Allez hop! retardataires! Il ne vous reste que trois jours pour terminer vos devoirs financiers de l'année 2010.

Michel Girard LA PRESSE

Commençons par les dons de charité. Des dizaines de milliers d'organismes de bienfaisance se fendent en quatre chaque année pour offrir leurs généreux services aux plus démunis de la société.

Lorsqu'on fait un don à une oeuvre de charité reconnue aux fins fiscales, ça «force» les gouvernements à investir indirectement dans des services non offerts par eux, ni financés. En effet, pour chaque don de charité que nous faisons à notre choix, Québec et Ottawa nous en remboursent une partie par l'entremise de leurs crédits d'impôt pour dons.

La première tranche de 200$ de dons «rapporte» un crédit d'impôt de 15% au fédéral et un crédit d'impôt de 20% au provincial. Toute somme excédentaire procure par la suite un crédit d'impôt fédéral de 29% et un crédit provincial de 24%. Le total des dons que l'on peut offrir à des oeuvres de charité est assujetti à un plafond égal à 75% de notre revenu net annuel.

Dans le cas des couples, mariés ou de fait, il est permis aux conjoints de regrouper leurs dons afin de profiter le plus possible de la portion élevée des crédits d'impôt fédéral et provincial. La déduction des dons peut être reportée sur une période de cinq ans.

REEE

Si vous avez des enfants, je vous invite, si ce n'est déjà fait, à profiter au plus sacrant de la générosité de nos gouvernements. Pour ce faire, il vous suffit d'ouvrir un Régime enregistré d'épargne-études (REEE).

Le REEE est d'autant plus intéressant qu'il permet même aux familles à revenus modestes (moins de 41 000$ l'an) d'obtenir jusqu'à 2000$ de subvention par enfant pour financer leurs éventuelles études postsecondaires. Surnommée bon d'études canadien, cette subvention est versée sans être assujettie à une contribution des parents. Elle est offerte aux enfants nés à partir de 2004, à raison de 500$ la première année et de 100$ pour chacune des 15 années suivantes.

Concernant l'ensemble des familles avec enfants de 17 ans et moins, je vous rappelle que vous avez droit, pour chaque enfant, à une subvention fédérale annuelle égale à 20% du total cotisé, soit jusqu'à une limite de 500$. La contribution des parents donnant droit à la subvention est plafonnée à 2500$ l'an.

À cette subvention fédérale s'ajoute une subvention québécoise de 10% du total cotisé, jusqu'à 250$ par année.

Cette subvention a pour nom: Incitatif québécois à l'épargne-études (IQEE).

De plus, les familles dont le revenu annuel est inférieur à 82 000$ ont droit, quant à elles, à une bonification de ces deux subventions liées à la première tranche de 500$ de contribution annuelle des parents.

Toutes les institutions financières offrent la possibilité d'ouvrir des REEE. Un conseil: pour recevoir la subvention provinciale, l'institution choisie doit avoir conclu une entente avec Revenu Québec.

Urgence REER

Si vous avez eu 71 ans cette année, vous devez mettre fin à votre REER en le convertissant en FERR ou rente viagère. Ou en l'encaissant totalement... ce qui n'est pas une bonne idée, fiscalement parlant, s'entend.

Attention! Si vous détenez encore des droits de cotisation REER à 71 ans, dépêchez-vous de faire votre dernière cotisation REER d'ici vendredi. Et par surcroît, si vous avez travaillé en cette 71e année et que cela vous a procuré en 2010 un «revenu gagné» aux fins du REER, les fiscalistes vous suggèrent de verser une cotisation excédentaire à votre REER, en fonction de votre «revenu gagné» de 2010.

Cette cotisation «excédentaire» sera assujettie à une pénalité de 1%. Mais dès samedi, 1er janvier 2011, votre situation REER sera régularisée puisque vous pourrez déduire ladite cotisation en 2011.

Avis aux personnes âgées de 72 ans ou plus qui gagnent encore un «revenu gagné» admissible au REER. Si vous avez un conjoint de 71 ans ou moins, vous avez le droit de verser une cotisation à son REER. Voilà un bon moyen de procéder à un fractionnement de revenu de retraite.

Fonds FTQ

Le Fonds de solidarité de la FTQ et Fondaction de la CSN vont réviser au début de janvier le cours de leurs actions, selon la performance du semestre terminé le 30 novembre dernier.

L'action du Fonds FTQ s'élève présentement à 23,84$ et celle de Fondaction à 9,11$.

Compte tenu de la bonne performance des marchés boursiers au cours de la période allant du 1er juin au 30 novembre derniers, les chances sont bonnes de voir les portefeuilles des deux fonds syndiqués obtenir, eux aussi, un rendement positif. Si tel est le cas, les deux fonds réviseront à la hausse le prix de leurs actions.

Conclusion: si vous avez l'intention d'investir une partie de votre REER dans les fonds de travailleurs, vous avez avantage à le faire d'ici au mardi 4 janvier (pour le Fonds FTQ et ses crédits d'impôt de 30%) ou au lundi 10 janvier, dans le cas de Fondaction et ses crédits de 40%. Concernant les actionnaires retraités, vous avez plutôt avantage à attendre après la révision des prix pour retirer vos billes. Ça devrait être plus payant!

J'espère ne pas me tromper dans mes prévisions... syndicales!