Source ID:525904; App Source:cedromItem

| Commenter Commentaires (11)

Chouchous un jour, chouchous toujours

Éric Salvail, nommé meilleur animateur de magazines culturels... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Éric Salvail, nommé meilleur animateur de magazines culturels et talk-shows, est monté sur scène en compagnie de sa mère pour récolter son prix.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Le tableau d'honneur des chouchous du petit écran n'a pratiquement pas bougé hier soir à la suite de la présentation - plutôt ennuyeuse, j'y reviendrai plus bas - du 29e Gala Artis sur les ondes de TVA. Ce fut presque une copie conforme des résultats de 2013, à quatre exceptions près.

Bref, quand les téléspectateurs en pincent pour une vedette québécoise, ils la dorlotent et la cajolent longtemps. Voyez, Guylaine Tremblay et Claude Legault ont encore effectué un doublé en raflant chacun le prestigieux titre de personnalité de l'année, en plus de rayonner dans leurs catégories respectives: téléroman pour elle, grâce au succès canon Unité 9 de la SRC, et télésérie pour lui, pour sa participation à Un sur deux à TVA.

Pierre Bruneau (bulletin de nouvelles) Charles Lafortune (variétés et divertissement), Gino Chouinard (services), Guy Jodoin (jeux), Dave Morissette (sports), Hélène Florent (télésérie), Yan England (jeunesse) et Anne Dorval (comédie) ont aussi tous répété leur exploit de 2013. Des piliers inébranlables. Aucun des 10 nouveaux nommés de 2014 n'a réussi à grimper sur le podium.

La plus grosse surprise de cette fête glamour de la télévision a éclaté dans la catégorie talk-show quand Éric Salvail a écarté Guy A. Lepage (Tout le monde en parle) et Véronique Cloutier (Les enfants de la télé) de la scène du Théâtre Denise-Pelletier. C'est David qui a assommé deux Goliath en même temps.

La tête d'affiche de V, accompagné de sa maman Colette Salvail, paraissait très ému. Avec raison. Éric Salvail ne l'a pas volée cette récompense: il a bûché super fort après avoir pris la décision risquée de larguer TVA pour une chaîne au rayonnement plus petit.

Au chapitre des affaires publiques, Denis Lévesque de LCN a exclu du podium Alain Gravel, qui aurait sans doute profité de cette tribune pour dénoncer les compressions imposées à son émission Enquête. Il a démontré beaucoup de classe ce Denis Lévesque en saluant longuement le boulot utile et nécessaire de ses compétiteurs. Coup de chapeau.

Dans les téléromans, Paul Doucet d'Unité 9 a posé ses mains sur le trophée remporté l'an dernier par Guy Nadon. La popularité monstre des Beaux malaises a propulsé Martin Matte au sommet, chassant Daniel Brière des Parent. Le discours de remerciement de l'humoriste baveux a été le plus savoureux: juste assez incisif et touchant à la fois.

Charles Lafortune a aussi évoqué la controverse qui a découlé du triomphe de Yoan Garneau à La voix. C'est bien d'encourager votre préféré sur les réseaux sociaux, a-t-il remarqué, «mais vous n'êtes pas obligés de chier sur la tête de l'autre qui chanté à côté». Bien envoyé. Guy Jodoin s'est permis un rare commentaire politique en affirmant au micro que «le Québec, c'est un beau pays pareil».

Et le déroulement du gala? Bof. La longue vignette d'ouverture sur les artistes désirant se rendre sur la planète Mars, peu rigolote, a été beaucoup trop longue et on n'en comprenait pas trop le but. Il se cachait où le punch? Personne ne l'a trouvé, faut croire.

Le monologue de Mario Tessier qui a suivi a cruellement manqué d'épices. La blague des cinq personnes qui ont regardé Série noire n'a, évidemment, pas été bien reçue par la foule. Plusieurs autres gags poussés par le maître de cérémonie n'ont pas décollé, provoquant plusieurs (beaux?) malaises. Les 20 premières minutes de l'émission ont été pénibles. Et il y a eu d'autres maladresses, dont la vidéo de présentation inutilement violente pour annoncer la catégorie des jeux.

Bon flash, par contre, de présenter les nommés par un narrateur de cinéma hyper dramatique. Mais pourquoi, seigneur, copier le truc des selfies, qui a connu son heure de gloire aux Oscars? C'est officiel: l'égoportrait a été complètement brûlé dimanche. Mort et enterré. Plus capable.

La présentation de la catégorie jeunesse par les deux enfants a été charmante. Véronique Cloutier et Louis Morissette, les plus habiles de la soirée, ont démontré qu'ils maîtrisaient fort bien l'art de la scène. Bien hâte d'assister à leur spectacle.

Pour ce qui est des variétés, pas certain du choix de la pièce Say Something, interprétée par Marie-Mai et Adam Cohen. Les candidats de La voix ont été corrects, sans toutefois nous procurer de grands frissons. Et les meilleurs moments des Jeux olympiques en photos découpées, ça frôlait un peu le ridicule. TVA ne possédait pas les droits pour les vidéos, alors il aurait fallu imaginer un autre concept pour honorer les athlètes.

Au fil d'arrivée, TVA a mis le grappin sur 9 des 16 trophées attribués dimanche, Radio-Canada en a reçu 4, V en a agrippé 1, tout comme Vrak.TV, qui a brillé grâce à Yan England. La statuette rapportée par Hélène Florent est apatride, car elle vaut autant pour La galère de Radio-Canada que Toute la vérité à TVA. Et sans rien enlever aux Bobos de Télé-Québec, je crois sincèrement qu'Anne Dorval a reçu une accolade dimanche pour son travail dans Les Parent à Radio-Canada.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer