Source ID:a625c3a80a98396b94f89aacade424b3; App Source:StoryBuilder

Le Canada paroissial

« Longtemps, superficiellement, les médias internationaux ont véhiculé une... (PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE )

Agrandir

« Longtemps, superficiellement, les médias internationaux ont véhiculé une image fantasmée de Justin Trudeau comme le politicien idéal... », note notre chroniqueur.

PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE 

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Parochial. Paroissial. L'adjectif était régulièrement accolé au nom de la province de Québec au plus fort du mouvement souverainiste. Il l'est encore ici et là.

Paroissial comme dans replié sur lui-même, borné à sa propre réalité, fermé sur le monde...

C'est curieux, plus l'affaire SNC-Lavalin progresse (ou dégénère), plus on découvre qu'il existe un Canada paroissial. Autoréférentiel, complexé par la perception de l'extérieur...

Plusieurs commentateurs de Toronto ont noté que le New York Times et le Washington Post avaient écrit des lignes dures au sujet de Justin Trudeau. Ils y ont vu la confirmation de leurs propres déceptions politiques.

Ces grands noms de l'information américaine sont des références à plusieurs égards. Mais quand il s'agit des arcanes de la politique canadienne, leurs sources sont généralement les journaux de Toronto. C'est donc leur propre reflet que les médias de la métropole canadienne regardent dans les grands journaux américains. Et ça prend des allures de confirmation par une autorité morale supérieure. « Regardez comme c'est grave, y a une chronique dans le Washington Post ! »

Longtemps, tout aussi superficiellement, les médias internationaux ont véhiculé une image fantasmée de Justin Trudeau comme le politicien idéal...

***

L'autre chose renversante de nombrilisme, c'est le peu de références dans les médias aux pays qui utilisent abondamment et fièrement les accords de poursuite suspendue (APS) comme outil de lutte contre la corruption. En fait, le Canada a été l'un des derniers pays occidentaux à incorporer cet outil dans son droit criminel.

Jeudi, le ministère américain de la Justice annonçait fièrement avoir conclu un APS. Une entreprise de télécommunication russe et une de ses filiales ont été prises dans une affaire de corruption de 1,4 milliard en Ouzbékistan. La société mère est cotée en Bourse et fait des affaires aux États-Unis. Elle faisait face à des accusations criminelles. En vertu de l'APS, elle versera un total de 850 millions aux autorités fédérales américaines. C'est évidemment conditionnel au respect d'une série d'exigences, à des aveux complets et à une surveillance judiciaire, avec menace de faire avancer les poursuites en cas de manquement - car la poursuite est « suspendue », pas rayée.

Comme chaque fois, la justice américaine a publié un communiqué triomphant devant cette victoire dans la lutte contre la corruption internationale. L'autre option était un procès criminel complexe, à l'issue incertaine, et dans le meilleur des cas, quelle aurait été l'amende ? La société aurait pu lever les feutres.

On notera aussi que les dirigeants impliqués font toujours face à des accusations criminelles : l'APS ne touche que l'entreprise.

Ce n'est qu'un des 20 à 40 cas semblables annuels aux États-Unis.

Laissons de côté la question des pressions sur l'ex-procureure générale Jody Wilson-Raybould un instant. Laissons de côté la question de savoir si SNC-Lavalin se qualifiait même pour un APS.

Il est absolument fascinant de constater à quel point les APS ont été présentés dans le reste du Canada comme une sorte de tractation sombre avec les forces de la corruption, une manière de contourner les rigueurs de la justice criminelle.

C'est au contraire un outil puissant de lutte contre la corruption, qui permet d'obtenir des réparations conséquentes, d'obtenir des garanties de réforme d'une entreprise, tout en accusant des individus. C'est mettre une entreprise en maison de transition en la faisant payer pour ses crimes.

***

Sans surprise, la Cour fédérale a rejeté hier la demande de SNC-Lavalin, qui voulait forcer le Service des poursuites pénales du Canada (SPPC) à négocier un APS. C'est une décision discrétionnaire des procureurs et les juges ne se mêlent pas de ça. La décision ne dit rien sur le bien-fondé du refus du SPPC.

Que va-t-il arriver ? SNC-Lavalin fera l'objet d'un procès criminel pour la corruption massive de ses anciens dirigeants. Ça met l'entreprise à risque. Ça la fragilise. Il n'est pas dit pour autant qu'elle en mourra.

De toute manière, telle est la décision du SPPC, dont on ne connaît pas les raisons. Peut-être la société ne répondait-elle pas à tous les critères.

Au point où nous en sommes, on ne reviendra pas en arrière. La justice classique suivra son cours...

***

Revenons à la vision paroissiale. « L'imposteur », criait la couverture de Maclean's de la semaine dernière, avec le portrait de Justin Trudeau.

Je respecte la longue analyse de Paul Wells, mais vraiment, c'est ça, cette « affaire » qui fait éclater la fureur ?

Depuis les tout premiers débuts politiques de Justin Trudeau, le Québec médiatique s'est montré plus tiède. D'abord, la figure du père est statufiée au Canada en général et pas mal plus ambiguë au Québec. Ensuite, le côté approximatif, fabriqué, un peu factice de la nouvelle vedette a été rapidement exprimé au Québec. Il n'est pas le sot qu'on a caricaturé. Ses convictions libérales sont authentiques, je veux dire : il a ça dans son ADN, il vibre aux codes de la sentimentalité libérale, aux Grands Idéaux, etc. Il a simplement passé sa vie adulte à faire tout autre chose que de se pencher sur les enjeux politiques de l'époque. Ça paraissait il y a 15 ans. Ça paraît encore. 

Bon élève, Justin Trudeau a fait son rattrapage. Mais il y a toujours ce trou, ce manque de fini dans ses explications, comme un élève qui reconnaîtrait immédiatement la réponse dans un choix multiple, mais qui peinerait à remettre sa copie dans un examen à développement...

Ce déficit de culte de la personnalité au Québec ne l'a pas empêché d'y avoir un beau succès électoral en 2015.

Parmi les organes de presse ayant le plus contribué à créer le culte Trudeau fils, il y a justement Maclean's. Passez en revue les couvertures depuis une dizaine d'années, on a l'impression d'être chez GQ. Le Justin intime, le Justin des coulisses, le Justin de son père, etc.

Le Canada médiatique le voulait trop. Il s'est inventé un personnage politique fictif. Il y a projeté ses fantasmes, y compris sexuels. Et maintenant les auteurs de cette aimable imposture nous disent : c'est un « imposteur ».

Elle est vraiment bonne, je trouve.

Les pays qui se regardent trop le nombril, qui s'admirent trop dans leurs miroirs aiment les histoires de princes charmants et de dynasties.

Quelle superbe ironie, tout de même: en 2019, c'est au Québec que Justin Trudeau trouve ses meilleurs appuis... et ça se retourne contre lui comme une preuve à charge dans l'affaire SNC-Lavalin.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer