Manifestement, la tenue des Jeux olympiques en Chine en a contrarié plus d’un. Voici un aperçu des courriels reçus à la suite de notre appel à tous.

Publié le 19 février

Perte de crédibilité

Impossible pour moi de regarder ces jeux de la dictature chinoise, surtout avec Poutine comme invité d’honneur. Le CIO a perdu le peu de crédibilité qu’il lui restait, à jamais !

Laurent Dupire, Montréal

Un évènement sportif avant tout

Mon bilan n’est pas politique. J’ai regardé cet évènement comme on regarde un évènement sportif. J’ai soutenu, de mon salon, nos athlètes canadiens. Merveilleux ! J’ai aussi découvert de magnifiques artistes d’autres pays. Bravo à tous ces athlètes !

Marie Forget

Un auditeur de perdu

Pour la première fois depuis des lustres, je ne les ai pas regardés. Je suis pourtant du genre à les suivre chaque jour. Il n’était pas question que j’aille engraisser les audiences des diffuseurs.

Claude Lalonde

L’argent mène les Jeux

J’ai très peu suivi les Jeux olympiques en Chine, car je suis tout à fait outré par la conduite des autorités olympiques. Il n’y a plus que l’argent qui mène sur cette organisation, qui bafoue de façon éhontée les principes mêmes à la base des jeux. Dommage pour les athlètes, mais ce n’est plus qu’une question de gros sous…

Pierre Chatelain

C’est payer cher pour se faire écœurer

Je n’ai pas suivi ces Jeux olympiques ni écouté ou lu quoi que ce soit en rapport avec ces Jeux, qui n’auraient jamais dû avoir lieu. J’imagine que Michael Kovrig et Michael Spavor n’ont pas eu plus envie que moi de participer à cette arnaque. Dire que Radio-Canada a payé très cher pour les droits de diffusion des Jeux olympiques d’un pays qui a tout fait pour nuire au Canada ! Il y a des limites à payer pour se faire écœurer !

Bertrand Barbeau, Longueuil

Le bon et le mauvais

De très belles performances, venant de différentes nations, et une excellente couverture des analystes, avec des prises de vue époustouflantes. Mais aussi le constat que le CIO s’est discrédité par son laxisme face au dopage russe et pour avoir autorisé la tenue des Jeux dans un pays où les droits de la personne sont bafoués.

Yves Laporte

Images révélatrices...

Ce qui m’a le plus impressionné, ce sont les affreuses cheminées d’énergie fossile omniprésentes en arrière-plan des skieurs et des planchistes sur les images télévisuelles. Quelles images révélatrices !

Alain Manseau

En un mot

Un seul mot pour définir ces Jeux olympiques : hypocrisie.

Yolande Brunelle, Montréal

Cirque hypocrite

Aucun intérêt à participer passivement à ce cirque hypocrite, surtout qu’il est présenté par un pays totalitaire qui tente de nous faire croire que leur idéologie est un modèle à suivre, endossé par le CIO. Je suis athée, non merci. Bravo à nos athlètes, mais aucun intérêt à endosser l’organisation de cette grand-messe.

Michel Damphousse

Aucune saveur

Les athlètes donnent un excellent spectacle pourvu qu’ils ne soient pas dopés. En revanche, j’avais l’impression de regarder des Jeux dans un lieu de détention. Aucune saveur.

Richard Fontaine, Dudswell

Les Jeux de la honte

Je n’ai pas regardé le spectacle d’ouverture ni suivi aucune des compétitions de ces Jeux de la honte. Et je ne regarderai certainement pas le spectacle de clôture. Le seul spectacle dont je suis témoin, c’est celui du monde démocratique qui plie les genoux devant le dictateur et tyran de l’humanité.

Gilles Fortin

Pour le spectacle et les émotions

Ma façon d’apprécier les compétitions olympiques depuis plusieurs années est de les regarder à la télé, mais d’éviter de lire les journaux et d’écouter les reportages sur tout ce qui entoure les Jeux olympiques. Je me tiens loin de toute controverse qui touche le dopage, la Chine, la Russie, etc., et je me contente d’apprécier la performance des athlètes comme étant un spectacle de divertissement, tout comme un bon film peut l’être. À la différence que les émotions vécues par les athlètes sont réelles !

Claude Saulnier

Idéal disparu

Il n’y a plus d’illusions possibles. L’idéal olympique (a-t-il déjà vraiment existé ?) est bel et bien disparu. Les Jeux ne sont plus qu’un match politique et une « grosse patente commerciale », au même titre que le dernier film de Marvel ou qu’une série sur Netflix. Dommage pour les athlètes, dont on aura probablement oublié les exploits dans quelques jours…

Luc Bérubé, Gatineau

Honte aux pays démocratiques

Pour ma part, je n’ai pas regardé les Jeux de la honte. Le CIO n’aurait jamais dû choisir Pékin. La Chine de Xi Jinping veut cannibaliser le monde entier et se fout des droits de la personne. Honte à tous les pays démocratiques qui ont fait de ces Jeux olympiques un succès.

Alain Bergeron

De l’espoir pour le futur

Les jeux ne s’annonçaient pas très intéressants en raison des contraintes liées à la COVID-19 et du boycottage diplomatique de nombreux pays. La Chine est un pays autoritaire qui impose ses vues au monde de plus en plus. Ce sera un défi à gérer dans les prochaines années.

Malgré tout, nos athlètes ont fait preuve d’aplomb, de ténacité et de leadership ! Charles Hamelin, Marie-Philip Poulin, nos porte-drapeaux, ont montré la voie à leurs équipes et au contingent canadien. La liste de ces athlètes ayant tout donné est longue. À ce jour, plus de 20 médailles olympiques, c’est un très beau parcours.

Tous m’ont ému, impressionné et rappelé à quel point l’effort continu, la persistance et l’émotion sont des qualités indéniables à faire valoir. Avec ces athlètes merveilleux, j’ai de l’espoir pour le futur.

J’ai de la peine pour ces athlètes qui ont été bafoués (je pense à la jeune patineuse artistique russe dopée) ou oubliés. Tous méritent notre respect pour leur courage. Bravo !

Adrien Pilon, Bolton-Est