Un débat qui ne rebrasse pas les cartes

Le débat des chefs de TVA, sous la... (Photo tirée d'une vidéo du débat des chefs)

Agrandir

Le débat des chefs de TVA, sous la forme d'un face à face.

Photo tirée d'une vidéo du débat des chefs

Alain Dubuc
La Presse

On aurait pu s'attendre à ce que le deuxième débat des chefs soit le second moment fort de la campagne électorale. Ce n'est pas arrivé. On a plutôt eu droit à un exercice bruyant, mais fastidieux, et répétitif pour ceux qui avaient suivi le premier affrontement.

Si des citoyens pensaient qu'en s'installant deux heures devant leur télé, ils auraient des éléments en main pour mieux faire leur choix le 7 avril, qu'ils en sauraient plus sur les stratégies économiques des partis, sur leurs politiques sociales, sur l'identité, ils auront été déçus.

Pourquoi? Le format y est pour beaucoup. Le principe d'un débat construit autour de face à face laissait espérer des débats plus vifs. Dans les faits, la formule était rigide. Les échanges trop courts où les chefs étaient rapidement coupés, soit par leurs adversaires, soit par l'animateur. Une succession de clips, interrompus par quelques moments de cacophonie.

Sans doute aussi parce qu'il n'y avait pas d'effet-surprise. Les mêmes protagonistes s'étaient rencontrés la semaine dernière, le contexte politique général dans lequel s'inscrit ce second débat n'a pas changé, et les chefs livraient essentiellement les mêmes idées et les formules préparées.

On pouvait s'attendre à ce que le chef libéral Philippe Couillard, parce qu'il est en avance dans les sondages, soit l'objet d'une dynamique nouvelle où les trois autres chefs se seraient ligués contre lui, un peu comme cela est arrivé à la première ministre dans le premier débat.

C'est ce qui s'est produit dans le débat sur la langue et, surtout, le court segment sur l'intégrité, que bien des gens attendaient sans doute avec impatience après les échanges pas très élégants sur la question depuis le début de la semaine. Dans ce segment, où les chefs n'ont heureusement pas pataugé dans la boue, Philippe Couillard a été sur la défensive. Il a été malmené, mais il n'a pas été le seul à essuyer des coups. La chef péquiste Pauline Marois a aussi été prise à partie, sur la question des nominations politiques, dans un échange extrêmement dur, peut-être le plus dur de la soirée, avec le chef caquiste François Legault.

Dans l'ensemble, François Legault a pris beaucoup de place, il a fait preuve d'agressivité envers ses adversaires, il a beaucoup parlé, trop parlé. Mais il n'est pas évident que cela en fait un gagnant. Avec sa façon de poser des questions, « J'ai une question », « Moi, je veux savoir», « Répondez-moi », « Êtes-vous d'accord, oui ou non? », François Legault se présentait davantage comme un franc-tireur, plus porté à attaquer ses adversaires qu'à défendre son programme.

La co-porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, a bien fait, comme d'habitude. Mais n'oublions pas que sa retenue et sa sérénité tiennent largement au fait qu'elle ne sera jamais au pouvoir. Il y a quelque chose de surréaliste à l'entendre décrire un programme qui ne sera jamais mis en oeuvre, distribuer des milliards dont elle ne disposera jamais, et défendre des projets qu'une partie significative de son électorat n'appuie probablement pas.

Ceci nous ramène à la case départ, la vraie lutte, la lutte à deux entre celui et celle qui peuvent devenir premier ministre, Philippe Couillard et Pauline Marois.

Mme Marois, qui était moins la cible des attaques, a certainement mieux fait qu'au premier débat et a mieux réussi à défendre son programme. Philippe Couillard, souvent poussé à la défensive, a certainement passé une plus mauvaise soirée que la première fois, quoiqu'il a réussi à maintenir ce qui est sa marque de commerce, sa retenue et sa maîtrise des dossiers. Est-ce assez pour rebrasser les cartes et changer le cours de la campagne? Probablement pas.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer