Le Québec est assis sur une « mine d’or » pour son « avenir », a déclaré François Legault le mois dernier. Il faisait référence aux importantes réserves de lithium de la province.

Alexandre Sirois Alexandre Sirois
La Presse

Un rapport effectué par la firme KPMG pour le compte de Propulsion Québec – rendu public il y a deux semaines – est venu à la fois confirmer les propos du premier ministre et mettre de la pression sur son gouvernement.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Les importantes réserves de lithium de la province sont une « mine d’or », selon François Legault.

Oui, le Québec « dispose d’atouts formidables » pour devenir un acteur important dans la filière de production des batteries au lithium-ion, dont la demande est en forte hausse en raison de la popularité croissante des véhicules électriques.

Cela dit, s’il veut y parvenir, il n’y a pas de temps à perdre. Plusieurs pays ont déjà mis en place des stratégies pour se positionner sur ce marché convoité.

Le rapport d’une quarantaine de pages nous explique à quel point l’idée tombe sous le sens. D’abord, le Québec a les ressources naturelles nécessaires. Le lithium, mais aussi d’autres matières premières qui entrent dans la composition des batteries. Le graphite et le nickel, notamment.

Ensuite, on retrouve ici l’expertise nécessaire pour se lancer dans la production à grande échelle de cellules de batteries au lithium-ion. Tout particulièrement au sein du Centre d’excellence en électrification des transports et en stockage d’énergie d’Hydro-Québec.

Par ailleurs, le Québec aurait tout avantage à mettre en place, en parallèle, une infrastructure locale dans le domaine du recyclage de ces batteries. La province pourrait alors répondre à ses propres besoins en la matière, mais aussi, potentiellement, à ceux de l’Ontario et du nord-est des États-Unis.

On comprend que le développement rapide d’une telle filière québécoise – de l’extraction au recyclage – est une proposition très ambitieuse. Or, si le défi est imposant, il n’est pas insurmontable.

Évidemment, ça signifie que Québec devra non seulement faire preuve d’audace, mais aussi sortir son chéquier. Un investissement majeur est à prévoir.

D’autant plus qu’à l’heure actuelle, si les matières premières sont disponibles au Québec, les projets de mines de lithium en cours ont jusqu’ici plus souvent fait parler d’eux pour leurs difficultés que pour leur succès.

Sans compter que les matériaux bruts doivent être transformés pour qu’on puisse ensuite les utiliser afin de produire à grande échelle les cellules qu’on retrouve dans les batteries des véhicules électriques. Ça ne s’est pas encore fait sur le territoire québécois.

Il y a donc loin de la coupe aux lèvres, mais le Québec a des avantages indéniables, auxquels nous ajouterons le fait que le gouvernement Legault montre qu’il est déterminé à faire preuve de dynamisme dans ce dossier.

Bien sûr, il y a des risques. Évidemment la prudence, de la part de Québec, est de mise. Les déboires de la minière québécoise Stornoway, qui viennent de faire la manchette lorsque la société a demandé la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, le démontrent.

Ils nous rappellent que si Québec a un rôle fondamental à jouer pour développer ici la filière des batteries au lithium-ion, il lui faudra néanmoins compter sur des partenaires stratégiques fiables.

On aurait toutefois du mal à reprocher à nos élus de faire preuve de leadership et de doigté pour stimuler le développement économique du Québec, alors que les astres sont alignés pour qu’une telle initiative se traduise par des gains. Ils semblent conscients que s’il y a bien des manières de ne pas réussir, la plus sûre – comme l’aurait dit jadis Benjamin Franklin –, est de ne jamais prendre de risques.