Q Il y a un an j'ai transféré en fonds marché monétaire une partie de mon REER, qui était investi en fonds commun dans différents marchés tels que des fonds canadien, américain, international et diversifié. Ce qui m'a permis de conserver mon capital. J'apprécierais avoir votre opinion s'il serait intéressant à ce moment-ci de retourner dans le marché et où? Est-ce le marché canadien, américain ou international qui offre le plus d'occasions? Merci à l'avance des informations que vous me donnerez afin de m'aider à connaître les endroits les plus alléchants où investir. André H.

Michel Girard
Michel Girard LA PRESSE

R Dans les jours qui ont suivi ma chronique d'il y a deux semaines «Lendemain de bear market», les grands indices boursiers ont touché de nouveaux creux dans le cadre du présent cycle baissier. Ce qui confirmait le niveau de découragement extrêmement élevé des investisseurs devant la panoplie de mauvaises nouvelles financières.

 

Voici les nouvelles statistiques sur les creux boursiers atteints à ce jour, avec, entre les parenthèses, le pourcentage de recul par rapport aux sommets du précédent marché haussier:

> S&P/TSX Composite: 7480 points (-50,7%)

> Dow Jones: 6470 points (-54,5%)

> S&P 500:667 points (-57,7%)

> NASDAQ: 1265 points (-55,8%)

> Nikkei: 6994 points (-52,1%)

Ce sont-là les pires performances boursières enregistrées depuis la déconfiture de Wall Street des années 1929 à 1932 (-86% pour les indices américains) et celle de la Bourse japonaise de 1989-1992 (-63% pour le Nikkei).

Les reculs observés jusqu'à maintenant dépassent de beaucoup les baisses moyennes (33%) observées lors des 11 cycles baissiers que nous avons traversés depuis 1956.

La question de l'heure en Bourse: le 6 mars dernier, avons-nous cette fois touché le creux du présent cycle baissier (bear market)?

La question mérite d'être posée parce que, depuis la semaine dernière, nous avons assisté à un spectaculaire revirement à la hausse de Wall Street. Et comme d'habitude, toutes les grandes places boursières de la planète ont emboîté le pas, confirmant une fois de plus l'influence extraordinaire de Wall Street sur la Bourse à l'échelle planétaire.

Pour le moment, il ne faut voir dans ce redressement soudain de Wall Street qu'une simple correction à la hausse dans un marché baissier. Sur le plan de l'analyse technique, on dit que le marché était «survendu», laissant ainsi entendre que les vendeurs liquidaient massivement à vils prix leurs actions pendant qu'une poignée d'acheteurs sautaient sur les aubaines.

Et comme vous avez pu le constater, la correction à la hausse a été forte, soit autour de 14%, et ce, en l'espace d'à peine cinq séances. Il n'y a rien de surprenant dans ce comportement. C'est le propre des marchés boursiers d'aujourd'hui de se montrer très volatils, tant à la baisse qu'à la hausse.

J'aimerais d'ailleurs rappeler ici qu'une fois le creux d'un cycle baissier atteint, le revirement à la hausse a la réputation d'être explosif. On parle ici d'une hausse potentielle pouvant atteindre les 40% durant les 12 premiers mois qui suivent le creux dudit cycle baissier.

La recette boursière? Il suffit d'investir une fois que le creux de Wall Street sera atteint!

Le hic? Comment fait-on pour savoir si le fameux creux boursier a été touché? Eh bien! c'est très simple: vous cessez immédiatement de jouer à la devinette et vous commencez à investir de façon progressive dans l'actuel marché baissier. Vous échelonnez sur plusieurs mois votre investissement, en le divisant en plusieurs tranches. Et à un moment donné, vous pourrez clamer sur tous les toits que vous avez investi une partie de vos épargnes au creux du marché... Cette stratégie d'investissement vous permettra d'obtenir un prix moyen relativement bas, par rapport au prochain marché haussier (bull market). Lorsqu'on est en plein marché baissier comme c'est présentement le cas, je préconise d'investir dans l'achat des grands indices boursiers. C'est une stratégie à la fois simple et relativement moins risquée que de tenter sa chance avec le stock picking (sélection) de certains titres. Non seulement un indice boursier ne peut jamais faire faillite, mais, en plus, il bat régulièrement la majorité des gestionnaires de portefeuilles d'actions.

Mes indices préférés pour profiter de l'actuelle déprime boursière et recommencer à investir dans le marché sont le XIU (S&P/TSX 60 de la Bourse de Toronto), le XSP (S&P 500 de la Bourse de New York) et le XIN (MSCI Mondial).

On peut acheter ces trois indices à la cote de la Bourse de Toronto, par l'entremise de son courtier, à escompte ou de plein exercice. Fait à noter: les indices XSP et le XIN sont couverts contre la fluctuation du dollar canadien par rapport au dollar américain.

En terminant, si la méthode permettant d'investir dans un creux de marché et d'en sortir au sommet existait, il n'y aurait tout simple plus de Bourse!