(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que le Canada allait faire un don supplémentaire de 220 millions à l’alliance mondiale de partage de vaccins COVAX.

Mis à jour le 8 avril
Mia Rabson La Presse Canadienne

Les fonds porteront le don monétaire total du Canada à COVAX à environ 700 millions pour l’achat, la livraison et la distribution de vaccins contre la COVID-19 pour les pays à faible revenu.

« Notre objectif collectif doit être d’accroître l’accès aux vaccins contre la COVID-19 et à d’autres contre-mesures médicales, afin que chaque pays ait ce dont il a besoin pour protéger sa population contre ce virus », a déclaré M. Trudeau vendredi, lors d’un sommet virtuel du COVAX.

Le programme COVAX a recueilli 1,7 milliard US supplémentaires auprès de pays comme le Canada lors de l’évènement.

L’argent est destiné à aider le Canada à tenir son engagement de donner au moins 200 millions de doses d’ici la fin de l’année.

Le dernier don en argent a pour objectif d’aider les pays bénéficiaires à se préparer à recevoir et à distribuer les vaccins proposés.

Le mois dernier, le ministre du Développement international, Harjit Sajjan, s’est rendu au Sénégal et au Ghana pour rencontrer des responsables locaux supervisant leurs programmes de vaccination.

M. Sajjan a déclaré que le problème des dons de vaccins ne concernait plus l’approvisionnement. Selon le ministre, les enjeux tournent plutôt autour des limitations de la distribution des vaccins dans les pays bénéficiaires, y compris les fournitures périphériques comme les seringues, et les niveaux élevés de réticence à la vaccination, en particulier chez les jeunes. Il a dit que ses discussions lors de ce voyage ont été utiles pour aider à orienter l’aide du Canada là où elle est le plus nécessaire.

« Le principal défi en ce moment pour nous n’est pas l’approvisionnement, a-t-il déclaré. Il s’agit de mettre en place tous les autres outils. »

Justin McAuley, porte-parole canadien de l’agence mondiale de lutte contre la pauvreté ONE, a déclaré que les nouveaux fonds sont utiles. Pour la première année des vaccins contre la COVID-19, l’approvisionnement a été la principale contrainte dans les pays riches comme dans les pays à faible revenu.

M. McAuley a déclaré que COVAX ne manquait plus de doses. Ses propres accords d’approvisionnement avec les fabricants de vaccins commencent à porter leurs fruits, et les pays riches comme le Canada qui ont accaparé toutes les premières doses de vaccins ont immunisé la plupart de leurs populations et disposent de nombreuses doses excédentaires.

« Mais certains pays n’ont pas les réfrigérateurs, les seringues et les agents de santé nécessaires pour injecter les doses, a déclaré M. McAuley. Ainsi, lorsque nous finançons COVAX comme nous l’avons fait aujourd’hui, cela garantit que le soutien logistique est là pour que nos doses ne finissent pas par se détériorer dans les entrepôts. »

Il a souligné que le financement peut également aider COVAX à organiser des campagnes de sensibilisation du public pour surmonter l’apathie et l’hésitation à se faire vacciner.

Mais M. McAuley a déclaré que le Canada avait commencé à offrir beaucoup de doses seulement lorsqu’il n’en avait plus besoin pour la population canadienne et, dans de nombreux cas, lorsque leur date de péremption approchait.

Il a fait valoir que le Canada devait fournir un approvisionnement stable et prévisible en dons de vaccins afin que les pays qui en ont besoin puissent se préparer à les recevoir et à les injecter.

Plus tôt cette année, John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, a demandé une pause dans les dons, car il y en avait tellement qui étaient offerts que les pays ne pouvaient pas faire face aux besoins de stockage ou les faire parvenir aux gens assez rapidement.

Il a déclaré que le transport de vaccins et de fournitures comme des seringues vers des endroits éloignés est toujours un défi, qu’il y a une pénurie de travailleurs de la santé capables d’administrer les vaccins et que la réticence à la vaccination est forte.

Le Canada a complètement vacciné 82 % de sa population et une troisième dose a été administrée à 48 % des gens. En tant que groupe, les pays les plus riches du monde ont complètement vacciné 74 % de leur population et injecté une dose de rappel à 38 %.

Les pays les plus pauvres ont complètement vacciné moins de 12 % de leur population, et seulement 15 % des habitants ont reçu ne serait-ce qu’une seule dose.

Le Canada a promis de faire don de 38 millions de doses provenant de ses propres approvisionnements nationaux et de 13 millions supplémentaires provenant de doses que le Canada s’est achetées auprès de COVAX, mais dont il n’avait pas besoin.

Jusqu’à présent, le Canada a expédié 14,2 millions de doses à 19 pays via COVAX et 762 000 autres directement à six pays dans le cadre d’accords bilatéraux de don de vaccins.

Il est précisé que 87 millions de doses supplémentaires ont été achetées par COVAX avec les dons financiers précédents du Canada, mais ce nombre est basé sur une formule de coût par dose développée par le Royaume-Uni, et COVAX lui-même dit qu’il ne peut pas confirmer le nombre exact.