Au cours des derniers mois, j'ai suivi un projet fascinant mené avec des jeunes de l'organisme Dans la rue. J'ai eu l'occasion de vous en parler à quelques reprises. Pour ceux qui n'auraient pas lu ces chroniques, résumons le tout en disant que le but de cette expérience était d'initier des jeunes à la photographie et de faire surgir leur langage créatif.

Mario Girard LA PRESSE

C'est Alexandre Lepage, qui a lui-même connu la rue quand il était plus jeune, qui a eu l'idée de ce projet. L'aventure tire à sa fin. Le résultat sera présenté dans le cadre de l'exposition World Press Photo Montréal à la fin du mois d'août. J'ai revu Alexandre il y a quelques semaines. Il était en compagnie d'Alejandra Ariza, l'une des responsables du World Press Photo pour ce projet. Les deux s'apprêtaient à plonger dans les milliers de photos prises par les jeunes.

« On se retrouve avec environ 3000 photos, m'a dit Alexandre. On va tenter de montrer leur évolution à travers le processus. »

Une trentaine de jeunes sont venus aux ateliers d'Alexandre Lepage. Certains ont été plus assidus que d'autres. Vous risquez fort de voir dans l'expo les photos d'Alexandra, Mauve, Nathaniel et Michael, qui furent des fidèles.

Lors de ma dernière visite, Alexandre et Alejandra tentaient de voir comment ils allaient présenter les photos choisies au public.

« On veut montrer leur regard, on ne veut pas nécessairement les montrer, eux. » - Alejandra Ariza, l'une des responsables de World Press Photo Montréal

Les jeunes qui fréquentent Dans la rue, l'organisme fondé par le père Emmett Johns, alias Pops, proviennent de divers horizons. « Contrairement à ce que l'on dit à leur sujet, ils n'ont pas tous des problèmes de toxicomanie, explique Alexandre. Ça représente environ 20 % de la clientèle. Plusieurs vivent avec un TDH, d'autres souffrent de carences affectives. Il y a, bien sûr, des cas de santé mentale. Il y a des jeunes qui ont du mal à accepter leur homosexualité. On voit aussi de plus en plus de réfugiés. Bref, ce n'est pas uniforme, tout cela. »

« Ce sont des orphelins du système, poursuit Alejandra. Ils fittent dans rien. »

Si elle fut enrichissante, la tâche n'a pas été facile pour Alexandre et Alejandra. Tenter de réunir chaque semaine une poignée de jeunes, obtenir d'eux leur attention et espérer les revoir la semaine suivante... Il ne fallait rien tenir pour acquis. « Ce sont des jeunes qui ont beaucoup de mal avec les cadres, constate Alejandra. Or, nous vivons dans un monde fait entièrement de cadres. Ce n'est pas évident. »

De mon côté, suivre ce projet a été une fabuleuse expérience. J'ai rencontré des jeunes beaux, attachants, terriblement brillants. J'ai été touché par leur capacité à offrir leur talent sans rien attendre en retour. Ces photos, ils les ont faites parce qu'ils avaient envie de les faire. Point.

« Pour eux, le vernissage n'est pas important, m'a dit Alexandre. Ils sont toujours dans le moment présent. » 



« Terminer quelque chose, ils ne connaissent pas ça. Et là, ils ont accompli quelque chose et l'ont amené à l'étape finale. Je crois qu'ils vont avoir une belle émotion quand ils vont voir le résultat. » 

- Alexandre Lepage, photographe professionnel à l'origine du projet

Alexandre me raconte l'histoire d'une jeune fille qui a fait preuve d'un talent certain pour la photographie au cours de ces ateliers. Depuis quelques années, elle vit une relation conflictuelle avec son père. Or, il se trouve que ce dernier est photographe. Elle lui a fait parvenir deux photos qu'elle a réalisées. « Il lui a dit qu'il avait beaucoup aimé, dit Alexandre. Elle était très contente. »

J'aurai l'occasion de vous reparler des différentes composantes (le projet Dans la rue est l'une d'elles) de l'exposition que présentera le World Press Photo Montréal à la fin d'août. Pour le moment, vous pouvez inscrire à votre agenda les dates de cet évènement. Vous pouvez inscrire à votre agenda que vous avez rendez-vous avec la réalité de certains jeunes, avec la manière dont ils ont reproduit leur vie grand format.

World Press Photo Montréal 2018, du 29 août au 30 septembre, au Marché Bonsecours

Photo Laurence, fournie par Dans la rue

Le résultat du projet mené avec des jeunes de l'organisme Dans la rue sera présenté dans le cadre de l'exposition World Press Photo Montréal, à la fin du mois d'août.