encore à la Cour d’appel, qui a maintenu la majeure partie du jugement de première instance.

Après tout, ce sont les magistrats qui décident où s’arrête le droit d’expression de M. Ward et où commence le droit de Jérémy Gabriel à la « sauvegarde de sa dignité et de son honneur, sans discrimination basée sur son handicap », pour citer le premier jugement rendu dans l’affaire.

Mais avant de porter sa cause devant la Cour suprême, Mike Ward semble s’être gardé une petite gêne. On dirait bien qu’on ne peut pas rire d’absolument tout.