Réglons l'épineux cas du titre anglais tout de suite. C'est un choix de la chaîne V de ne pas franciser l'appellation The Price Is Right, qui débarquera sur les ondes québécoises les mercredis à 19h à partir de septembre. Une décision très discutable, à mon avis. La première incarnation du classique The Price Is Right en 1994-1995 sur TQS portait le titre de Misez juste. Même les Français, pourtant très friands des expressions anglophones, ont jugé bon de traduire The Price Is Right pour Le juste prix sur TF1.

Hugo Dumas LA PRESSE

«The Price Is Right, c'est très connu, c'est une des marques les plus connues de l'histoire de la télévision. C'est comme un Starbucks ou un Wal-Mart», insiste le porte-parole de V, Tim Ringuette.

Sur vos petits écrans, le jeu s'appellera donc The Price Is Right: À vous de jouer. L'humoriste Philippe Bond, 31 ans, qui a décroché l'emploi d'animateur sans audition, a exigé que la production lui fournisse le long micro mince popularisé par Bob Barker sur CBS. Et il l'obtiendra.

Aux États-Unis, The Price Is Right accapare les ondes depuis 1956. Entre 1972 et 2007, c'est le célèbre Bob Barker qui l'a piloté quotidiennement avant de partir à la retraite et d'être remplacé par l'humoriste Drew Carey. La version de V ne jouera qu'une fois par semaine pendant 60 minutes et le réseau de la famille Rémillard nous promet de gros prix comme chez les Américains: bateaux, voitures, voyages et, bien sûr, le traditionnel ameublement colonial. Le total du gros lot avoisinera les dizaines de milliers de dollars.

C'est d'ailleurs ce qui avait coulé Misez juste en 1995: les prix - non commandités - qui grugeaient tout le budget de production. Ça, et l'animateur Alain Léveillé, qui commençait dans le métier après avoir animé le bingo à la télé communautaire de Repentigny et enseigné les rudiments du Videoway aux abonnés de Vidéotron. Sans blague. On ne l'a plus revu par la suite.

La productrice de ce nouveau The Price Is Right, Nancy Charest, de La Presse Télé, parle d'une émission moderne, dynamique et audacieuse. «Je veux qu'on ait du fun. Ça va être un gros party une fois par semaine. Je vais être là pour mettre de l'ambiance», assure Philippe Bond, dont c'est le premier vrai contrat d'animation en télévision. Vous pouvez cependant l'entendre tous les matins dans l'émission C't'encore drôle de NRJ avec Mitsou et Pierre Pagé.

Environ 300 candidats potentiels rempliront les gradins pendant les enregistrements, qui se dérouleront dans les studios Mel's de Saint-Hubert, sur la Rive-Sud. L'annonceur maison, qui n'a pas encore été choisi, lâchera parfois des come on down, mais la formulation exacte de l'appel gagnant en studio reste à déterminer.

Des 70 jeux employés dans la version originale, V en gardera une vingtaine pour son adaptation. Hier, la liste des favoris renfermait notamment Plinko, Punch a Bunch, Hole in One (le mini-putt) et le fameux Cliff Hangers, où un Tyrolien grimpe une montagne en yodlant. Cette fois-ci, ils porteront des titres en français, dieu merci.

The Price Is Right ne serait pas The Price Is Right sans les hôtesses-présentatrices. La version québécoise en recrutera deux, qui agiront à titre de «Bond Girls». Dans Misez juste, deux beautés paradaient devant les prix, soit Josée Salois et Ève Bouchard. Et c'est Fabien Major qui annonçait les noms des heureux élus.

Diplômé de l'école nationale de l'humour en 2002, Philippe Bond a animé dans les bars et cabarets pendant huit ans. «De l'interaction avec le public, j'en ai fait», rappelle-t-il. Ce qu'il souhaite le plus? «Que des femmes hystériques me sautent dessus», blague Philippe Bond.