Source ID:e26152ed956133ba8a512947cd8f3fc9; App Source:StoryBuilder

Ce n'était pas un « génocide »

Yves Boisvert
La Presse

En parlant d'un « génocide planifié » contre les femmes autochtones, la Commission d'enquête voulait sûrement frapper un grand coup. Attirer l'attention. Secouer l'indifférence générale.

C'est exactement le contraire qu'elle atteindra, et ça confirme que le gouvernement a bien fait de ne pas ajouter deux autres années à cet exercice impossible.

La Commission vérité et réconciliation sur les pensionnats autochtones avait parlé d'un « génocide culturel ». Certains avaient protesté. Je trouvais au contraire l'expression juste : c'est la culture des Premières Nations que ces pensionnats voulaient éradiquer. Culture au sens anthropologique : « tuer l'Indien », comme on a dit, et assimiler complètement les autochtones, les occidentaliser. On sait le désastre social que ce fut, et cette commission-là l'a bien exposé. On en vit encore les conséquences.

Mais la Commission d'enquête sur les femmes autochtones assassinées et disparues, qui rend son rapport public aujourd'hui, a décidé d'aller plus loin.

Les premières pages du « sommaire exécutif » sont consacrées à la définition du mot génocide. On pense à l'Holocauste, bien sûr, on pense au Rwanda, tous deux reconnus par la communauté internationale (le Canada a reconnu celui des Arméniens et des Ukrainiens également). Un génocide est un crime contre l'humanité qui consiste à tenter d'exterminer un peuple, une nation, une ethnie. On parle de meurtres de masse décidés sur le plan politique dans un but précis.

La tragique disparition de centaines, sinon de milliers de femmes autochtones n'a rien à voir avec un « génocide ». Aucune preuve de la moindre volonté politique d'en arriver là. On parle ici de milliers de situations (la GRC parle d'au moins 1200 sur 30 ans, des groupes vont jusqu'à 4000, la Commission est incapable de statuer). Elles ont une trame sociale commune : pauvreté, indifférence policière, marginalité...

Mais c'est étirer le concept de manière scandaleuse que de parler d'un « génocide ». Et encore plus, comme l'a fait la commissaire en chef Marion Buller, d'un « génocide planifié ». Par opposition à quoi ? Un génocide « improvisé » ? « Accidentel » ?

Les mots, les définitions ont un sens, on ne joue pas avec pour mieux faire entendre sa souffrance, surtout en ces matières gravissimes.

Le rapport, en effet, rejette la définition du droit international, trop restrictive à son goût, pour élargir le concept de génocide.

Ce tordage de mots militant suggère au final de comparer les chambres à gaz nazies et les assassinats massifs à coups de machette au Rwanda avec la situation des femmes autochtones. Au lieu d'alerter l'opinion publique, les commissaires vont la braquer en parlant des « milliers d'actes de génocide perpétrés contre les femmes, les filles et les personnes 2ELGBTQQIA ».

Parce que les commissaires ont aussi adopté un langage qui, pour le commun des mortels, est un pur charabia.

Qui sont les 2ELGBTQQIA (le terme revient plus de 250 fois seulement dans le résumé de 122 pages) ? Les « personnes bispirituelles, lesbiennes, gays, personnes bisexuelles, trangenres, queer, en questionnement et personnes intersexuées ou asexuelles ».

***

Il n'y a pas de doute que le sort tragique de toutes ces femmes est indissociable de l'histoire « coloniale ». Des pensionnats autochtones. De la marginalisation sociale et économique. De l'indifférence et du mépris général.

Mais tenter d'expliquer et de régler l'histoire de la violence envers toutes les femmes autochtones dans un rapport d'enquête était une tâche impossible, vouée à l'échec.

Le rapport va jusqu'à recommander un revenu minimum garanti pour tous les Canadiens.

Quoi qu'on pense du revenu minimum garanti - à droite comme à gauche, il a ses partisans -, est-ce vraiment le mandat de cette commission de s'aventurer sur ce sujet économique qui à lui seul mériterait une commission ?

***

Il y a pourtant plusieurs choses importantes dans ce rapport.

D'abord, l'importance des corps de police autochtones, ou incorporant des autochtones - ils se sont multipliés au fil des ans, mais ils pourraient croître encore. De meilleurs moyens d'enquête policière - on parle de police et de justice criminelle, après tout, si l'on parle d'assassinats et de disparitions. C'est un peu la base. On aura beau faire l'histoire de l'oppression, il faut commencer par parler de sécurité publique et de justice, au ras du sol...

Ça n'exclut pas les autres problèmes criants, maintes fois soulignés, que le rapport exige de réformer : le développement des services sociaux autochtones. L'adaptation de la justice aux réalités de ces communautés. Une justice souvent à temps partiel, en navette judiciaire volante ou roulante. Faut-il pour ça un ombudsman autochtone ? Peut-être. Un Tribunal des droits autochtones ? Je ne sais pas. Il me semble qu'on devrait commencer par améliorer la sécurité publique avant d'y songer.

L'amélioration des soins de santé, l'accès à des logements salubres en nombre suffisant, un des plus grands problèmes des communautés, sont aussi d'évidentes nécessités. Mais on s'écarte du sujet de départ.

« Il doit y avoir un renversement draconien de la politique et des attitudes entretenues à l'égard de celles qui se retrouvent ciblées », écrivent les commissaires.

Sans doute.

On reste tout de même avec l'impression que devant l'impossibilité de faire un état précis et documenté de la situation (combien de femmes, de filles, ont été tuées, sont disparues, où, quand, comment ?), la Commission a fait un rapport coup de poing beaucoup trop général, qui prétend embrasser tout le drame de la réalité autochtone - exposé dans plusieurs commissions précédentes, bien mieux ciblées.

Le mandat s'est perdu en chemin, ou peut-être était-il simplement impossible. Mais on n'est pas plus avancé avec cet acte d'accusation général, mal rédigé, contre le Canada actuel et des siècles passés.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer