Si Jean Dorion ne portait pas de moustache, je crois que je l'embrasserais. Dans un texte épique publié dans Le Devoir samedi, M. Dorion a mis en mots tout le malaise qui m'envahit devant les projets identitaires du Parti québécois (PQ).

Mis à jour le 25 sept. 2012
Patrick Lagacé LA PRESSE

M. Dorion est un souverainiste de la première heure, dont la ferveur ne saurait être remise en doute. Député bloquiste, président de la Société Saint-Jean-Baptiste, M. Dorion a toujours voté PQ.

Sauf, nous apprenait-il dans ce texte intitulé «Quand un séparatiste se sépare», le 4 septembre dernier: il n'a pas voté PQ.

«C'est que je ne pouvais tout simplement pas me rallier au projet bidon de Charte de la laïcité du PQ. Ce projet, s'il se poursuit, divisera une société déjà trop divisée. Il rendra encore plus difficile l'indépendance du Québec, en nous aliénant les secteurs d'opinion libéraux du reste du continent, les seuls susceptibles autrement de respecter notre choix. Et il saccagera pour longtemps notre relation avec la plus grande immigration francophone qu'ait connue le Québec, un milieu, hier encore, plutôt ouvert à nos aspirations: le PQ avait quatre candidats musulmans en 2007, aucun cette année. Les poulets ne votent pas pour le colonel Sanders.»

Fin 2006, début 2007, le Québec a vécu une crise des accommodements raisonnables. Je suis dans le camp qui considère que nombre de ces cas ont été montés en épingle. Lors du scrutin de 2007, l'Action démocratique du Québec (ADQ) a réussi à mettre un robinet sur le tsunami de colère qui secouait un Québec faisant la danse du bacon à la mention des mots «accommodements», «hidjab» ou «hassidiques».

On connaît la suite: l'ADQ a réussi à former l'opposition officielle devant un gouvernement minoritaire libéral. Le PQ, lui, a été relégué au rang de «deuxième groupe d'opposition». Ce fut dans les faits une expérience de mort imminente. Le PQ est sorti traumatisé de cette soirée de mars 2007, après avoir vu la proverbiale petite lueur blanche au bout du tunnel...

Il s'est dit: «Pu jamais.» Comme dans «Pu jamais on ne va nous enlever le tapis identitaire de sous les pieds...»

Ça a donné cette péquisterie qu'est la Charte de la laïcité, dénoncée par M. Dorion, qui n'a jamais été un fan béat du multiculturalisme à la Trudeau: «Au Canada, trois sikhs portant turban, élus de circonscriptions majoritairement non sikhes, siégeaient aux Communes quand j'y étais moi-même, sans que quiconque s'en formalise. L'un est maintenant ministre. Au Québec, avec la Charte prévue par le PQ, il ne pourrait même pas être commis à la SAAQ.

«Bien sûr, on peut choisir de contrarier tout le reste du continent, je l'ai souvent fait moi-même sur la langue, mais encore faut-il que l'enjeu en vaille la peine: si on multiplie les cas, on permet à nos adversaires de les relier entre eux pour peindre le Québec en forteresse de l'intolérance tous azimuts.»

Je suis du bord de M. Dorion. Je n'ai pas besoin d'être «défendu» constamment dans toutes les sphères de ma vie, comme Québécois. Je ne suis pas une espèce en voie de disparition. Je ne suis pas un ours polaire.

Depuis quelques années, devant l'anglais et les immigrants, le discours rationnel a fait place à un discours de peur. Comme s'il fallait collectivement avoir peur chaque fois qu'un commerçant refuse de parler français, chaque fois qu'une adolescente souhaite fouler un terrain de soccer avec son hidjab. Dans les deux cas, c'est irritant. Mais si ce genre d'incident nous menace vraiment, peut-être méritons-nous de disparaître.

Je ne crois pas à la xénophobie du PQ. Je pense que le parti de Pauline Marois se pose en «défenseur» de l'identité québécoise pour éviter de se faire piquer des clientèles électorales et pour ne plus jamais marcher dans le couloir de la mort politique. D'où ce robinet qu'il a placé sur nos insécurités latentes.

Mais est-ce un calcul électoral profitable?

Pas sûr.

Récemment, pour les Francs-tireurs, j'ai interviewé le comédien Marc-André Grondin, pour une entrevue qui sera diffusée prochainement. Et il m'a dit tout le mal qu'il pensait du discours identitaire du PQ. «Un discours basé sur la peur», selon lui. Le discours de Jean-Martin Aussant, chef d'Option nationale, l'a séduit.

J'ai eu une sorte d'épiphanie en écoutant la vedette de L'affaire Dumont: j'ai 40 ans et la dernière crise linguistique - celle de 1988-1989, sous Bourassa -, je l'ai vécue et je m'en rappelle.

Grondin incarne beaucoup de jeunes Québécois de moins de 30 ans pour qui le rapport conflictuel avec l'anglais, c'est du stock de livres d'histoire. Pour ceux-là, pousser sur le piton de la peur linguistique est dépassé: ils n'ont pas vécu ces luttes. Ils sont souverainistes pour d'autres raisons.

Ça explique probablement pourquoi tant de jeunes Québécois ont milité pour Option nationale, lors du dernier scrutin. Ça explique probablement que 82 000 souverainistes aient voté Aussant, chef d'un petit parti naissant.

Parmi ces 82 000: Jean Dorion.

Photo archives La Presse

Jean Dorion