Mine de rien, le Québec vient de réaliser son plus important surplus budgétaire à ce jour. Et pour y arriver, non seulement le gouvernement a utilisé son presse-citron, mais encore il a pu compter sur Guy Laliberté et dame Nature...

Publié le 8 juill. 2016
Francis Vailles LA PRESSE

La nouvelle est sortie en catimini, jeudi, en fin de journée. Le ministère des Finances a publié le rapport mensuel des opérations financières qui fait le point sur l'ensemble de l'exercice budgétaire 2015-2016, clos le 31 mars.

L'année est terminée depuis trois mois, mais le gouvernement attendait, comme toujours, les déclarations de revenus et autres éléments de fin d'année pour publier son compte rendu annuel.

Voyons voir. Au final, le surplus s'élève à 1,65 milliard de dollars. Il grimpe à 1,8 milliard si l'on ajoute la portion non utilisée de la réserve pour contingences, de 150 millions. Bref, l'objectif du ministère des Finances est atteint et même dépassé, puisqu'il comptait boucler son année à zéro. Alléluia !

Mes yeux n'ont pas l'habitude de voir un signe positif dans ce genre de relevé. J'ai donc retracé les soldes budgétaires des 45 dernières années pour constater que jamais le Québec n'avait réalisé un surplus d'une telle importance, en valeur absolue.

Il faut dire que 37 des 45 années se sont en fait soldées par un déficit. De plus, le budget total était de seulement 2,7 milliards en 1970, mais bon...

Autre élément à considérer cependant : le surplus de l'exercice 2015-2016 se gonfle à 3,3 milliards si l'on ajoute le versement au Fonds des générations (1,5 milliard), destiné au remboursement de la dette. Ce surplus de 3,3 milliards équivaut à 0,9 % de notre produit intérieur brut (PIB), du jamais-vu dans les statistiques disponibles.

Les Québécois s'en sont bien rendu compte, le resserrement des dépenses est le principal responsable de ce surplus historique. La santé et l'éducation ont été soumises à un régime minceur, entre autres. Ainsi, au cours de l'exercice, les dépenses de programmes ont crû de seulement 0,4 %, bien moins que l'objectif de 1,7 %.

En dollars, cet écart par rapport à l'objectif représente 851 millions, répartis entre la santé (200 millions), l'éducation (80 millions) et la mission appelée « gouverne et justice » (plus de 500 millions), entre autres.

Pour cette dernière mission, le grand écart s'explique par l'absence de catastrophes, comme la tragédie de Lac-Mégantic, par exemple, ce qui a permis au Québec ne pas utiliser la provision prévue à ce chapitre.

Bref, le gouvernement a pressé le citron - un peu trop - et a pu compter sur dame Nature, en quelque sorte, pour dépasser son objectif.

Surprise, toutefois, le Québec doit aussi ce revirement historique à des recettes plus importantes que prévu, grâce à une croissance économique somme toute correcte.

Globalement, les revenus autonomes (avant les transferts fédéraux) du gouvernement ont bondi de 4,4 %, à 57,1 milliards, alors qu'on s'attendait à ce qu'ils grimpent de 4 %.

À ce chapitre, deux postes budgétaires révèlent des hausses étonnantes. D'abord, l'impôt des sociétés a bondi de 31,6 %, à 4,7 milliards de dollars. Cette hausse s'explique par le ménage qu'a fait le ministère des Finances dans les dépenses fiscales aux entreprises, d'une part, mais surtout par les profits plus juteux des sociétés (donc des recettes d'impôts plus importantes), d'autre part.

Parmi ces impôts figure fort probablement le chèque qu'a fait Guy Laliberté au fisc lors de la vente du Cirque du Soleil. Selon mes estimations, l'homme d'affaires et ses entreprises ont dû payer environ 275 millions d'impôts sur le gain en capital, fédéral-provincial combiné.

Les ventes de Rona et des Rôtisseries St-Hubert ont été clôturées après la fin de l'exercice et leurs fruits fiscaux ne seront donc pas enregistrés avant l'an prochain.

IMPÔT DES PARTICULIERS

Autre surprise : le bond des recettes tirées de l'impôt sur le revenu des particuliers. En cette période que certains qualifient de morose, on aurait pu s'attendre à ce que les Québécois empochent globalement moins de revenus et paient globalement moins d'impôts au gouvernement. Or, au contraire, les recettes à ce chapitre ont crû de 5,3 %, bien davantage que l'inflation.

Selon le ministère des Finances, sur 8 $ d'accroissement de ces recettes, 7 $ s'expliquent par la croissance économique et 1 $ par de nouveaux impôts indirects, notamment la réduction du crédit d'impôt pour cotisations syndicales.

En somme, les finances publiques du Québec ne s'écrivent plus à l'encre rouge, désormais. Et au cours de la prochaine année, les dépenses de programmes augmenteront de 2,7 %, prévoit le gouvernement, bien davantage que la hausse de 0,4 % de l'exercice terminé le 31 mars. Il reste à voir si ce sera suffisant pour nourrir un réseau amaigri par des années de cure minceur...

Une question maintenant : où ira le surplus de 1,8 milliard ? Réponse : en vertu de la loi, il devra servir au remboursement de notre dette ou encore il sera viré au Fonds des générations, ce qui revient à peu près au même...

Infographie La Presse