Source ID:160058; App Source:cedromItem

La réduction des goûts

Il est montré du doigt à la page 1302 du rapport de la commission Charbonneau. Enfoui dans un court passage qui fait 10 paragraphes, pas plus. On cligne des yeux et on le rate.

Et pourtant, c'est l'un des pires coupables des atrocités des dernières années. Il est lié à la corruption, il a facilité la collusion, il a simplifié la fraude... et en plus, il a permis la construction d'une flopée d'horreurs à la grandeur du Québec!

Ce coupable, c'est la règle du plus cheap soumissionnaire... je veux dire, du plus bas soumissionnaire.

Ah, elle paraît bien du dehors, cette règle. Elle oblige les villes à choisir l'entrepreneur qui coûte le moins cher. C'est responsable... non?

Eh bien non, justement. Car cette règle sacro-sainte «facilite grandement» la collusion, disent les commissaires. Elle permet aux entrepreneurs de savoir que la sélection se fait presque uniquement sur le critère du coût. Et elle les incite donc à s'entendre à l'avance sur ce coût, et voilà! Ils n'ont qu'à se partager contrats, projets et territoires.

Puis pas de problème pour la marge de profits, l'entrepreneur n'aura qu'à compenser son manque à gagner en multipliant les faux extras. Génial. Pas même besoin de consacrer de temps ou d'argent pour des futilités comme la beauté du projet. Ou pire, sa qualité.

***

Coïncidence intéressante. Le rapport de la commission Charbonneau a été dévoilé presque au même moment que les prix d'excellence de l'Ordre des architectes du Québec.

Des prix parmi lesquels, je ne vous surprendrai pas, je ne trouve aucun projet qui ait subi le diktat du plus bas soumissionnaire.

Le grand prix, par exemple, a été attribué à la suite d'un concours d'architecture. C'est la formidable bibliothèque du Boisé de l'arrondissement de Saint-Laurent (Cardinal Hardy, Labonté Marcil, Éric Pelletier), superbe projet qui brouille la frontière entre intérieur et extérieur, entre nature et architecture.

Le prix du bâtiment institutionnel public, il a été remis à un projet sélectionné pour sa... qualité, justement. C'est le pavillon des sciences du cégep John-Abbott (Saucier + Perrotte), un édifice aux généreux intérieurs qui favorisent l'échange entre élèves.

Quant à la plupart des autres projets, comme La Bergerie (L'OEUF) et La Colombière (Yiacouvakis Hamelin architectes - YH2) qui allient à merveille l'ancien et le nouveau, ils sont privés.

Et le privé, lui, quand il veut bien faire, il sait qu'il doit se tenir loin des entrepreneurs dont la principale qualité... est de ne pas s'en soucier.

***

Amusante coïncidence, donc, entre le dévoilement des prix d'architecture et du rapport Charbonneau. D'autant que l'Ordre des architectes, comme la Commission, est contre la règle du plus bas soumissionnaire.

En fait, il se bat contre cette règle depuis sa création en 2002, ou à peu près.

J'avoue d'ailleurs avoir piqué mon titre dans le magazine de l'Ordre. Un titre qui dit tout. À vouloir réduire à tout prix le coût, on en vient à réduire le goût... de faire bien, de faire beau, de faire exemplaire.

Pas compliqué, «le plus bas soumissionnaire conforme», c'est à peu près tout le temps «le plus bas soumissionnaire», point. On choisit presque systématiquement le prix plancher, même si c'est souvent l'entrepreneur qui offre le score le plus bas en matière de qualité.

Pourtant, je le dis et le redis, le Québec est trop pauvre pour être cheap. Car la mauvaise qualité finit toujours par coûter cher, que ce soit lors de la construction (extras), de l'opération (entretien) ou des rénovations (complications).

Tant mieux, donc, si la commission Charbonneau sort de son mandat et reconnaît que la qualité a pris le bord avec la règle du plus bas soumissionnaire. Et tant mieux si elle appelle à une nouvelle «pondération plus variée» pour qu'on se «préoccupe davantage de la qualité des infrastructures».

Mais pourquoi ne pas aller plus loin? Pourquoi ne pas rompre avec l'approche «Dollarama»? Pourquoi ne pas carrément abolir cette règle qui va à l'encontre de tout ce à quoi devrait aspirer le Québec?

Après tout, le rapport de la Commission le démontre bien: c'est une hérésie à la fois fiscale et architecturale. Une façon de se faire croire qu'on est vigilant sur le prix, rien de plus.

Or, on n'a qu'à jeter un oeil aux projets issus de concours pour voir que le rendement sur investissement est indéniable quand on opte pour la qualité, la fonctionnalité, l'efficacité. Voyez la Grande Bibliothèque et le nouveau Planétarium, deux projets dont les budgets et échéanciers ont été respectés à la lettre.

Dans un monde idéal, on construirait donc tous nos bâtiments publics à la faveur de concours d'architecture, comme le fait la Suisse par exemple. Mais si on ne peut aller aussi loin, arrangeons-nous au moins pour écarter systématiquement le plus bas soumissionnaire, comme le fait Edmonton.

Arrangeons-nous pour encourager la qualité, à tout coup, plutôt que le travail botché.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer