Source ID:381820; App Source:cedromItem

| Commenter Commentaires (51)

Marcel Côté et les Tutsis

Je pense que je vais me lancer à la mairie de Montréal. Bien sûr, je vais d'abord commencer par laisser courir le bruit, pour qu'on sache que je suis «en réflexion», peut-être même en «profonde réflexion».

J'ai l'air de déconner, mais sérieux: pourquoi pas moi?

Je sais, je n'ai aucune expérience de la chose publique. Mais il semble bien que ce ne soit pas un facteur important pour que la candidature de quelqu'un soit considérée comme étant prestigieuse.

Prenez Mélanie Joly.

Mélanie qui?

C'est aussi ce que j'ai pensé, rassurez-vous, vous n'êtes pas seul à ne pas trop savoir qui est cette experte en relations publiques de 34 ans, ni ce qu'elle y connaît aux rouages de la chose municipale. Elle envisage de se présenter à la mairie.

Mais, dit-on chaque fois qu'on parle d'elle, elle a un diplôme de la grande université Oxford.

Puis-je rappeler que Gérald Tremblay était diplômé de Harvard?

***

Prenez, surtout, Marcel Côté.

Vénéré comme un demi-dieu par les fleurons du Québec inc., M. Côté a fait sa vie dans le privé. Une carrière très honorable, par ailleurs, pendant laquelle il a bâti le géant de la consultation, SECOR.

C'est-à-dire que pendant l'essentiel de sa vie active, M. Côté s'est tenu loin de la gestion de la chose publique. Sa passion, c'était de conseiller des entreprises privées.

Et là, à cinq mois des élections municipales, au crépuscule de sa vie professionnelle, La Presse est formelle: M. Côté va se lancer à la mairie!

On sait que M. Côté s'est fait tirer l'oreille. On sait que c'est le proverbial «milieu des affaires» qui a cogné à sa porte pour barrer la route à Denis Coderre.

Traduction: il y a un an, il y a six mois, Marcel Côté n'avait jamais émis de signal laissant penser qu'il songeait sérieusement à briguer la mairie.

Et là, pouf, Marcel Côté est vu comme un candidat de prestige?

Wow.

Voici un homme pour qui la mairie de Montréal est quelque chose comme un projet d'après carrière qu'il a commencé à prendre en considération quand ses chums lui ont demandé de faire le saut. Un peu comme un retraité s'achète un Winnebago pour suivre ses amis en Floride, en hiver...

***

Je regrette, mais une ville comme Montréal est un organisme cellulaire complexe. Le succès de Marcel Côté dans le Québec inc. ne garantit absolument pas que ce succès se traduira dans la chose publique.

À tout prendre, j'ai plus d'estime pour les motivations et compétences des trois candidats déclarés.

Louise Harel?

Malgré des handicaps majeurs - issue de l'aile radicale du PQ, elle baragouine l'anglais et est associée aux fusions municipales de 2000 honnies chez les Anglos -, elle n'a pas eu besoin de se faire tirer l'oreille par ses amis pour se lancer dans la course.

Quant à Denis Coderre, il a au moins un intérêt pour la chose publique, il a été ministre. Se faire élire pour gouverner n'a jamais été l'équivalent d'un voyage de retraite en Winnebago pour lui.

Et Richard Bergeron est le candidat à la mairie - déclaré ou pas - qui a le plus réfléchi à la chose municipale. Le chef de Projet Montréal, cependant, n'est pas pris au sérieux par nombre de commentateurs en raison de déclarations loufoques faites dans le passé.

Parmi celles-ci: les États-Unis ont participé à l'organisation des attentats de 2001 sur leur sol et la cigarette n'est pas si nocive. Des bêtises qui lui collent à la peau.

***

On verra si les commentaires sont aussi sévères, parlant de bêtises, avec celles de Marcel Côté.

En février dernier, commentant l'actualité chez Michel C. Auger à Pas de midi sans info sur les ondes de Radio-Canada, M. Côté a déclaré un truc qu'on imaginerait plus facilement sortir de la bouche de Stéphane Gendron, grand pyromane médiatique: «La mafia est plus démocratique que les organisations étudiantes.»

Wow.

Vito Rizzuto, grand démocrate!

Quand Michel l'a invité à nuancer sa pensée, le fondateur de SECOR a persisté dans cette déclaration comique de stupidité: «Non, c'est vrai...»

En novembre dernier, j'ai assisté à un colloque des HEC sur «les grandes tendances stratégiques de 2013». M. Côté commentait alors en tant que «sage» les présentations d'experts de tous les milieux, comme le politologue Sami Aoun et l'entrepreneur numérique Éric Chouinard.

Après la présentation de Martin Imbleau, vice-président chez Gaz Métro, M. Côté, grand supporter des gaz de schiste, a lancé ceci:

«Se chauffer à l'électricité, pis subventionner, vendre l'électricité au prix qu'on se la vend pour se chauffer, c'est un crime économique. C'est un crime contre l'humanité, mais c'est pas reconnu au Québec.»

Wow.

Un crime contre l'humanité!

Marcel Côté a vraiment fait entrer la subvention des tarifs d'hydroélectricité dans cette sombre catégorie qui inclut généralement les génocides...

Avec, en prime, un petit rire satisfait, en conclusion.

Je me demande si les Tutsis du Rwanda se chauffaient à l'électricité subventionnée.

Le savez-vous, M. Côté?




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer