Depuis que les étoiles brûlent de la matière, existe une grande cité mille fois millénaire appelée Stupidopolis. Chaque hiver depuis sa fondation, Stupidopolis célèbre la fête du Puits de lumière, un évènement mondain au cours duquel tout le monde se réunit dans les centres commerciaux pour marcher sur des œufs et danser dans la mayonnaise. Ce rituel sert d’exutoire au peuple après que celui-ci eut passé des mois à creuser le sol. En effet, les habitants de Stupidopolis forent des puits à l’année afin d’en extraire l’oxyde de pensée magique qu’on trouve en abondance sous la surface. Cette poudre orangée sert de base à la préparation de la potion de guérison des âmes, une concoction très prisée par le peuple et la bourgeoisie, qui en font tous deux un usage immodéré pendant les festivités.

Fred Dompierre Fred Dompierre
Auteur

La fête du Puits de lumière est donc l’évènement social central de Stupidopolis et est parrainée par les rois-géologues : Melchior Baribeau, du département des exhalaisons terraqueuses, Gaspard Ahmed Khan, roi-géologue responsable des acides marins déphlogistiqués, et Balthazar Rhys-Jones, qui dirige le très important ministère des Vapeurs méphitiques.

Cette année, comme chaque année, les rois-géologues s’affairaient aux préparatifs de la fête lorsque tout à coup, l’Ombre du Grand Chien sale envahit la Cité.

•••

L’Ombre du Grand Chien sale est un agent pathogène informe qui pénètre l’enveloppe des êtres dans le but de les empêcher d’avoir du plaisir. Les gens atteints développent des anomalies embêtantes comme le syndrome de la tête qui explose ou la jargonaphasie argumentative aiguë. À la suite de la prolifération des cas, il fut décrété que la fête du Puits de lumière devait être annulée pour éviter la propagation. En réaction au décret, les Stupidopoliens furent d’abord incrédules, puis cyniques, puis tristes, puis suspicieux, puis incrédules de nouveau et, finalement, terriblement en colère. « Dehors, les rois-géologues ! » hurlaient les uns. « Donnez-nous notre mayonnaise ! », « On veut des potions ! » et « Le Chien sale est une invention des artistes-altruistes ! », scandaient les autres.

Stupidopolis était en train de devenir un volcan en éruption. Un Conseil des sages fut donc formé d’urgence pour faire face à la crise.

•••

Outre les rois-géologues présents au Conseil, il y avait Miracle Marthe, le pharaon Muzmus IV, Nina Nault, la nymphe nourricière, ainsi que le dentier fasciste de Marcel Dion, toujours à l’étroit dans son petit cercueil capitonné de satin blanc.

Le dentier prit la parole en premier en faisant claquer ses molaires à chaque phrase.

« (clac) Il faut permettre la fête ! (clic) Libarté ! (clac)

– Faisons plutôt appel à la pleine conscience et aux métaphysiciens de la rate pour renforcer notre système immunitaire », répondit Miracle Marthe.

Melchior s’exclama : « Et si on procédait à une distribution gratuite de Potion de guérison des âmes ? On gagnerait un peu de temps ?

– (clic) C’est un complot ! vociféra la prothèse dentaire. (clac) Il n’y a pas de Chien sale. Il n’y en a jamais eu ! (clic) Sortez-vous la tête du sable ! (clac) »

Pendant que les membres du conseil discutaient bruyamment, Muzmus IV demeurait silencieux. Au milieu de la cacophonie, il se racla la gorge, posa son cigare, se leva de son siège et prit la parole.

« Mes amis ! Restez calmes. Rappelez-vous la IXe prophétie ! »

À ces mots, l’éclairage de la salle du conseil vira subitement au rouge et les yeux du pharaon devinrent tout blancs. Il pointa Nina Nault du doigt et dit, d’une voix sépulcrale :

« Le chaos sept jours brûlera.

Porté par moult gens effrayeurs.

Prolifère et resplendir.

Roys et pierres, l’enfant sauveur. »

À ces mots, Nina se dressa brusquement et son corps se raidit. Les yeux dans le vide, elle s’écria en langage ancien :

« ECCE LEPUS ! »

Elle lança un cri bref mais strident et s’accroupit pour donner naissance à un lapin, au grand étonnement de chacun, car tous et toutes la croyaient vierge.

La lumière revint à la normale et les rois-géologues avancèrent vers le nouveau venu pendant que la nymphe se remettait de ses émotions en fumant le reste du cigare de Muzmus IV. Le lapin époussetait sa redingote lorsque Gaspard le questionna.

« Mais qui es-tu donc ?

– Je suis Gérard de Nazarette, lança le lagomorphe, en se replaçant les oreilles devant le miroir. Mais on m’appelle Gégé-la-Saumure.

– Es-tu l’enfant annoncé par la prophétie ? demanda pompeusement Balthazar.

– Ah ! Je ne sais pas, m’sieur. Moi, je suis là pour la fête.

– Mais nous avons annulé la fête, messire la Saumure, répliqua poliment Melchior

Gégé sortit des petites fioles bleues et les distribua aux rois-géologues.

– Tenez, mes amis. Prenez et buvez-en tous, car ceci est un filtre testé sur des lucioles. Il est efficace à 97 % contre le Chien sale et il a bon goût

– Alléluia ! Tu es bel et bien le sauveur, alors ! » cria Marthe en se jetant aux pieds du lapin pour ensuite avaler d’un trait le contenu de la fiole.

À la suite de cette spectaculaire démonstration de foi, tout le monde but la mixture sans attendre. Tous, sauf le dentier fasciste de Marcel Dion qui profita de la cohue provoquée par l’arrivée de Gégé pour s’enfuir en taxi dans le but de fomenter une révolution populaire. Hélas, la tête du chauffeur explosa pendant la course et le taxi fit une embardée pour terminer son trajet dans la devanture d’un magasin de crêpes. En s’encastrant dans le radiateur, la vilaine prothèse perdit deux incisives et toutes les dents du bas, ce qui mit fin à ses velléités révolutionnaires.

Les rois mages organisèrent immédiatement un grand défilé au cours duquel ils présentèrent Gégé à la population qui fut conquise par les promesses d’immunité de son filtre. La fête du Puits de lumière finit par avoir lieu et les gens purent enfin danser dans la mayonnaise, une semaine durant.

Le nom de Gégé-la-Saumure fut sanctifié et on ne revit jamais l’Ombre du Grand Chien sale à Stupidopolis.