Source ID:9686bc36-fd8f-4cc5-9ff6-a2b47255b633; App Source:alfamedia

Non, La fureur ne ressuscitera pas

Les fans finis qui espèrent un retour permanent... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Les fans finis qui espèrent un retour permanent de La fureur après ce triomphe risquent d'être déçus.

Photo Robert Skinner, La Presse

On en a eu une démonstration éclatante et électrisante samedi soir. La fureur, c'est Véro. Et Véro, c'est La fureur. Le tandem est indissociable. Point final.

L'émission spéciale concoctée pour les 20 ans de ce jeu musical a enflammé les réseaux sociaux et démontré que la télévision en direct possède encore cet immense pouvoir de rassemblement. Entre 21h et 22h30, on a senti une bonne partie du Québec vibrer à l'unisson dans une mare de cris aigus émanant du studio 42 de Radio-Canada. Il s'est passé quelque chose de très spécial, vraiment.

C'est un exploit encore plus remarquable en cette période de déconstruction numérique, où les téléspectateurs consomment les épisodes à des rythmes différents, sur une panoplie de plateformes payantes, jamais en même temps.

Maintenant, les fans finis qui espèrent un retour permanent de La fureur après ce triomphe risquent d'être déçus. Car la résurrection tant souhaitée ne se produira pas, me rapportent des espions dans la grande tour.

Bien sûr, après avoir essayé toutes les solutions de remplacement imaginables (C'est ma toune, Le choc des générations, etc.), Radio-Canada souhaiterait ramener La fureur dans sa grille horaire, mais uniquement avec Véronique Cloutier comme capitaine.

Le hic, c'est que Véro est rendue ailleurs dans sa carrière. Ça ne lui tente pas de renfiler des pantoufles douillettes et de reculer de 20 ans dans son cheminement. 

Véronique Cloutier a quitté La fureur au printemps 2003 pour justement fuir le confort et tâter d'autres formats télévisuels.

Dix ans plus tard, pour sensiblement les mêmes raisons, Véro a renoncé aux Enfants de la télé, qui caracolait pourtant au sommet du palmarès des cotes d'écoute. Ce n'est pas dans l'ADN de l'animatrice d'opter pour la facilité. Elle préfère sauter dans de nouveaux projets, quitte à se casser les dents. C'est très louable de toujours vouloir ainsi se mettre en danger et de repousser ses limites.

La seule possibilité de survie de La fureur réside dans la formule qui a été offerte samedi soir, soit une seule fois par année. Véro serait partante pour cette option annuelle, me dit-on.

L'émission de samedi, qui a très bien vieilli, a été remplie de belles surprises, et aucun élément de la belle époque n'a été oublié. Les danseurs filmés en contre-plongée, la chorégraphie d'ouverture, l'annonceur Denis Fortin et la chanson de ralliement, tout s'y retrouvait.

Le numéro de Yelo Molo, Noir silence, Kaïn, La Chicane et Okoumé a été excellent, de la pure nostalgie, tout comme l'apparition éclair de Gabrielle Destroismaisons, qui a provoqué un cri de joie de la part de Katherine Levac.

En direct sur son plateau lumineux, Véronique Cloutier a été bonne de garder le contrôle - et le sourire - alors que les participants survoltés contestaient les règlements et picossaient sur des détails. Ça finissait par devenir agaçant, toute cette cacophonie.

Au bout du compte, on a vu que l'expérience a triomphé, notamment grâce à la performance étincelante d'Élyse Marquis qui a fait perdre la face aux gars, dont le pauvre Louis Morissette qui avait l'air de vraiment, mais vraiment vouloir gagner à tout prix.

Miss BBQ sur le gril!

Alors, pensez-vous que Miss BBQ (Charlotte Legault), alias Amélie Bérubé, a accepté la gentille invitation d'hébergement du policier psychopathe Yanick Dubeau (Patrice Godin)? Vous le saurez dans l'épisode de District 31 que Radio-Canada relaiera ce soir à 19h.

J'ai vu les quatre demi-heures de District 31 de cette semaine, qui reprennent exactement là où l'auteur Luc Dionne nous a abandonnés avant Noël : avec le coup de fil de Miss BBQ à Dubeau. Ne paniquez pas, aucun divulgâcheur ne ponctuera les prochains paragraphes. Pas besoin de faire comme Sandra Bullock dans Bird Box.

D'abord, un dossier important (indice : lutte de pouvoir) se bouclera d'ici jeudi. Et Dieu merci, les mots Léopold Jean ont presque complètement disparu des discussions des sergents-détectives du 31. On avait fait le tour plusieurs fois.

Quant à la résolution du meurtre de Sophie Carignan (Ève Aubert), la veuve du motard Christian Phaneuf (Emmanuel Auger), mettons que ça ne progresse pas super vite. La gang du 31 a été déployée en catastrophe sur une autre affaire pas mal plus urgente.

Deux nouveaux noms mystérieux sortiront dans l'enquête sur la disparition de Charlène Baribeau (Sophie Desmarais). Et un personnage influent, que l'on a vu rapidement l'an passé, reviendra chambouler le destin d'au moins deux flics qu'on aime!




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer