Source ID:384276; App Source:cedromItem

| Commenter Commentaires (13)

Qui habitera la tour de la SRC?

Selon Radio-Canada, la rénovation de cette tour construite... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Selon Radio-Canada, la rénovation de cette tour construite au début des années 70 coûterait plus cher que le partenariat avec le privé.

Archives, La Presse Canadienne

Cela fait déjà plusieurs mois que les hauts dirigeants de Radio-Canada ont pris cette décision: les 3500 employés quitteront d'ici quatre ans leur vieille tour brune du boulevard René-Lévesque Est pour devenir locataires dans un nouvel édifice, deux fois moins grand, érigé et administré par une entreprise privée.

En effet, la SRC vendra à un promoteur tout ce qu'elle possède sur le quadrilatère formé par le boulevard René-Lévesque, l'avenue Viger, l'avenue Papineau et la rue Wolfe, ce qui comprend la grande tour frappée du logo de Radio-Canada, deux niveaux souterrains ainsi qu'un vaste stationnement. Tout doit partir, absolument tout.

En échange, Radio-Canada signera un bail à long terme «d'une trentaine d'années» avec le constructeur pour occuper des locaux flambant neufs érigés sur cet immense terrain d'un million de pieds carrés, qui accueillera aussi des logements sociaux, des commerces et des appartements dits abordables.

Et qu'adviendra-t-il de la fameuse tour? Pas question de la raser, de la dynamiter ou de lui retirer sa molécule rouge, selon un règlement de zonage adopté par la Ville de Montréal en 2009. Le promoteur pourra transformer la célèbre tour en condos, en locaux commerciaux ou en chambres d'hôtel, peu importe, le monument orné de son logo d'origine continuera de surplomber le Faubourg à mélasse, près du pont Jacques-Cartier.

À qui la chance? Imaginez maintenant les possibilités de marketing pour une future tour à condos: dormez dans les anciens bureaux de Louis Lalande pour la modique somme de 250 000$!

Radio-Canada abandonne ses activités de gestion immobilière afin de se concentrer sur la radiodiffusion et la production. Ce qui est loin d'être une mauvaise idée. Le passage du statut de propriétaire à locataire de la Maison de Radio-Canada permettra de réaliser des économies, dont le montant n'a toutefois pas été précisé hier.

Actuellement, la moitié des studios radiophoniques de Radio-Canada n'est pas occupée et plusieurs espaces sont sous-utilisés, d'où l'intérêt de déménager dans des bureaux plus petits, mais plus fonctionnels. D'ici 2017, Radio-Canada s'installera donc dans des lieux de travail à aire ouverte, pour favoriser la circulation des idées. Autre exigence de la SRC: se reconnecter au quartier qui l'entoure.

Contrairement à TVA, dont l'édifice donne directement sur le boulevard de Maisonneuve, Radio-Canada est isolée au beau milieu d'un stationnement format géant.

Pourquoi ne pas rénover la tour, demandez-vous? Selon Radio-Canada, la rénovation de cette tour construite au début des années 70 coûterait plus cher que le partenariat avec le privé.

Trois consortiums ont été présélectionnés pour participer au concours final de ce projet colossal. Il s'agit de Média Cité, piloté par la firme Busac, du regroupement Partenaires du développement de la Maison, mené par le constructeur Broccolini, ainsi qu'une proposition commune soutenue par SNC-Lavalin et Prével.

Ces trois consortiums disposent maintenant de neuf mois pour déposer leur proposition à Radio-Canada. Comment exploiteront-ils les anciennes installations de la SRC? Après l'étude des devis et leur approbation par toutes les instances concernées, la première pelletée de terre de la nouvelle demeure de Radio-Canada devrait être soulevée en 2015, pour une occupation prévue en 2017.

J'ai contacté hier les trois consortiums finalistes pour savoir de quelle façon ils pensaient recycler la grande tour. Broccolini et SNC-Lavalin n'ont pas commenté, invoquant la confidentialité de leurs opérations.

Le groupe Broccolini a construit certaines extensions du Centre Laval, beaucoup d'immeubles au Marché Central (Brick, Mountain Coop), des succursales du détaillant Target, le stade Saputo et les studios de la Cité du Cinéma Mel's.

En partenariat avec l'UQAM, la firme Busac a érigé les premiers étages de l'îlot Voyageur, au centre-ville de Montréal, avant que le projet ne vire au cauchemar. Busac n'a pas fait que ça - elle gère aussi la Place Dupuis - mais le projet de l'îlot Voyageur est celui qui a été le plus médiatisé dernièrement.

Quant à SNC-Lavalin, mettons que l'entreprise a traversé son lot de crises dans les derniers mois. Pour sa part, Prével construit des condos un peu partout dans la région de Montréal (Lowney, Impérial, Quai de la commune).

Habiteriez-vous dans la tour de Radio-Canada? La vue est magnifique, c'est certain, mais l'odeur qui se dégage de la brasserie Molson, de l'autre côté de la rue Viger, peut être intense. C'est un pensez-y bien.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer