Source ID:; App Source:

Jean Pascal... enfin!

Ronald King
La Presse

On en demandait beaucoup à Jean Pascal. Il avait peu d'expérience des grands combats, il n'avait pas boxé depuis 11 mois et il se rendait dans l'antre britannique de son adversaire.

On lui en demandait beaucoup, mais, cette fois, il nous a montré quelque chose de très intéressant. Une belle forme, du courage...

 

Pascal a perdu, mais cette défaite a fait plus de bien à sa réputation que toutes ses victoires contre des adversaires inférieurs. Certaines mauvaises langues se demandaient ce qu'il nous offrirait comme excuse après sa défaite.

Il n'a pas fourni d'excuses, ce qui, dans son cas, est un grand pas en avant.

Le Groupe Gym peut maintenant parler d'un sérieux aspirant à un championnat du monde. Pascal a 26 ans et il pourrait progresser encore pas mal. Et chez les super-moyens (168 livres), il y a notre Lucian Bute à battre...

Pascal peut maintenant marcher la tête haute et parler fort. Mais ça, il le faisait déjà...

Ohh... Oscar...

Si la défaite de Jean Pascal était prévisible, celle d'Oscar De La Hoya aux mains de Manny Pacquiao, samedi, l'était beaucoup moins.

La veille, nous nous étions demandé, entre amateurs de boxe, pourquoi Oscar De La Hoya se battait encore. Il a été 10 fois champion du monde dans six catégories, il a plus d'argent qu'il ne pourrait en dépenser - quelle agréable sensation cela doit être - et il avance dans la trentaine... (De La Hoya a même acheté le légendaire Ring Magazine pour se faire plaisir.)

Nous avons conclu qu'il avait choisi un poids léger qui grimpe chez les moyens et qu'il s'était assuré de ne pas encaisser de coups trop puissants.

Erreur. Ce Philippin de Pacman, qui concédait quatre pouces à son rival, est une machine. De La Hoya en faisait pitié et son visage commençait à être beaucoup moins joli. L'arbitre a laissé faire une ronde ou deux de trop, sans doute par respect pour le grand champion.

De La Hoya a parlé de retraite après le combat. Bonne idée...

Voici Stéphane!

La rumeur veut que Stéphane Richer, influencé par son éternel copain Claude Lemieux, songe à un retour au jeu. Ces deux-là se suivent depuis les rangs juniors.

Je me souviens du jeune Lemieux, lors d'un banquet, dire au jeune Richer: «Il faut faire un discours. Laisse-moi parler...»

Comme Lemieux, Stéphane Richer possède un bagage génétique exceptionnel. On reconnaît ces gars-là au fait qu'ils n'engraissent pas, même lorsqu'ils ont arrêté de jouer depuis longtemps. Regardez Lafleur...

Sauf qu'entre Lemieux et Richer, il y a une énorme différence. Alors que le premier a un tempérament de tigre, Richer est l'ultime bon gars, sans une once de méchanceté. Il en faut un peu pour jouer dans la LNH.

Allez, Stéphane, reste sur les terrains de golf et sois heureux. Tu n'as pas besoin des Sean Avery de ce monde.

Tina et Rocket...

Rocket, notre vaillant cyprinidé, est disparu sans laisser de message dans son bocal. Nous nous sommes inquiétés un peu, mais c'est Céline, ma perruche adorée, qui a deviné...

- Tina Turner est en ville. Je te parie qu'il est parti à sa rencontre. Tu sais comment il en rêve la nuit...

- Moi aussi, Céline, a ajouté son compagnon, René.

- Moi aussi, ai-je dû avouer. Tina Turner est la plus belle femme du monde...

- Mais elle a 69 ans!

- ON S'EN FOUT!

En tout cas... Si vous voyez un poisson rouge éperdu d'amour se promener dans les rues du centre-ville, de grâce, faites-nous le savoir. Et dites-lui qu'on l'aime et qu'on l'attend...

 




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer