Source ID:a21ce4e1-9f57-4336-804e-9ff743faae6d; App Source:alfamedia

L'impression d'avoir été dupés

« Les analystes ont été déçus de la non-atteinte... (photo nathan denette, archives la presse canadienne)

Agrandir

« Les analystes ont été déçus de la non-atteinte de certaines cibles financières au cours du dernier trimestre. Pour ma part, je me questionne sur la stratégie de redéploiement que sont en train de concocter Alain Bellemare et son équipe », écrit notre chroniqueur.

photo nathan denette, archives la presse canadienne

Décidément, Bombardier n'en finit plus de nous surprendre tout autant que de nous décourager. Comme bien des Québécois, j'ai eu la nette impression hier matin d'avoir été dupé par la multinationale, en apprenant qu'elle allait procéder à une nouvelle ronde de mises à pied, éliminant rien de moins que 2500 postes à Montréal.

En fait, en bon québécois, c'est l'impression de s'être fait fourrer que de nombreux contribuables ont pu avoir hier matin. Parce qu'il y a trois ans, Bombardier a été littéralement sauvée de la faillite lorsque les Québécois ont collectivement participé au renflouement financier de l'entreprise.

Lorsque Québec a accepté d'injecter 1,3 milliard dans le capital de la C Series, c'était essentiellement pour assurer la survie du nouveau programme d'avions C Series et aussi maintenir les milliers d'emplois qui y étaient associés.

On connaît la suite. Malgré l'apport financier de Québec, Bombardier n'était toujours pas en mesure d'assurer le succès commercial de sa nouvelle famille d'avions. Il lui fallait un partenaire solidement implanté dans le marché et capable de soutenir son rayonnement.

Incapable de conclure un partenariat avec Airbus, Bombardier n'a eu d'autre choix que de céder le contrôle de la C Series au géant européen sans que ce dernier investisse un seul sou dans l'aventure.

Déjà, ça, c'était toute une surprise. Bombardier venait de céder son programme d'avenir le plus porteur, son principal axe commercial, le projet qui lui permettait d'accéder à un tout nouveau marché que l'entreprise intégrait en occupant la pole position.

Mais bon, le nouvel A220 continue d'être développé à Mirabel, les emplois ont été sauvés et Airbus est même en mode recrutement pour assurer la hausse de cadence de production. C'est toujours ça de gagné.

Mais maintenant que Bombardier est quasiment libérée du boulet financier qui a failli la faire disparaître, la multinationale annonce un nouveau plan de rationalisation qui touchera principalement ses activités québécoises avec l'élimination de 2500 emplois bien rémunérés.

On comprend bien que Bombardier doit s'ajuster à sa nouvelle réalité. Le développement de la C Series n'est plus de son ressort, celui du Global 7500 est pratiquement complété, l'entreprise cherche donc à optimiser ses effectifs.

Beaucoup ont toutefois l'impression que Bombardier y va fort de café en procédant à des mises à pied aussi massives, alors que le secteur de l'aéronautique opère à plein régime.

On comprend surtout que Bombardier sort la scie à chaîne essentiellement pour épater les investisseurs et les convaincre que les réductions de coûts réalisés se traduiront par des profits plus élevés.

GÉNÉRER L'INCERTITUDE

Dans les faits, toutefois, Bombardier n'a impressionné personne hier, comme en témoigne la chute brutale de presque 25 % de la valeur de son titre en Bourse sur un volume record de 53 millions de transactions.

Les analystes ont été déçus de la non-atteinte de certaines cibles financières au cours du dernier trimestre. Pour ma part, je me questionne sur la stratégie de redéploiement que sont en train de concocter Alain Bellemare et son équipe.

Lorsque Bombardier avait dévoilé son entente avec Airbus en octobre de l'an dernier, j'avais marqué ma vive déception en soulignant que cette transaction confirmait un dur constat d'échec pour Bombardier.

« Que restera-t-il de Bombardier après la C Series ? Les jets d'affaires, les Q400, les CRJ modifiés ? », avais-je déploré.

Mauvais pronostic, puisque Bombardier vient de vendre sa division d'avions Q400 et que son président, Alain Bellemare, a clairement laissé entendre que la famille d'avions CRJ faisait l'objet d'une révision stratégique, bref, qu'elle pourrait être vendue à son tour.

Bombardier concentrerait ses énergies dans la construction de jets d'affaires, une activité extrêmement profitable, et dans le matériel roulant, un secteur où l'entreprise dispose d'un carnet de commandes de plus de 30 milliards US. On verra bien.

Il n'en reste pas moins que l'annonce de mises à pied aussi massives à quelques semaines de Noël ne relève pas de la très grande stratégie de relations publiques. Les Québécois aimaient Bombardier, ils l'ont épaulée, et là, ils constatent que l'entreprise n'a pas une très grande reconnaissance à leur endroit.

Cette annonce a surtout un effet totalement néfaste sur le climat de travail dans les usines de Bombardier. Elle génère un stress incroyable. Qui va partir ? Qui va rester ? Pour combien de temps ?

« Ça crée des frictions, c'est frustrant pour tout le monde, me confiait hier Dave Chartrand, responsable syndical des travailleurs d'usines chez Bombardier. Surtout que dans le passé, Bombardier a fait de pareilles annonces, et un an plus tard, j'avais toujours la même liste d'employés. »

Si on ne sait pas encore quels seront les effectifs qui vont être affectés, on sait que ce sont principalement les employés de bureau, techniciens, ingénieurs qui vont être touchés par la fin du programme du Global 7500. Les usines opèrent à plein régime et ne devraient pas être touchées.

Déjà, Alain Bellemare chiffrait hier à 250 millions US les gains anticipés de la suppression de 5000 postes à l'échelle mondiale. Des gains qui vont permettre aux dirigeants de Bombardier d'atteindre leurs objectifs financiers qu'ils pourront monnayer contre de plantureux bonis de performance, ce qui va encore une fois déchaîner les passions, la colère et le cynisme d'un large pan de la population québécoise.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer