Pendant que la Coupe Stanley scintille sur Sunset Boulevard où les Kings trônent à Hollywood, le Canadien reprend le boulot ce matin.

François Gagnon LA PRESSE

Déjà? Oui, déjà!

Bon, on ne parle pas ici du grand club - s'il est permis d'associer les mots grand club et Canadien dans une même phrase -, mais les 32 espoirs qui ont rendez-vous ce matin au centre d'entraînement de Brossard donnent le coup d'envoi au travail de reconstruction qui attend le Tricolore en vue de la prochaine saison.

Et à tous ceux qui seraient portés à croire qu'il est bien tôt pour reprendre le collier à peine deux jours après le dernier match de la finale de la Coupe Stanley, il faudrait rappeler que ça fait déjà plus de deux mois que le Canadien est inactif.

En fait, ça fait bien plus longtemps. Mais, aux fins de l'exercice, c'est le 7 avril que la saison du Tricolore a officiellement pris fin, au cas où vous l'auriez déjà oublié. Et avec tout ce qui sépare le Canadien d'une 25e Coupe Stanley, il ne sera jamais trop tôt pour se mettre à l'ouvrage.

Malgré tout le potentiel des Jarred Tinordi, Nathan Beaulieu, Brendan Gallagher, Michaël Bournival et autres espoirs du Tricolore, et malgré l'espérance de jours meilleurs associée à leurs noms, il faudrait être d'un optimisme maladif pour voir dans leur entrée en scène les premières lueurs d'une 25e conquête de la Coupe Stanley.

Du moins pour l'an prochain. Peut-être l'année d'après et l'autre ensuite...

Prenez l'exemple des Kings. Ils ont mis le temps nécessaire pour repêcher de bons et d'excellents jeunes. Ils ont ensuite pris le temps de bien les développer.

Et maintenant qu'ils viennent de soulever la Coupe Stanley, les Kings pourraient très bien répéter l'exploit l'an prochain.

Pas que ce sera facile. Ça non! Mais de tous les acteurs de premier plan qui ont contribué à cette première conquête, seuls Dustin Penner et Jarret Stoll pourraient partir à la faveur du marché des joueurs autonomes.

Les autres seront tous là. Jonathan Quick représentera une aubaine à 1,8 millionde dollars. Son capitaine, Dustin Brown, aussi puisqu'il touchera 3,175 millions dans les deux prochaines saisons.

Pour vous donner une idée, c'est 158 333 dollars de moins que le salaire que le Canadien versera à Rene Bourque. Passons!

Bergevin: annonces et analyses

Même s'il aura un oeil sur l'avenir de son équipe dans le cadre de son premier camp des espoirs du Canadien, Marc Bergevin doit se concentrer sur le présent.

Il semble que le DG du Tricolore pourrait procéder à d'autres embauches au cours des prochains jours. Patrice Brisebois pourrait réintégrer le giron du Canadien à titre de responsable du développement des jeunes défenseurs de l'organisation. Le nom de Martin Lapointe se fait toujours entendre. Ses fonctions ne seraient toutefois pas encore arrêtées.

Quant aux recruteurs québécois promis par Bergevin lors de son embauche, ils devraient s'ajouter une fois que sera terminé le repêchage qui se déroulera les 22 et 23 juin à Pittsburgh.

D'ici là, Bergevin devra déposer des offres qualificatives - avant le 25 juin - aux joueurs autonomes avec restrictions qu'il tient à garder au sein de l'organisation.

S'il est acquis que les Carey Price, P.K. Subban, Alexei Yemelin, Lars Eller, Ryan White, Blake Geoffrion, Raphael Diaz, Frédéric St-Denis et Aaron Palushaj devraient recevoir des offres, l'avenir des Petteri Nokelainen, Mike Blunden et Brandon Nash est moins assuré. Tout comme celui des Chris Campoli et Brad Staubitz, qui sont toutefois autonomes dans compensation.

Les vétérans Mathieu Darche et Travis Moen sont aussi dans cette situation, mais leur statut avec l'équipe devrait leur donner une longueur d'avance sur les deux autres.

Le directeur général du Canadien s'adressera aux journalistes aujourd'hui. Il sera intéressant de voir s'il procédera à d'autres annonces et s'il ouvrira son jeu quant aux statuts qu'il réservera à l'un ou l'autre de ces joueurs autonomes.

Gallant, Audette, Laraque...

Bien qu'il soit un brin dans l'ombre depuis la confirmation de son embauche, l'entraîneur-chef Michel Therrien est néanmoins très actif. En plus de prendre contact avec tous ses joueurs, Therrien poursuit sa quête d'adjoints.

Gerard Gallant, qui a conduit les Sea Dogs de Saint John au tournoi de la Coupe Memorial lors des deux dernières saisons, serait premier sur la liste. Selon des informations dignes de foi, bientôt il rencontrerait aussi Donald Audette. Difficile de spéculer sur ses chances.

Quant à Larry Robinson, qui a toujours son contrat avec les Devils, il pourrait sérieusement aider la cause des défenseurs du Tricolore. Ancien membre du «Big Three», le grand Larry a plusieurs fois fait signe au Canadien pour venir terminer sa carrière là où elle a commencé. La nouvelle direction ouvrira peut-être la porte que l'ancienne, de Bob Gainey à Pierre Gauthier, lui a toujours fermée au nez.

Autre possibilité: Jean-Jacques Daigneault. Défenseur d'expérience qui a disputé six saisons et des poussières avec le Canadien, Daigneault s'occupe du développement des jeunes défenseurs des Rangers de New York depuis six ans. À titre d'adjoint avec les Wolf Pack de Hartford devenus les Whales du Connecticut, Daigneault a aidé les Ryan McDonagh et Dan Girardi à faire le saut des rangs juniors à la LNH. Ce n'est pas rien. Et le Canadien pourrait certainement tirer avantage d'un gars comme lui.

George Laraque, dans tout ça? On ne sait pas encore si son souhait d'obtenir la chance de faire un retour dans la LNH - idéalement avec le Canadien sous la gouverne de Michel Therrien - a été entendu au Centre Bell...