Nathalie Collard a souligné avec raison le brio de Luc Dionne pour l’écriture de District 31, « une œuvre de fiction qui divertit et informe à la fois ». Un regard manifestement partagé par les lecteurs de La Presse. Voici un aperçu des courriels reçus à la suite de l’éditorial « Les leçons de District 31 », publié le 17 avril. 1

Publié le 19 avril

Policier complètement accro

Je suis un policier ayant pris sa retraite après 32 ans de service et de nombreuses années à être responsable d’enquêtes de crimes majeurs et sur le crime organisé. Je regarde très peu les émissions de télé et surtout pas celles qui concernent le travail de policier, car la plupart du temps, ce n’est pas réaliste. Après la première saison de District 31 que je n’avais pas vue, ma conjointe m’a convaincu de regarder une première émission de la deuxième saison… je suis complètement accro depuis ce temps et je n’ai jamais manqué une seule émission ! Chapeau à toute l’équipe, vous allez vraiment nous manquer.

Alain Rouillier, policier retraité

Des leçons de vie

District 31 met l’accent sur les relations humaines dans un contexte judiciaire. La dynamique humaine est au premier plan et la violence spectaculaire occupe très peu de place. Les sujets traités nous amènent à méditer sur des leçons de vie. Rafraîchissant !

Michel Lefebvre, Montréal

Le côté pédagogique a atteint son but

Je suis l’un des spectateurs attentifs de cette émission depuis le début. Je suis aussi un retraité de la Sûreté du Québec depuis plusieurs années et j’ai été agréablement surpris de la qualité de cette émission. Naturellement, nous tournons les coins ronds sur le quotidien de la réalité policière, mais comme vous le dites si bien : le côté pédagogique a atteint son but. Bravo à Luc Dionne et aux comédiens de cette série. Je suis un fan assidu et au regret de voir la fin cette semaine.

Yves Jodoin, policier retraité

J’ai appris beaucoup

J’ai appris beaucoup de choses avec cette émission, que j’ai suivie assidûment. Merci à tous !

Marthe Thiboutot, 77 ans, Québec

Police malhonnête

La série nous a aussi montré comment la police peut être malhonnête : écoute électronique sans mandat, conduite en état d’ébriété, interrogation d’un mineur sans la présence d’un adulte, fausses rumeurs, la DPCP de connivence avec la police. J’ai aimé quand même, merci.

Dan Tremblay

De la violence envers les aînés

Nous pleurons en pensant que District 31 nous quittera ce jeudi. C’est de la violence envers les aînés, M. Dionne !

Louise et Robert Laurier

District 31 ne sera plus, vive District 31 !

District 31 nous quitte et nos soirées ne seront plus les mêmes. On s’en remettra, comme on se remet de bien d’autres choses, mais cette quotidienne nous aura marqués, rassemblés, fait rager et avoir le « motton » à l’occasion. Du grand art télévisuel comme on sait en faire au Québec. Merci à toute l’équipe qui, du premier au dernier, nous a fait vivre de bons moments et fait découvrir des personnages tout aussi détestables que charmants. District 31 ne sera plus, vive District 31 !

Pierre Rousselle

Luc, ne te repose pas trop longtemps

C’était de l’éducation de masse. Chaque tranche avait son côté éducatif : écoutez votre intuition, ne faites pas confiance trop vite, les crosseurs finissent toujours par se faire prendre. Chaque individu était vulnérable jusqu’à un certain point. Surtout, c’était rassembleur le lendemain à la pause-café. Ça nous en prend un autre. Luc, ne te repose pas trop longtemps.

Rose Mondou

Que vais-je devenir à 19 h ?

Bravo pour District 31, un auteur extraordinaire et des comédiens supérieurs dans des rôles pas toujours faciles. Que vais-je devenir à 19 h, chaque soir ? Merci pour ces belles années de bonheur.

Louise Larose

Se consoler avec Omertà

Ce jeudi, je vivrai un deuil comme je n’en ai jamais vécu pour une série ou une émission de télé. Bravo, M. Dionne. Je me consolerai en regardant encore Omertà.

Jean-Guy St-Pierre

Bons, bons, bon

Je ne rate jamais un épisode. Bons textes, bons comédiens, bon auteur. Je vais m’ennuyer d’eux du lundi au jeudi, à 19 h. Merci.

Michèle Poulin

1. Lisez « Les leçons de District 31 »