Source ID:; App Source:

Commentaires assassins

Yves Boisvert
La Presse

Les jours où la connerie journalistique anti-Québec est en hausse, j'allume un petit lampion pour Jeffrey Simpson.

Le vénérable chroniqueur du Globe and Mail, je le crains, est une espèce en voie d'extinction - ou d'épuisement. Celle des journalistes du Canada anglais pour qui il est impensable de faire du journalisme politique sérieux au Canada sans parler très bien le français et sans avoir une connaissance approfondie du Québec.

Je ne vous apprends rien si je vous dis qu'une quantité déprimante de vedettes des médias de Toronto, Calgary, Edmonton ou Vancouver serait incapable de comprendre un discours politique, un procès, une émission de télévision, un spectacle d'humour ou un article de journal en français, si l'idée exotique leur venait d'en ouvrir un. Ce qu'ils savent du Québec est le peu et généralement l'étrange qu'on en rapporte dans les médias «nationaux».

Simpson, au contraire, parle un français impeccable, le lit, vient régulièrement au Québec, y a des relations et des amis, cela se lit. Il n'est pas pour autant un de ces originaux qui, aussitôt débarqués de Moose Jaw, tombent amoureux fous de tout ce qui est québécois, de la coupe de cheveux d'Amir Khadir au festival du film de Rouyn-Noranda - en même temps que d'une Québécoise.

Seulement, Jeff Simpson sait de quoi il parle. Et il est honnête.

Depuis quelques semaines déjà, il est devenu évident que le PQ allait former le prochain gouvernement. Cette perspective a créé un début de frisson patriotique qui a fait pleuvoir un nombre inhabituel de stupidités médiatiques au sujet du Québec séparatiste, xénophobe, irresponsable... enfin, bref, du Québec.

Simpson a pris la défense pédagogique de ce peuple réputé dysfonctionnel.

«Les commentaires au sujet du Québec provenant de l'extérieur de la province, émanant souvent de ceux qui ne peuvent ni lire, ni écrire, ni comprendre le français, étalent trop souvent le parfum du manque d'information et le sous-texte voulant qu'"ils" ne sont pas comme "nous".»

Il s'emploie ensuite à expliquer très simplement et à dédramatiser la situation politique québécoise.

***

Les commentaires raisonnables sont malheureusement vite oubliés. Hier, dans le National Post, le grand historien militaire J.L. Granatstein a évoqué le spectre de la guerre civile en cas de sécession du Québec.

Granatstein parle des discours «acrimonieux» de Pauline Marois «qui se lisaient sans doute mieux dans leur allemand original». Qu'un historien réputé associe Pauline Marois au nazisme est franchement dégueulasse et profondément malhonnête - même si je trouve pathétiques les gadgets identitaires du PQ.

Margaret Wente, dans le Globe and Mail, a parlé de «nettoyage ethnique moins le sang». Une autre, avec moins de vocabulaire, parle dans le Calgary Herald du programme «raciste» du PQ. Words are cheap, et quand on parle du Québec, le bar à mépris est ouvert 24/7, faut pas se gêner.

***

Ce qui nous mène à Richard Bain.

En fait, ça ne nous y mène pas du tout. Même si plein de gens ont voulu instrumentaliser cet attentat. Le Société Saint-Jean-Baptiste a carrément reproché aux journaux anglophones d'avoir créé un climat politique et social propice à cette tragédie.

Ironique, quand on se souvient que la même SSJB a dénoncé comme «traîtres» les députés fédéraux qui avaient voté pour la nouvelle Constitution de 1982. Elle incitait le «peuple» à «faire payer» cette trahison. Certains y avaient vu un appel à la violence, il y eut un procès, mais la Cour d'appel a fini par ranger ces mots au rayon des excès de langage politique légalement acceptables, le bon goût et la courtoisie n'étant pas (encore!) gérés par les tribunaux.

Ironique, mais surtout ridicule. Ce qui s'écrit ces jours-ci n'est rien comparé à ce qui s'est écrit dans les années 70 ou au plus fort des débats sur la loi 101, dans les années 90. Le ton général de la Gazette, pour ne citer qu'un exemple évident, est infiniment plus serein et conciliant.

Même si j'ai parlé cette semaine d'un attentat «psychiatrique», le geste de Bain s'est nourri du climat politique, au moins symboliquement. Mais gardons-nous de construire un contenu politique qui accommode notre thèse. C'est, selon toute vraisemblance, essentiellement un acte de folie, comme a dit avec raison Pauline Marois.

Établir un lien direct, de cause à effet, entre les excès de langage des médias anglophones, la désinformation et cette tentative de massacre ne tient pas la route. C'est un amalgame aussi malhonnête que ceux qu'on prétend dénoncer dans les commentaires politiques.

Autrement, de peur d'exciter la folie meurtrière, il faudrait expurger le discours public de toute expression un peu vigoureuse. C'est ça qui serait fou: confondre des commentaires assassins bêtes à mourir et des opinions mortelles.

Mieux vaut une défense et illustration de la raison journalistique.

Longue vie, M. Simpson.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer