Source ID:dc6f883b-b316-4e2c-8fa6-f0a5fb91fe52; App Source:alfamedia

Ode aux faiseurs de ponts

Le nouveau pont Champlain ouvrira avec plusieurs mois... (Photo Yves Tremblay, Photohelico.com, Collaboration spéciale)

Agrandir

Le nouveau pont Champlain ouvrira avec plusieurs mois de retard en raison de l'impossibilité de paver et d'imperméabiliser la nouvelle structure en conditions hivernales.

Photo Yves Tremblay, Photohelico.com, Collaboration spéciale

Yves Boisvert
La Presse

Quoi, seulement six mois ? Le nouveau pont Champlain sera livré six mois plus tard que promis ?

Je ne fais pas de sarcasme, je n'en reviens pas. Construire un ouvrage de cette ampleur en trois ans, mettons trois ans et demi, c'est une sorte d'exploit de génie, digne de célébrations plus que de lamentations.

On a tellement pris l'habitude de dénigrer les grands travaux au Québec, montés à coups de fausses promesses politiciennes, qu'on oublie d'en admirer la complexité et la réalisation. Du CHUM et du CUSM, on a documenté l'explosion des coûts, les retards, les problèmes, les déménagements, les chicanes de docteurs... Quand on a inauguré les deux hôpitaux hypermodernes, cinq gouvernements plus tard, il y a eu deux confettis et un bruit de gazou.

Clap. Clap. Clap...

Le pont Champlain, qui tient avec de la broche à poule depuis 15 ans, aurait dû être reconstruit bien avant. On a attendu 2013 avant d'annoncer officiellement qu'il le serait.

On a choisi un consortium, on lui a imposé un design (plutôt joli), des délais stricts et des pénalités énormes en cas de retard... Et cette semaine, on apprend qu'il sera prêt en juin, pas en décembre. C'est quand même deux ou trois ans plus tôt que si le gouvernement Harper avait suivi la procédure habituelle.

« Ça s'est fait très rapidement, peut-être même trop... C'est rare qu'on fasse mieux en se dépêchant, mais parfois, on fait aussi bien », me dit Bruno Massicotte, prof à Polytechnique et expert en ponts.

***

Même pour le profane, ça se voit à l'oeil nu. Ces arêtes sorties de l'eau, ce squelette qui a pris forme, ces travées, ces lignes d'acier... Des fois, très tard, on voit des hommes juchés tout en haut, fourmis sur un rorqual bleu en construction...

Je sais bien que c'est leur boulot, mais on en fait un tous les 50 ans, un pont comme ça, au Québec. D'ailleurs, 80 % des ponts au Québec ont été construits entre 1955 et 1975, si bien que l'expertise en génie civil s'est largement perdue. C'est la nouvelle génération qui va refaire les anciens, qui va reconstruire le Québec. On n'a pas fini de voir de l'orange et des déviations. C'est en gros la même chose aux États-Unis et en Europe. La prospérité d'après-guerre a propulsé le développement des infrastructures routières, et partout elles achèvent.

***

Le même vertige me saisit quand je circule dans les restes de l'échangeur Turcot. Tout autour, on voit pousser les nouveaux spaghettis, du blanc immaculé et des courbes d'acier gris... Et juste à côté, on coupe les anciens morceaux, qui pendouillent, comme si on en bouffait une bouchée chaque semaine. Ces bouts de route qui ne mènent plus nulle part et qui s'arrêtent à 75 mètres entre ciel et terre donnent le vertige... Un moment donné, ils vont être distraits, ils vont rebrancher l'ancien avec le nouveau, c'est pas possible...

Et pourtant non. Comment font-ils ?

C'est une chose de construire des trucs compliqués, c'en est une autre de faire tenir l'enchevêtrement qu'on remplace et de l'enjamber pour faire le nouveau.

Tâche plus ingrate et obscure : tout le monde a les yeux tournés vers le nouveau pont, le nouvel échangeur, mais il y a autant de génie à faire tenir les vieilles structures. D'autant que ces grands malades cachent leurs cancers.

« C'est un travail de détective, dit le prof Massicotte. On doit se demander : qu'est-ce que je ne vois pas ? Où est la faiblesse ? »

Parce que même après l'ouverture du nouveau, le vieux pont doit être fonctionnel un an, le temps de bien tester le nouvel ouvrage.

***

Ce qu'on ne dira jamais trop, c'est aussi que Montréal est une des grandes villes au monde où les conditions climatiques sont les plus violentes pour les structures. Écarts de température de 35 à - 35 °C, chutes de neige conséquentes, utilisation du sel...

« Certains ont critiqué la mauvaise construction du vieux pont Champlain, mais compte tenu des données de l'époque, il n'a pas été mal fait du tout. Sauf que les responsables ont demandé : allez-vous utiliser du sel ou non ? Et on leur a répondu non... »

Quand le constructeur s'engage à respecter un délai et qu'il rate l'échéance, il est à blâmer, sans doute. Mais le vrai retard, le pire retard, c'est celui qu'on a mis à décider de construire. 

Depuis 2005, on savait que le pont Champlain avait terminé sa vie utile. Les travaux ont été lancés presque dix ans plus tard. C'est autant d'années passées à rafistoler un ouvrage qui ne devrait plus être là. Encore heureux qu'il n'y ait pas eu d'effondrement tragique, mais faudrait pas oublier le pont de la Concorde...

Ce retard à entretenir les routes, les ponts, les égouts, c'est toute cette négligence qui nous regarde. C'est nos choix.

Les six mois « de retard », c'est une illusion. Ce sont en fait deux ans d'avance qui sont une réponse à une commande due à la précipitation politique, elle-même le fruit ou le masque d'un laisser-faire bien plus long.

Ça ne me fera pas bouder mon ébahissement devant ces chantiers extraordinaires, indéchiffrables, ça ne m'empêchera pas de ralentir pour essayer de seulement en saisir un peu la géométrie.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer