Source ID:news·20120908·LA·0006; App Source:cedromItem

Fou, pas si fou?

Pierre Foglia
La Presse

Je veux bien que Richard Henry Bain soit avant tout une personne qui a des problèmes de santé mentale, comme l'a dit le bon maire Gérald Tremblay (et un peu tout le monde avec lui). Rien à voir avec la communauté anglophone, a-t-il ajouté, encore une fois comme un peu tout le monde l'a dit aussi.

Sauf que, ayant dit qu'on avait affaire à un fou et que cela n'avait rien à voir avec la communauté anglophone, voilà que M. Tremblay enchaîne avec la loi 101.

Si cela n'a rien à voir avec la communauté anglophone et avec les différends qui peuvent l'opposer à la majorité francophone, qu'est-ce que la loi 101 vient faire dans cette histoire d'un tireur fou?

La communauté anglophone a toujours joué un rôle important à Montréal, dit M. le maire dans un de ces truismes qui font de lui le fin analyste que l'on sait. Euh, certainement, monsieur le maire, mais ne venez-vous pas de dire que cet attentat n'a rien à voir avec la communauté anglophone?

Oui, il faut être vigilant pour la langue française à Montréal, admet-il un peu plus loin du bout des lèvres, MAIS - c'est bien sûr à ce MAIS qu'il voulait en venir -, MAIS ce n'est pas en imposant de nouvelles mesures.

Cout'donc, monsieur le maire, c'tu un problème de santé mentale ou c'est aussi un peu la faute de la loi 101? Êtes-vous en train de nous dire qu'il ne faut pas trop agiter ces questions de langue qui nous divisent, au cas où cela rendrait fous d'autres anglos?

Ça n'a rien à voir ou ça a un petit peu à voir quand même? C'est un problème de santé mentale ou c'est un peu aussi la faute de la loi 101?

Et si c'est un peu la faute de la loi 101, alors cet attentat au Métropolis serait finalement un peu la faute des francophones?

Je savais que ça finirait comme ça.

Je suis de ceux qui ont dit, au lendemain de Polytechnique, que c'était l'oeuvre d'un fou. Les féministes nous ont répondu: un fou qui tue juste des femmes et sur lequel on a trouvé une liste de femmes à tuer, c'est pas seulement un fou.

Même chose en Norvège. Un fou d'extrême droite tire dans le tas, rien à voir avec l'extrême droite, protestent aussitôt la droite et l'extrême droite. C'est juste un malade. Ouais, leur répondent d'autres, mais un malade avec une idéologie d'extrême droite assumée jusqu'à la folie.

Fou, pas si fou?

Ce n'est même pas la question que je vous pose. Ce qui m'agace, c'est l'unanimité et la hâte avec lesquelles on a ficelé Richard Henry Bain dans sa camisole de force. Les doutes ont été enterrés avant la victime. Est-ce bien clair pour tout le monde, là? Tout le monde a bien entendu? Rien à voir avec la communauté an-glo-phone. Mais, à tout hasard, nous lance M. le maire avec sa candeur proverbiale, à tout hasard, ne les énervons quand même pas trop avec la loi 101 qui nous divise.

Je me souviens de Dawson - un anglophone fou dans un campus anglophone. Il s'est pourtant trouvé une chroniqueuse-vedette à Toronto pour dire que ces choses-là n'arrivent qu'au Québec. Pourquoi? Parce que c'est le Québec.

J'imagine le même genre d'attentat à la chambre de commerce de Calgary lors d'une conférence de M. Harper. Le tireur s'appellerait Jean-Claude Desjardins et il aurait crié aux journalistes après son arrestation: Les francophones se réveillent! Les francophones se réveillent!

Je pourrais écrire drette là l'éditorial du National Post. Et je vous assure que ça ne dirait pas que ça n'a rien à voir avec le Québec.

LA DÉMOCRATIE, ENCORE S'il y a quelque chose de formidable dans des élections, c'est bien le juvénile enthousiasme qui fait se tomber dans les bras des gens qui sont habituellement en désaccord sur tout, sauf sur ça: il faut aller voter. La droite, la gauche, la CAQ, les libéraux, Amir, ma tante Jacqueline, Xavier Dolan, 12 345 éditorialistes, tous tellement contents de dire la même chose, pour une fois: faut aller voter!

J'y allais, je vous jure. Je vous l'avais dit, d'ailleurs: je vais voter pour Françoise et Amir. Mais vous m'avez tellement gonflé! Allez voter, allez voter, allez voter! L'animatrice à la radio a reçu une tatane qui fait pousser des radis noirs sur son toit, et ça a fini par: il faut aller voter.

Fait que je ne suis pas allé voter. C'est de votre faute.

En passant, vous êtes pas tannés de répéter chaque fois cette énorme niaiserie: faut-aller-voter-parce-qu'y a-des-pays-où-y-peuvent-pas?

Ça relève de la même fallacieuse sémantique que cette pancarte sur le bord des routes: attention à nos enfants, ça pourrait être les vôtres. Ou encore: reprenez donc un peu de nouilles, y a des pays où y en ont pas. Ici, c'est sûr, c'est pas ce qui manque. Des nouilles, je veux dire.

J'ai pas voté et je prétends que ce non-vote était l'expression d'une opinion qui vaut bien la vôtre.

CE QU'ON NOUS REFUSE Je suis sur la route. Shawinigan, La Tuque, le Saguenay, Québec. Je me promène. En fait, j'erre. Un autre voyage raté. Je vous en reparlerai, mais là tout de suite, juste un truc. Sur une petite route, dans un bric-à-brac, je viens d'acheter pour 25 sous Sous le soleil de pitié, de Jean-Paul Desbiens, qu'on appelait aussi le frère Untel. Je l'ai ouvert machinalement en retournant à l'auto. À la page 17, le frère Untel cite Sartre: Notre bonheur dépend plus de ce qu'on nous refuse que de ce qu'on nous concède. Comblés, nous sommes perdus.

Comblés de quoi? Je retournais la chose dans ma tête: comblés de quoi?

Une heure ou deux plus tard, je me suis arrêté dans une halte routière pour faire le plein. Les toilettes étaient au fond du McDo - bondé à cette heure-là - qu'il faut traverser sur toute sa longueur pour aller pisser. Tu passes entre les tables où les gens sont assis devant des plateaux chargés de bouffe. Et ils bouffent. Avec une application un peu bovine.

Comblés de ça.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer