Les scalpers sont toujours les premiers arrivés et ils demandent buying or selling? Les scalpers, qui sont presque toujours des anglophones du sud-ouest de la ville, pensent que tout le monde est scalper.

Ronald King LA PRESSE

Les affaires vont bien?

«Pas mal. On ne peut pas se plaindre. J'ai des bons billets dans les rouges à 900$ la paire. Des moins bons dans les rouges à 600$ la paire. Ce n'est pas cher. Je ne veux pas épuiser la vache à lait. Du moment que je gagne quelques dollars. De temps en temps, un poisson va payer beaucoup plus cher. Mais c'est rare. Mes bons clients sont arrivés. Ils sont à leur hôtel et ils ont téléphoné.»

En effet, ce n'est pas cher pour un scalper. J'ai vu bien pire. Je m'attendais à 600$ le billet dans les rouges. Mauvais signe pour le CH.

«Je vais vous dire ce qui est un vol, poursuit le jeune homme. La petite bouteille d'eau que vous avez dans les mains, elle se vend 4,50$ à l'intérieur du Centre Bell.»

Dans la poussière...

Nous étions au tailgate du Centre Bell hier après-midi, sauf qu'on peut difficilement appeler l'événement un tailgate.

Vous ne pouvez pas apporter votre bière sur le site, parce qu'un kiosque en vend sur le trottoir à 7,25$ le verre. Ni votre BBQ, parce qu'on vend des hot-dogs sur le trottoir.

Les vrais tailgaters sont confinés entre les voitures dans le stationnement. Pas très confortable ni attirant. Dans la poussière et les odeurs de pétrole...

Parlons plutôt d'une tombola.

Dany Dubé

Mais il y a des médias partout, nos animateurs vedettes, dans des tentes, qui analysent et analysent et analysent encore... La main de Halak tremblait-elle vraiment et autres questions existentielles.

Les fans aiment voir nos collègues de la télé et de la radio à l'oeuvre. Et les gars sont gentils avec la foule. Les fans aiment aussi quand la caméra se pointe sur eux. Ils se mettent alors à gueuler comme s'ils étaient tous des aliénés.

Il y a des animateurs de foule aussi et c'est à celui qui crie le plus fort. Une tombola, qu'on vous dit.

Tiens, voici Dany Dubé, à mon avis l'analyste de hockey numéro un au Québec, l'un des rares qu'il vaut la peine d'écouter, avec le groupe de La zone.

«Je viens de découvrir une statistique intéressante, explique notre homme. Les Capitals ont joué une trentaine de matchs avec des scores serrés de moins de trois buts. Ils n'en ont gagné que neuf. Ils ne savent pas gérer les matchs à pointage bas. Ils sont plus à l'aise dans les matchs de 6-5.

«Dans le deuxième match, le Canadien a paniqué alors qu'il menait 4-1 à la fin de la deuxième période. Il peut battre les Capitals avec un jeu défensif discipliné, mais s'il perd ce soir (hier), je pense qu'il donnera la série aux Capitals.»

Les briques

Les briques du Centenaire ne cessent de me fasciner. Quand on s'y attarde un peu, on voit que de nombreux Montréalais de diverses origines ethniques en ont acheté. Beaucoup de Grecs, d'Indo-Pakistanais, d'Italiens, de Japonais... Ce n'est pas étonnant. Nombreux sont les étrangers qui découvrent le hockey, ce merveilleux sport rapide, spectaculaire et robuste, et qui en deviennent encore plus fous que nous. Bon signe pour le Canadien.

Il y a pas mal de gens qui ont acheté une brique pour y inscrire le nom d'un parent ou ami décédé qui adorait le Canadien. Ça dit: En souvenir de... Là, je comprends. Il s'agit d'un gentil hommage à quelqu'un qu'on a aimé.

D'autres ont dédicacé leur brique à une gloire du CH. Ken Dryden, Jean Béliveau, Jean-Guy Talbot... Il y a aussi beaucoup de fiers partisans et de fiers bâtisseurs pour accompagner les fiers commanditaires.

So-So-So...

Un coup de chapeau à mon collègue Jean Saint-Onge, de la SRC, qui nous a fait remarquer une publicité d'une page du Canadien dans le Journal de Montréal.

La direction de notre club demande au public de ne pas acheter des souvenirs contrefaits, parce que ça encourage l'exploitation des travailleurs étrangers. Tout ça dans un journal en lock-out. Pour la solidarité avec les travailleurs, il faudra repasser.

Enfin, si vous passez à la boutique-souvenir, ne ratez pas le nouveau produit: une trousse de maquillage et tatouage du Canadien de Montréal.

Na Na Na Na... Hey Hey...