Source ID:519743; App Source:cedromItem

| Commenter Commentaires (21)

Yoan, pour l'amour du country

Le protégé d'Isabelle Boulay, Yoan Garneau, n'a pas... (Photo Joel Lemay, Agence QMI)

Agrandir

Le protégé d'Isabelle Boulay, Yoan Garneau, n'a pas connu sa meilleure soirée hier, alors que la production l'a sorti plusieurs fois de sa zone de confort folk-western.

Photo Joel Lemay, Agence QMI

Eh bien, voilà un autre résultat de vote populaire qui a étonné - ou frustré - bien des gens, hier soir. Le beau Yoan Garneau, clone vocal d'Elvis Presley et de Roger Whittaker (moi, j'ai quitté mon pays bleu!), a remporté la grande finale de La voix de TVA. La Yoanmanie continuera donc de déferler sur le Québec pendant plusieurs mois. Préparez-vous.

Première leçon à retenir: ne jamais sous-estimer le pouvoir des régions. Introverti, timide et discret, le guitariste champion de 18 ans, originaire de Ferme-Neuve, au nord de Mont-Laurier, cherchait ses mots quand l'animateur Charles Lafortune a prononcé son nom au micro, vers 21h30. Mettons ça sur le compte de la nervosité et de l'énervement. L'an dernier, les Québécois avaient couronné la tout aussi craintive Valérie Carpentier, de Sainte-Anne-de-la-Pérade.

C'était clair depuis quelques semaines déjà qu'une lutte à deux se dessinait entre le cowboy Yoan Garneau et la chanteuse-maman Renee Wilkin, 25 ans, de Gatineau. Les deux accaparaient toujours la plus grosse portion du suffrage populaire.

Par contre, Yoan n'a pas connu sa meilleure soirée hier, alors que la production l'a sorti plusieurs fois de sa zone de confort folk-western. Le protégé d'Isabelle Boulay à la voix caverneuse a figé pendant Forget You de CeeLo Green et paraissait pétrifié dans cet environnement pop vitaminé. Ça n'augurait rien de bon pour le blond.

Ensuite, la chanson country pop T'aimer trop, que lui a composée Luc De Larochellière, n'a pas tellement levé. Dans nos salons, on entendait «t'es métro» au lieu de «t'aimer trop». Yoan mâchouillait ses mots et je l'ai trouvé plus monocorde que jamais. Accoté sur le piano de Corey Hart pendant Never Surrender, Yoan a été éclipsé par le deuxième finaliste masculin, Rémi Chassé, beaucoup plus en voix.

Renee Wilkin avait alors peut-être une chance de battre l'armée de fans - des adolescentes, on imagine - qui soutiennent Yoan depuis son audition à l'aveugle. Mais non. La chanson que lui a confectionnée Marc Dupré, Comment je te dirais, une ballade trop classique et formatée pour Rouge FM ou Rythme-FM, manquait de «oumpf». Renee excelle dans la soul ou le jazz puissant, et c'est un titre à la Rolling in the Deep d'Adele qui l'aurait fait encore plus briller.

La rockstar Rémi Chassé, 28 ans, qui a grandi à Sainte-Marie de Beauce, a hérité d'Une armée dans la voix, une efficace composition de Louis-Jean Cormier qui a (encore) prouvé que c'est possible de rocker en français. Cravate mince sur habit noir, Rémi ressemblait encore plus à une vedette de la britpop. Super performance, rien à redire.

C'est dommage, mais Rémi Chassé n'avait que très peu de chances de triompher. Dans ce type de concours de chant, les téléspectateurs appuient traditionnellement les candidats négligés, ceux qui n'ont pas déjà les pieds dans le showbiz comme Rémi, qui a déjà enregistré trois disques avec son groupe Tailor Made Fable.

Les électeurs aiment que leur dollar serve à faire décoller une nouvelle carrière, qu'il permette à un artiste de sortir de sa coquille. C'est ce qui est arrivé à la finaliste Marie-Élaine Thibert après Star Académie en 2003. C'est ce qui attend Yoan Garneau, qui gagnera certainement en assurance avec la pratique.

De l'assurance, l'intense Valérie Lahaie, 21 ans, en avait une caisse quand elle a chanté les mots d'Éric Lapointe sur J'existe, à mi-chemin entre la douceur et la rage. Probablement la meilleure prestation du carré d'as final. Bravo.

L'extravagant CeeLo Green, tout de rouge vêtu, a ouvert cette émission de gala en compagnie de Renee et Rémi sur Crazy, le plus grand succès du duo Gnarls Barkley que l'ex-juge de The Voice a formé avec Danger Mouse.

Beaucoup trop court le passage de Julie Masse. En plus de C'est zéro, on aurait volontiers dégusté un pot-pourri comprenant Billy, Les idées noires et Sans t'oublier. Alex Nevsky a enflammé le studio avec ses succès On leur a fait croire et Les coloriés. Ça fait du bien de voir de la relève sur un plateau aussi grand public que celui de La voix. À ce sujet, les soeurs Boulay ont obtenu une visibilité exceptionnelle et ont été parfaites sur Mappemonde. C'était du joli.

En plus du jeune Yoan Garneau, Louis-Jean Cormier est aussi un des vainqueurs de cette deuxième saison de La voix. Sa musique sensible et intelligente a pu se frayer un chemin dans un maximum de chaumières. Et le Québec a pu découvrir un poète éloquent et hyper cultivé.

Marc Dupré a aussi pris du galon en 2014. En plus de manufacturer ses propres succès comme Nous sommes les mêmes et Aimons-nous (sans attendre), il s'est taillé une place enviable comme réalisateur et producteur de disques pour d'autres artistes, dont Olivier Dion et Jérôme Couture.

Reste maintenant à découvrir quel type de matériel Yoan offrira à ses fans. C'est certain que ça voguera dans les eaux de Patrick Norman, Paul Daraîche, Roch Voisine, Gildor Roy ou Renée Martel. Et ça risque de cartonner à l'extérieur de Montréal.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer