Source ID:; App Source:

| Commenter Commentaires (66)

Une bonne raison de fêter le Québec

Les deux maires des deux plus grosses villes du Québec ont dû démissionner à cause du parfum de corruption qui flottait autour de leurs administrations. Comble de l'ironie, leurs deux remplaçants ont dû démissionner aussi, toujours à cause de la nauséabonde magouille.

Certains commentateurs disent que nous traversons l'une des périodes les plus sombres de l'Histoire du Québec, moi, au contraire, je trouve que nous vivons une période de grande lumière. Comme dans faire la lumière sur quelque chose. 

Les années sombres, ce sont toutes ces années où les citoyens se sont fait voler par des dirigeants sans scrupules.  Voilà qu'enfin, on agit. Voilà qu'enfin, la police débarque. Réjouissons-nous d'être conscient du mal qui nous dévore, c'est la première étape de la guérison.

Faut surtout pas se décourager parce qu'on parle de corruption. C'est en taisant ce mot qu'on lui permet de se propager. La nommer, c'est la seule façon de la combattre. Bien sûr, ça permet aux pratiquants du Québec bashing de s'en donner à coeur joie. Vous pouvez bien remplir la tête du Bonhomme Carnaval d'enveloppes brunes et décrire Montréal et Laval comme des villes de débauches, ici, on agit. 

Si Toronto est capable de tolérer un maire sur qui pèsent de lourds soupons, good for them! Nous, on ne fait pas semblant. Le maire fait scandale, au suivant! Le maire intérimaire fait scandale, au suivant du suivant! On finira bien par trouver un pur. Quoique c'est loin d'être évident.

Cette lutte à la corruption est une prise de conscience collective. Comme toute prise de conscience, ça fait mal. Mais c'est la seule façon de se faire du bien, un jour.  

Les carrés rouges avaient raison. Les gens au pouvoir ont détourné l'argent du peuple; avant de demander d'autre cash au peuple, arrangez-vous donc pour que l'argent remis serve vraiment à l'éducation, à la santé, à la construction. Tout l'argumentaire des manifestants du printemps érable reposait là-dessus. Si l'argent allait à la bonne place, tout le monde aurait sa place au soleil.

Le 24 juin, nous avons une très bonne raison de fêter. Fêtons l'éveil d'une conscience sociale. Ce besoin d'honnêteté qui nous honore. Trop de collectivités refusent d'ouvrir la boîte de Pandore, nous on déroule le rebord. C'est peut-être innocent de notre part, mais vaut mieux être innocent que coupable. Bien sûr, nous n'enrayerons jamais totalement la corruption. Là où il y a des hommes, il y aura toujours de l'hommerie, mais j'ai bon espoir que nous parviendrons à établir un système plus juste, où le mensonge sera l'exception, et non la règle.  

Cette lutte anti-corruption que nous vivons intensément, en ce moment, marquera les générations à venir, c'est certain.

Tous les enfants et les ados qui voient défiler au banc des accusés la gang des vieux chums corrompus, porteront en eux le même désir: celui de ne pas leur ressembler. Surtout pas! Il y a, chez ces témoins de la commission Charbonneau, une résignation repoussante, une acceptation de l'injustice dégoûtante, un égoïsme assumé indigne de leurs fonctions. 

Le Québec est en train de se libérer la conscience. C'est une démarche essentielle dans le processus d'émancipation d'une nation. Dieu sait ce qu'une jeunesse à la conscience libre, sera capable d'accomplir? Sûrement beaucoup plus qu'une vieillesse qui ne voyait, en chaque projet, que la possibilité de faire avancer son petit intérêt personnel, de collecter son 3 %. 

Toutes ces accusations ajoutent au cynisme ambiant. Les Québécois vont se méfier plus que jamais de leurs gouvernants. C'est une bonne chose. Quand on se méfie d'une route sinueuse, on a moins de chance de prendre le clos.  Les candidats aux postes de direction devront montrer patte blanche. Ni Duplessis ni Applebaum n'avaient compris qu'on ne tolérerait plus des gens louches à la mairie. Espérons que les prochains intérimaires et permanents ont saisi le message.

Une société qui survit est une société qui se soigne. Plutôt que de s'éteindre dans l'indiffŽrence, le Québec a choisi de prendre un traitement choc. Certains disent que ça paraît mal à l'étranger de voir tous ces maires dans le siège arrière de l'auto de police. À court terme, peut-être. À long terme, sûrement pas. Ce n'est pas seulement une image honteuse, c'est aussi une image de justice. La victoire du bien. Personne n'a cessé d'aller aux États-Unis parce que le président Nixon a été destitué. Au contraire. 

Je souhaite bonne fête à tous les Québécois. Je salue notre capacité d'indignation face aux révélations de la commission Charbonneau. Je salue aussi notre volonté d'action, bien incarnée par les enquêteurs de l'UPAC. Ça sent déjà meilleur au Québec. 

Je nous souhaite une nouvelle génération de Québécois qui aura de plus nobles ambitions que d'empiler de l'argent dans les toilettes. Qui comprendra que rien n'a autant de valeur que le respect, et que le respect se gagne en respectant les autres. Tous les autres, pas justes les chums, tous les Québécois. C'est en prenant soins les uns des autres que nous deviendrons grands. 

Nous aurons toujours les leaders que nous méritons. Soyons vrais et nos leaders le seront.

Bonne Saint-Jean!

Vive la conscience libre du Québec!




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer