Le grand retour de Luc Dionne

Il prête sa plume et son oeil de réalisateur au cinéma depuis plus de 10 ans avec des films comme Monica la mitraille, Aurore ou L'enfant prodige. Mais pourquoi Luc Dionne, créateur de la brillante saga mafieuse Omertà, boude-t-il le petit écran depuis aussi longtemps?

Coup de fil en Floride pour prendre des nouvelles de Luc Dionne, qui ourdit son grand retour à la télé avec deux gros projets sur le feu à TVA, m'a-t-il révélé en primeur.

Le premier s'appelle Blue Moon et catapultera le télé- spectateur dans le monde secret des sociétés militaires privées comme Blackwater ou Craft International. Ces puissantes entreprises, souvent fondées et dirigées par d'anciens membres haut placés de l'armée ou de la police, «font des trucs que l'armée ne ferait pas ou qu'elle n'a pas le droit de faire», explique Luc Dionne, qui s'inquiète de la privatisation de plus en plus grande des services militaires, autant chez nous qu'aux États-Unis.

La firme Blue Moon serait, en quelque sorte, l'équivalent québécois de Blackwater. Un regroupement de mercenaires, pour résumer rapidement. Si vous suivez Trauma à Radio-Canada, vous pouvez voir depuis quelques épisodes un «fournisseur de services de sécurité» à la Blackwater, qui a été embauché pour libérer les médecins Julie Lemieux et Sophie Léveillée, coincées en Haïti.

Ce sujet regorge de potentiel. Il y a un an, V a failli acheter cette télésérie de 10 épisodes de 60 minutes, mais y a renoncé faute de budget. À cette époque, les noms de Karine Vanasse et Laurence Leboeuf étaient attachés au projet. Le réalisateur pressenti est toujours Louis Bélanger (Gaz Bar Blues).

«Le pouvoir m'a toujours beaucoup intéressé, poursuit Luc Dionne, créateur de Bunker, le cirque. Tout n'est pas blanc et tout n'est pas noir. C'est le genre de truc qui m'allume.»

Autre émission sur laquelle Luc Dionne planche: District 31, dans laquelle deux enquêteurs - un homme et une femme - résoudront chaque semaine des cas d'homicides, de vols, d'agressions sexuelles ou de crimes économiques.

«Dans cette série, je ramène les enquêteurs dans les postes de quartier, comme cela se faisait avant l'implantation de la police de proximité. Aujourd'hui, il n'y a que quatre grands centres d'enquête à Montréal, qui traitent à peu près tout», explique Luc Dionne.

District 31 comprendra aussi une touche comique à la Clair de lune (Moonlighting sur ABC), une populaire série du milieu des années 80 mettant en vedette Bruce Willis et Cybill Shepherd dans la peau de deux détectives privés qui en pincent l'un pour l'autre. «District 31 aura un côté sérieux et un côté plus humoristique», poursuit le réalisateur.

Après 10 ans à bûcher sur des longs métrages, Luc Dionne avait hâte de tricoter de nouvelles intrigues pour la télévision. «Au cinéma, on a deux heures, maximum, pour raconter notre histoire. En télévision, on peut se permettre de développer nos affaires, de bien les raconter et d'approfondir nos personnages. Ça me manquait», admet-il.

Luc Dionne a récemment réalisé quelques épisodes de 30 vies à la SRC et a aussi été sollicité pour collaborer à l'écriture de la webtélé Smoke de V, une autre production de Fabienne Larouche. Il était donc logique que ce soit avec elle et la société Aetios qu'il se fraie un chemin dans la jungle de la télé québécoise. «Avec Fabienne, je sais qu'on va presser le citron au maximum et qu'on va en sortir le plus de jus possible afin que tout l'argent soit à l'écran», constate-t-il.

Changement de sujet, en terminant. Voici des excuses, chers lecteurs. J'ai manqué de temps cette semaine pour vous rappeler le début de l'émouvante minisérie policière Broadchurch à Radio-Canada, dont le premier épisode a été diffusé hier soir (21h). Il y a une tonne de moyens de le rattraper, dont Tou.TV. Faites-le. Vous ne le regretterez pas. C'est une série britannique remplie de sensibilité qui traite de la mort d'un garçon dans une station balnéaire du sud de l'Angleterre. L'enquête policière est captivante et ses impacts insoupçonnés sur cette petite communauté le sont tout autant.

Le réseau américain tourne présentement le remake de cette grande oeuvre, rebaptisée Gracepoint, avec le même policier (excellent David Tennant), mais épaulé par l'actrice américaine Anna Gunn (Skyler White dans Breaking Bad). Bon visionnement.

JE LÉVITE : Avec le nouveau générique de L'épicerie

L'ancienne musique de L'épicerie, hyper mélancolique et vieillotte, me donnait les blues à tout coup. Le nouveau générique d'ouverture du pertinent magazine de Radio-Canada, aux couleurs acidulées et aux arrangements plus contemporains, est joyeusement tonique et moderne. Agréable changement.

JE L'ÉVITE : Richard le remorqueur de Toyota

Le constructeur automobile Toyota devrait songer à s'inventer un nouveau personnage pour vendre ses voitures. Car les dernières stepettes de Richard à la fausse commission Charbonneau sont tout sauf drôles. Aurait-on fait le tour (du moteur), Votre Seigneurie?




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer