Maintenant, on respire! Comme on a respiré après toutes les grandes affaires qui ont secoué le cyclisme. Chaque fois, on a dit la même chose: une ère nouvelle commence. Armstrong, c'était l'ère nouvelle après l'affaire Festina et après Pantani.

Pierre Foglia LA PRESSE

Une ère nouvelle, donc. On commence par quoi? Pourquoi pas par Cadel? Cadel Evans, le chouchou de la presse européenne, M. Propre en personne, vainqueur du Tour en 2011. Hier, jour 1 de l'ère nouvelle, Cadel a reconnu qu'il avait fait affaire avec Michele Ferrari en 2000 - Ferrari, le gourou d'Armstrong. C'était juste pour des conseils pour m'entraîner, nous rassure le gentil Australien.

La nouvelle ère commence par les mêmes grossières menteries que l'ancienne.

Hier aussi, Chris Froome, le coureur de la Sky, second et grand animateur du Tour 2012, a émis des réserves sur la charte de propreté que son équipe veut faire signer à ses coureurs. Vous dopez-vous? Non, bien sûr. Vous êtes-vous déjà dopé? Celle-là les fatigue pas mal plus.

Question à un jeune et talentueux coureur québécois, ce matin, à Radio-Canada: qu'est-ce que ça vous dit, l'affaire Armstrong?

Ça me dit que la lutte antidopage est efficace!

Pardon? Chargé comme une mule pendant 10 ans, l'EPO lui sortait par les oreilles tant il en prenait, et des transfusions, et plein d'autres affaires, testé 500 fois, toujours innocent, et tout ce que trouve à dire celui-là, c'est qu'il a confiance en l'efficacité des contrôles?

Demain, dévoilement du parcours du Tour de France 2013. Contador jurera qu'on ne le reprendra plus à manger du boeuf avarié comme en 2010.

La nouvelle ère est bien commencée.

Quelles répercussions sur le vélo aux États-Unis?

Sur l'économie du vélo, aucune. Il se vendra autant de vélos à 4000$ l'année prochaine que cette année. Le marché du vélo sportif est en pleine expansion. Il y aura encore plus d'Américains qui rouleront entre 2000 et 4000 km dans leur saison, achèteront des lunettes, des pneus, des cuissards, des maillots... J'en ai croisé un samedi, un monsieur docteur à Bedford, avec un magnifique maillot bleu US Postal - parmi les plus beaux de l'histoire du cyclisme. Vous n'avez pas honte, docteur?

Pas du tout. Il les aurait gagnés pareil, ses Tours de France.

À qui les sept titres du Tour laissés vacants?

À personne, j'espère. Évitons le ridicule de dépouiller un dopé pour en célébrer un autre. Tous les deuxièmes, troisièmes, quatrièmes, cinquièmes, etc., des Tours gagnés par Lance Armstrong étaient aussi dopés que lui. Étaient dopés également les 56e et 87e, qui se dopaient pour pouvoir faire leur job d'équipiers.

Il est impossible de répondre à la question que tout le monde me pose: aurait-il gagné pareil (sans se doper)? L'EPO a changé le sport cycliste dans sa structure même. Ce n'est plus la même façon de courir. C'est comme se demander si un lapin gagnerait dans une course de dromadaires. Ils n'ont rien à faire dans la même course.

J'ai vu Hincapie, ce dromadaire, gagner une étape de haute montagne. J'ai vu des pelotons rouler à 50 km/h pendant des heures et, bien sûr, il ne se passait rien parce que, à cette vitesse-là, il ne peut rien se passer, et je me disais qu'ils sont en train de tuer le vélo, ces cons.

Je me trompais: le vélo est toujours vivant. De temps en temps, on jette un dopé à terre, on le piétine un peu et on repart.

Il faudrait un moratoire sur le sport cycliste (et sur quelques autres), comme il y en a un sur le gaz de schiste, pour voir une bonne fois jusqu'où ils ont fucké la nappe phréatique.

L'UCI a-t-elle protégé Lance Armstrong?

Pas en cachant des tests positifs. En étant complaisante. Par exemple, l'ex-président Verbruggen, ami d'Armstrong, a envoyé enquêter un de ses amis sur le scandale révélé par L'Équipe en 2005. Notez, deux fois le mot ami dans la même phrase, c'est beaucoup pour quelqu'un réputé en avoir très peu.

Complaisance aussi de la réelle autorité dans le vélo: le Tour de France. L'ex-grand patron du Tour, Jean-Marie Leblanc, dans son livre Le Tour de ma vie, page 293: «Le Tour de France doit savoir gré à Lance d'en avoir été un fier ambassadeur»... Comme c'est bien dit.

Le même Jean-Marie Leblanc en 2003: «Si demain j'apprenais que toute la carrière d'Armstrong n'était qu'une escroquerie, je crois que je claquerais la porte du cyclisme.»

Je n'ai rien entendu claquer. Vous?

Que va faire Lance?

Je ne peux pas croire qu'il ne se soit pas ménagé une petite porte de sortie, médicale, mettons. Avant son cancer, c'était un coureur de classique, un coureur d'un jour. En le dégrossissant, son cancer lui a donné une morphologie de vainqueur de Tour. La chose est documentée. Ce qui suit, par contre, n'est pas documenté du tout, c'est juste moi qui déconne: et s'il faisait reprendre du service à son cancer? Sous forme, par exemple, de dispenses médicales que lui auraient procurées ses amis médecins? Je l'ai connu si minutieux, si maniaque du moindre détail, que je ne peux pas imaginer qu'il n'ait pas une dernière carte à jouer. Je n'en vois pas d'autre que médicale.

J'ai dit aussi à un ami que je craignais qu'il se suicide comme Pantani. L'ami m'a répondu que Pantani était toxico, pas Armstrong. Et qu'Armstrong était déjà passé tout près de la mort, ce qui guérit généralement de l'envie de mourir. Et puis il a cinq enfants.

Que va faire l'Amérique avec Lance? Vous savez comme elle est puritaine. Elle lui aurait pardonné la dope; elle ne lui pardonnera pas le mensonge.