À la fin des années 80, Guy Marineau réalisait les standards olympiques en haltérophilie et il aurait pu représenter le Canada aux Jeux de Séoul. Mais l'argent manquait - on le sait, pour représenter le Canada aux JO, il faut souvent se financer soi-même - et il y avait beaucoup de travail à sa ferme de vaches laitières dans la région de Lachute.

Publié le 9 juill. 2012
Ronald King LA PRESSE

Notre agriculteur a donc abandonné son sport pendant quelques années. «J'ai abandonné mon rêve, mais ça me fatiguait toujours...»

En 1995, le goût lui reprend et on le retrouve, portant les couleurs du Canada, aux Championnats du monde en Grèce (1999) et aux Jeux du Commonwealth à Manchester (2002).

«Il paraît que j'étais le plus vieil haltérophile de l'histoire du Canada aux Jeux du Commonwealth. J'avais 36 ans...»

Il manque les Jeux olympiques dans le C.V. de Guy Marineau, mais la correction sera bientôt faite à Londres. Il y sera à titre d'entraîneur de Christine Girard (63 kg, 27 ans) et Marie-Ève Beauchemin-Nadeau (69 kg, 23 ans).

«Les filles ont perdu leur entraîneur (voir article ci-contre) et elles m'ont demandé de le remplacer. On s'entraîne dans mon gym, un vieux local à Lachute. C'est un peu compliqué parce Christine habite maintenant à Vancouver. Marie-Ève et moi arrivons d'une semaine d'entraînement là-bas.

«Pour moi, cette aventure est une grande surprise. Il y a un an, je ne pensais pas aux Jeux olympiques. Les filles auraient pu choisir n'importe qui, mais il paraît que je fais la job.

«J'ai réfléchi pendant un mois avant de prendre ma décision. Les filles m'ont dit que c'était mon destin qui se réalisait. Aujourd'hui, je suis très fier et un peu énervé. J'ai reçu mes papiers d'accréditation hier [jeudi]. Maintenant, je sais que c'est vrai...»

Une centaine de Holsteins...

Guy Marineau n'est pas facile à joindre. Nous sommes en été et il y a toujours beaucoup d'ouvrage sur une ferme. Hier, mon coup de téléphone l'a forcé à descendre d'un échafaudage. Dans le confort de l'air climatisé, j'imaginais la chaleur en haut de l'échelle...

Une centaine de Holstein, ça vous occupe un homme. Mais Guy a de l'aide.

Son fils Dany, 23 ans, étudie en agronomie à l'Université Laval. Mathieu, 21 ans, haltérophile comme son père, vient de remporter un troisième championnat canadien d'affilée.

«Je ne dis pas ça parce c'est mon fils, mais il a du talent. Il a remporté le bronze aux Jeux du Commonwealth chez les 85 kg en 2010.

«Lui ne s'intéresse pas du tout à la ferme. Il sera bientôt pompier.

«Dany va me succéder. Dans 10 ans, je lui vends la ferme. Mais il va travailler beaucoup moins fort que moi. Tout sera robotisé à ce moment-là. Les vaches vont se traire toutes seules...»

Pour le moment, il y a la question des Jeux olympiques à régler... Enfin.

Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Guy Marineau accompagnera Marie-Ève Beauchemin-Nadeau à Londres.