En janvier dernier, tous les employés d'une ville (je garde le punch pour tout à l'heure) ont reçu avec leur paie une lettre de leur directeur général. Il s'agit d'une missive mensuelle intitulée Le mot du DG. Thème du mois: l'intégrité.

Patrick Lagacé LA PRESSE

Coiffant la première des deux pages, une citation de l'homme de lettres anglais Samuel Johnson: «L'intégrité, c'est de ne pas se mentir à soi-même.»

Après avoir rappelé que le mot «intégrité» nous vient du latin integritas, qui signifie «demeurer intact», le DG en donne sa propre définition: «Une absence de mauvaises intentions.»

Il précise aussi aux employés que, après le respect, la communication, le travail d'équipe et la créativité - qui avaient précédemment fait l'objet d'autres bulletins -, l'intégrité est l'une des valeurs de cette municipalité.

Et pour que les employés saisissent bien l'importance de l'intégrité dans la chose municipale, la Ville en question a même fait imprimer Le mot du DG sur des affiches surdimensionnées, qui furent placardées dans les lieux de travail.

Le DG, qu'on imagine être un homme pratico-pratique (ou alors rudement bien conseillé par des tops de la communication), y va de quelques exemples concrets afin d'être bien compris par les cols bleus, les employés des loisirs, les flics et les pompiers, sans oublier les cols blancs:

«- Ne pas nous laisser influencer dans nos actions et nos pensées par d'autres considérations que celles en lien avec notre mission

- Respecter la confidentialité des renseignements au niveau individuel et organisationnel

- Suivre les règles, les procédures et les normes en vigueur

- Être authentique et agir avec transparence

- Refuser de poser des gestes contraires aux exigences des lois, de transiger ou de conclure des ententes avec des tiers qui soient de nature à porter ombrage à la réputation de la Ville et à ternir son image auprès de la population

- Ne pas utiliser les ressources de la Ville à des fins personnelles [...]

- Ne pas accepter de cadeaux ou d'avantages afin de ne pas nous placer dans une situation où nous serions redevables à quiconque pourrait nous influencer dans l'exercice de nos fonctions

- Ne pas faire de compromis quant à nos principes

- Favoriser un climat de transparence, de confiance et de respect.»

Une belle liste d'épicerie de l'intégrité, quoi.

Le punch, maintenant.

Quelle municipalité a envoyé cette épître à ses employés municipaux?

Laval.

Oui: LAVAL!

Laval, où l'intégrité était apparemment soluble dans les magouilles téléguidées de l'hôtel de ville.

Oui, bon, Le mot du DG a été envoyé aux employés en janvier: Gilles Vaillancourt n'était plus maire de la troisième ville du Québec. Il avait démissionné en novembre, dans la foulée des perquisitions qui ont permis aux flics d'aller fouiller dans ses tiroirs à l'hôtel de ville, à sa caisse pop et chez sa cousine (entre autres endroits).

Mais en janvier, on entrevoyait déjà les contours du système Vaillancourt, lequel a provoqué l'enquête criminelle qui a mené, il y a quelques jours, à la mise en accusation de l'ex-maire lui-même pour gangstérisme.

Ça n'a pas empêché le DG de la Ville de Laval d'envoyer cette soupe minestrone de bonnes intentions éthiques à ses employés, au mépris des faits, de l'actualité et... de l'ironie.

Déni ou bêtise?

Je ne sais pas trop. Mais quand j'ai reçu ce Mot du DG lavallois dans une enveloppe brune, récemment, j'ai flairé le piège à cons. Trop gros, trop grossier...

Vérification faite: l'envoi est authentique. Et, me dit un responsable syndical, les employés l'ont vu pour ce qu'il est: de la bullshit totale.

En lisant cette ode à l'intégrité lavalloise, impossible de ne pas y voir a contrario les détails de l'acte d'accusation contre l'ex-maire Vaillancourt.

Voici un homme accusé d'avoir utilisé les ressources de la Ville à des fins personnelles, d'avoir agi en toute opacité, de ne pas avoir suivi les règles en vigueur, d'avoir fait un tas de compromis sur des tas de principes, d'avoir conclu avec des tiers des ententes qui ont porté ombrage à la Ville et d'avoir utilisé des renseignements confidentiels pour s'en mettre plein les poches...

Une dernière ironie?

Qui est le DG en question?

Gaétan Turbide!

M. Turbide devait témoigner devant la commission Charbonneau, la semaine dernière.

La Commission a choisi de ne pas le faire témoigner: une information reçue de «source officielle», nous a-t-on dit, avait entaché sa crédibilité.

Ça ne s'invente pas.