(Ottawa) Le gouvernement Trudeau annoncera ce jeudi la fin des tests de dépistage de la COVID-19 obligatoires pour tous les voyageurs pleinement vaccinés (deux doses) qui entrent au Canada à compter du 1er avril.

Mis à jour le 16 mars
Joël-Denis Bellavance
Joël-Denis Bellavance La Presse
Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse

Trois ministres – le ministre des Transports Omar Alghabra, le ministre de la Santé Jean-Yves Duclos et le ministre du Tourisme Randy Boissonnault – confirmeront la levée de ces tests obligatoires durant une conférence de presse.

La fin de cette mesure arrivera à point nommé pour l’industrie touristique au pays. Elle réclamait qu’Ottawa jette du lest dans l’application des règles sanitaires pour les voyageurs qui sont pleinement vaccinés.

« Ce sera une bonne nouvelle pour l’industrie touristique », a indiqué à La Presse une source digne de foi qui a requis l’anonymat parce qu’elle n’était pas autorisée à parler publiquement des changements à venir.

Ces changements étaient à l’étude depuis quelques semaines, et ce, alors que l’ensemble des provinces annoncent la levée de la majorité des restrictions sanitaires. Les voyageurs devront continuer à utiliser l’application ArriveCAN avant de rentrer au Canada et fournir les informations pertinentes liées à leur retour comme le but du voyage et s’ils ont contracté la COVID durant leur séjour, par exemple.

Tout indique toutefois que le gouvernement fédéral va maintenir le dépistage PCR aléatoire des voyageurs après leur arrivée aux aéroports ou aux points de passage terrestres.

Il y a deux semaines, la Table ronde canadienne du voyage et du tourisme a demandé de nouveau au gouvernement Trudeau de mettre fin à toutes les exigences de tests de dépistage de la COVID-19 au moment de franchir la frontière, plaidant que le secteur du voyage peinait à reprendre son élan deux ans après le début de la pandémie.

Le président et chef de la direction du Conseil du patronat du Québec, Karl Blackburn, se réjouit à l’avance de cette décision d’Ottawa.

« Ça fait des mois qu’on réclame la fin des tests obligatoires à la frontière. Le Canada faisait cavalier seul avec des règles sanitaires aussi strictes. L’impression qu’on laissait à l’international, c’est qu’on était fermés à accueillir les touristes et les évènements d’envergure. Je suis soulagé. L’annonce va arriver juste à temps pour l’été », a déclaré M. Blackburn dans un courriel à La Presse.

Le mois dernier, Ottawa avait assoupli quelque peu les règles en permettant que les voyageurs utilisent des tests antigéniques rapides administrés par un professionnel de la santé. Auparavant, seuls les résultats négatifs à des tests PCR, plus coûteux, étaient acceptés. Ces changements sont entrés en vigueur le 28 février.

Toutefois, le maintien des tests de dépistages obligatoires pour les visiteurs étrangers et pour les Canadiens qui souhaitent éviter une quarantaine à domicile de 10 jours à leur retour restait un motif d’irritation majeur.

Selon la présidente de l’Association canadienne des agences de voyages, Wendy Paradis, les tests rapides demeuraient un « obstacle inutile » aux voyages familiaux et professionnels.

La tendance à la baisse se poursuit

La tendance à la baisse de la COVID-19 se poursuit au Québec, mais le nombre d’hospitalisations devrait se stabiliser au cours des prochaines semaines. La province rapportait mercredi une diminution de neuf hospitalisations, mais 11 décès viennent alourdir le bilan. Les 11 nouveaux décès portent la moyenne quotidienne calculée sur sept jours à 12. La tendance est ainsi à la baisse de 21 % sur une semaine. Le bilan de la pandémie au Québec s’établit ainsi à 14 213 décès depuis mars 2020.

Les hospitalisations continuent toutefois de diminuer. La baisse de neuf hospitalisations rapportée mercredi porte à 1073 le nombre de personnes hospitalisées. Le nombre de patients a ainsi diminué de 12 % depuis une semaine.

La baisse est plus forte aux soins intensifs. On y signale 56 personnes avec la COVID-19, soit 10 de moins que la veille. Le nombre de patients y a reculé de 19 % depuis une semaine.

Notant que les hospitalisations diminuent depuis maintenant huit semaines, l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) anticipe que celles-ci devraient se stabiliser au cours des deux prochaines semaines. Avec une soixantaine de patients admis quotidiennement, les hôpitaux devraient ainsi continuer de compter un millier de patients avec la COVID-19, selon les plus récentes projections de l’organisation. La pression devrait toutefois continuer de diminuer aux soins intensifs.

Le Québec rapporte également mercredi 1380 nouveaux cas de COVID-19, portant la moyenne quotidienne à 1068. La tendance est ainsi en baisse de 5 % sur une semaine. Les cas sont toutefois moins représentatifs en raison des limites imposées au dépistage.

La campagne de vaccination au Québec continue de faire du surplace. La province administre environ 6250 doses par jour alors que moins de la moitié des Québécois ont reçu leur dose de rappel. À ce jour, 86,6 % des Québécois ont reçu une dose, 82,7 % en ont eu deux, mais seulement 49,5 % en ont reçu trois.