Source ID:; App Source:

| Commenter Commentaires (32)

Pourquoi ne pas les écouter?

Jean-François Lisée est probablement le stratège péquiste qui... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Jean-François Lisée est probablement le stratège péquiste qui incarne le mieux les «gimmicks», lui qui a participé à toutes les manoeuvres pour faire passer la souveraineté par la porte d'en arrière - la question alambiquée de 1995, la stratégie des référendums sectoriels, la stratégie du «nous» et du débat identitaire.

Photo archives La Presse

Alain Dubuc
La Presse

Lundi, le député péquiste Jean-François Lisée a publié une lettre dans ces pages, intitulée «Entendre les Québécois», où il prend acte du verdict brutal des élections d'avril et en conclut que son parti doit mettre fin à l'ambiguïté en s'engageant, lors de la prochaine campagne électorale, à ne tenir aucune forme de référendum durant un premier mandat.

On ne peut que saluer ce message empreint de réalisme d'un ancien ministre qui sera vraisemblablement candidat à la direction de son parti. Mais on doit néanmoins constater que cette prise de conscience tardive représente un virage prononcé pour M. Lisée. Il est probablement le stratège péquiste qui incarne le mieux les «gimmicks», lui qui a participé à toutes les manoeuvres pour faire passer la souveraineté par la porte d'en arrière - la question alambiquée de 1995, la stratégie des référendums sectoriels, la stratégie du «nous» et du débat identitaire.

Mais le PQ, dans sa réflexion existentielle, a encore beaucoup de chemin à faire. Car il ne suffit pas seulement d'entendre les Québécois, comme le suggère Jean-François Lisée, il faudrait aussi les écouter!

Il était vraiment difficile pour les leaders péquistes de ne pas entendre le message des Québécois le 7 avril. L'effondrement des appuis au PQ à 25,38% était une explosion. Pour l'instant, ils y réagissent encore au premier degré, comme le fait M. Lisée, en prenant bonne note que le flou de Mme Marois sur la tenue d'un référendum durant leur second mandat a été assassin.

Mais ils n'ont pas encore, comme le reflète la lettre de l'ex-ministre, essayé de comprendre ce que les Québécois voulaient dire. Ce n'est pas le flou que les Québécois n'ont pas aimé. C'était la possibilité qu'il puisse y avoir un référendum. Et pourquoi ce refus d'un référendum? Par fatigue? Non. Parce qu'une solide majorité d'entre eux, 66% selon notre dernier sondage CROP, voterait Non. Ç'a l'air bête de répéter des évidences, mais manifestement, c'est encore nécessaire.

Si le PQ tenait vraiment compte de ce refus majoritaire, pas seulement pour gagner les prochaines élections, il prendrait acte de la volonté populaire, de cette transformation majeure de la vie politique, et accepterait que la construction de la nation québécoise prenne d'autres chemins que l'indépendance. Une remise en cause de l'orthodoxie difficile dans le cadre de la lutte au leadership qui se prépare.

Mais ce grand changement politique, la plupart des stratèges péquistes ne l'ont pas vu venir, y compris M. Lisée. N'est-ce pas lui qui, dans un essai pourtant récent, datant de 2012, parlait du «courant-jet de la souveraineté», le fait que les Québécois, surtout les jeunes, se définissaient comme Québécois et constituaient donc un terreau fertile qui rendait la souveraineté inexorable? Encore cette semaine, dans une entrevue à mon collègue Patrick Lagacé, il estime que celle-ci est «inéluctable».

Le PQ reste donc dans l'ornière dont il est prisonnier depuis la fin des années 90, que Jean-François Lisée a décrite dans une entrevue radiophonique à Radio-Canada, avec cette phrase savoureuse: «Maintenant, le problème avec le mouvement indépendantiste, aujourd'hui, ce n'est pas que l'indépendance n'est pas un bon projet, au contraire, c'est qu'on a une pénurie d'indépendantistes.» Bref, le problème, ce n'est pas l'option, ce sont les Québécois.

Cela mène M. Lisée sur la voie du prosélytisme. Dans sa lettre, il parle d'un «important travail de reconstruction de l'opinion souverainiste» et il pense au moment où «notre effort d'éducation indépendantiste aura porté ses fruits». Après 45 ans de pédagogie et dans un contexte où les gens ne veulent pas en entendre parler. Encore une fois, les dirigeants péquistes, au lieu d'écouter les Québécois, demanderont plutôt aux Québécois de les écouter.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer