La septième vague n’est pas encore derrière nous, mais la situation s’améliore. Les indicateurs sont de plus en plus encourageants, a confirmé jeudi la Santé publique, qui craint toutefois une remontée des cas à l’automne. Une nouvelle campagne de vaccination contre la COVID-19 sera d’ailleurs organisée dans les prochaines semaines.

Mis à jour le 4 août
Léa Carrier
Léa Carrier La Presse

« Ça a été assez lourd dans les dernières semaines, mais les indicateurs que nous avons démontrent une amélioration de la situation dans à peu près tous les paramètres », s’est réjoui le directeur national de santé publique, le DLuc Boileau, en point de presse.

Pour la première fois depuis sept semaines, une diminution de la transmission du virus est observée dans tous les groupes d’âge. Des indicateurs sont toujours à la hausse dans certaines régions, dont la Côte-Nord, l’Estrie ainsi que la Mauricie et le Centre-du-Québec, « mais ce ne sont pas des chiffres alarmants », a assuré le DBoileau.

Jeudi, la tendance à la baisse des hospitalisations et des décès s’est poursuivie, alors que le Québec franchissait le triste seuil des 16 000 morts attribués à la COVID-19.

Par ailleurs, la plupart des hospitalisations comptabilisées dans le bilan concernent des patients dont l’infection à la COVID-19 a été détectée lors d’un test à leur admission à l’hôpital, a précisé le DBoileau.

Huitième vague redoutée

Toutefois, le Québec ne doit pas baisser la garde. Malgré les signaux encourageants, « tous les indices nous montrent que le virus continue à circuler », a souligné le directeur national de santé publique.

Et la rentrée va « fort probablement » relancer les infections.

Nous estimons que d’ici une semaine ou deux, on sera capables de modéliser ce qui devrait se passer au cours de l’automne, mais nous estimons qu’il y a aura certainement une hausse des cas à nouveau.

Le DLuc Boileau

Pour s’y préparer, la Santé publique lance une nouvelle campagne de vaccination. Ainsi, dès le 15 août, les personnes qui résident en CHSLD, en résidence privée pour aînés (RPA) ou dans d’autres milieux de vie pourront recevoir une nouvelle dose de rappel.

Le reste de la campagne se déploiera dans l’ordre de priorisation qui avait été établi lors des campagnes précédentes. La Santé publique vise à ouvrir la vaccination à l’ensemble de la population d’ici la fin du mois de septembre.

Pour l’instant, elle ne prévoit pas restaurer de mesures obligatoires comme le port du masque. « On verra comment ça évolue dans les prochaines semaines, si on a affaire à un nouveau variant […] On sera attentifs à ça. Mais pour l’instant, ce n’est pas dans nos visées de ramener des obligations », a déclaré le DBoileau.

La pression sur le réseau de la santé diminue

Les 18 nouveaux décès rapportés jeudi portent la moyenne quotidienne calculée sur sept jours à 12. La tendance est en baisse de 15 % sur une semaine.

Le Québec rapporte également jeudi une diminution de 10 hospitalisations. Les 2136 personnes hospitalisées représentent une baisse de 4 % sur une semaine. Aux soins intensifs, les 67 patients représentent une baisse de 3 % sur une semaine.

La pression exercée par la COVID-19 sur le réseau hospitalier continue de s’atténuer.

Le nombre de travailleurs absents en raison de la pandémie était jeudi de 5049, en baisse de 23 % sur une semaine.

Au chapitre des infections, les 1389 nouveaux cas rapportés jeudi portent la moyenne quotidienne à 1274. La tendance est ainsi en baisse de 21 % sur une semaine. Ces chiffres ne reflètent toutefois qu’une partie des infections totales en raison de l’accès limité aux tests de dépistage par PCR. D’ailleurs, la proportion des tests de dépistage par PCR qui se sont révélés positifs à la COVID-19 demeure élevée, à 11,3 %.

La vaccination contre la variole simienne étendue

Pendant ce temps, le nombre d’infections de la variole simienne continue de monter graduellement au Québec, indique la Santé publique.

D’abord concentrés à Montréal, des cas ont été déclarés dans plusieurs régions du Québec. « Ces cas demeurent peu nombreux, mais ça nous invite à agir », a affirmé le directeur national de santé publique.

Ainsi, la vaccination contre la variole simienne est désormais élargie à tous les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes à travers le Québec.

Avec Pierre-André Normandin, La Presse