(Ottawa) Santé Canada a approuvé jeudi Covifenz, le vaccin contre la COVID-19 conçu par la pharmaceutique québécoise Medicago. Il s’agit du premier vaccin mis au point ici qui est homologué par le régulateur et le premier au monde produit à base de plantes.

Mis à jour le 24 février
Mylène Crête
Mylène Crête La Presse

Les Canadiens peuvent avoir « l’assurance que Santé Canada a mené un examen exhaustif afin de s’assurer que le vaccin est fabriqué selon des normes de qualité élevées et que les données scientifiques à l’appui de l’innocuité ainsi que de l’efficacité du vaccin sont conformes aux normes canadiennes », a affirmé le directeur du bureau des sciences médicales de Santé Canada, Marc Berthiaume.

Covifenz est le sixième vaccin approuvé par Santé Canada pour lutter contre la COVID-19. Il est destiné aux adultes de 18 à 64 ans. Lorsque les essais cliniques ont eu lieu, la grande majorité des aînés étaient déjà vaccinés et la phase III ne comptait pas suffisamment de participants de plus de 65 ans pour satisfaire le régulateur.

PHOTO PATRICE LAROCHE, LE SOLEIL

Installations de la pharmaceutique Medicago sur l’avenue d’Estimauville, à Québec

Medicago recueille actuellement des données sur l’utilisation chez les aînés et sur son utilisation comme dose de rappel. Le fabricant québécois recommande l’inoculation de deux doses à 21 jours d’intervalle.

Les essais cliniques, menés chez quelque 30 000 participants, démontrent que le vaccin de Medicago est efficace à 71 % pour la prévention des symptômes de la maladie et à 100 % pour la prévention de la COVID-19 grave lorsque ce calendrier est respecté.

L’approbation de notre vaccin contre la COVID‑19 est une étape importante pour le Canada dans la lutte contre la pandémie.

Takashi Nagao, président et chef de la direction de Medicago

Le sérum protège contre cinq variants du virus : Alpha, Delta, Gamma, Lambda et Mu. « Sur la base des données de laboratoire préliminaires, le vaccin entraîne aussi la production d’anticorps neutralisants contre le variant Omicron », a indiqué Marc Berthiaume.

Covifenz devrait être offert à partir de la mi-mai au Canada, selon le gouvernement. Medicago doit livrer 20 millions de doses en 2022 en vertu de son contrat.

Les effets secondaires sont comparables à ceux des autres vaccins contre la COVID-19 et comprennent de la douleur et de la sensibilité au site de l’injection, des maux de tête, des courbatures, de la fièvre et des frissons. Selon les essais cliniques, la plupart de ces symptômes sont de modérés à légers et se résorbent en quelques jours.

Premier vaccin à base de plantes

Le vaccin à particules pseudovirales de Medicago est le premier vaccin dans le monde produit à partir d’une plante. « Le vaccin a comme ingrédient actif des particules qui imitent la protéine de spicule du virus, a expliqué le DBerthiaume. Ces particules pseudovirales sont cultivées dans une plante semblable au tabac qui peut produire ces particules en grande quantité, en peu de temps. »

Ces particules, qui imitent la structure naturelle du virus, déclenchent la réponse immunitaire après l’injection.

Ce processus permet à l’organisme de développer une forte réponse immunitaire contre la protéine de spicule sans exposition au virus qui cause la COVID-19.

Le Dr Marc Berthiaume, directeur du bureau des sciences médicales de Santé Canada

Il existe d’autres vaccins à particules pseudovirales comme ceux contre le virus du papillome humain et contre l’hépatite B, mais ceux-ci ne sont pas produits à l’aide de plantes.

Maintenant que le vaccin Covifenz est homologué par Santé Canada, il revient au comité consultatif national de l’immunisation et au comité sur l’immunisation du Québec de faire des recommandations pour son utilisation au pays. Près de 80 % des Canadiens sont considérés comme étant entièrement vaccinés contre la COVID-19 et 44 % ont reçu une dose de rappel.

Le vaccin québécois devrait également servir aux efforts de vaccination dans les pays en voie de développement. Le Canada s’est engagé à donner l’équivalent de 200 millions de doses d’ici la fin de l’année au programme COVAX, codirigé par l’Organisation mondiale de la santé pour assurer l’équité vaccinale.

Les hospitalisations toujours en forte baisse au Québec

Les hospitalisations liées à la COVID-19 frisent maintenant la barre des 1600 patients, dont moins de 100 aux soins intensifs, une première depuis Noël. La province recense toutefois encore 28 morts liées au virus, ce qui porte la moyenne quotidienne calculée sur sept jours à 17. La tendance est ainsi en baisse de 39 % sur une période d’une semaine.

À ce jour, 1604 patients demeurent hospitalisés en lien avec le virus. Aux soins intensifs, on compte 96 patients, une baisse de 6 cas en 24 heures (9 entrées et 15 sorties), ce qui constitue un recul marqué de 23 % sur une période d’une semaine. Québec a recensé jeudi 1517 nouveaux cas de COVID-19, ce qui porte la moyenne quotidienne à 1521, en baisse de 27 % sur une semaine. Il convient toutefois de rappeler que les limites imposées au dépistage rendent ces données nettement moins représentatives.

La campagne de vaccination québécoise continue toutefois de ralentir rapidement. Mercredi, à peine 12 450 doses supplémentaires ont été administrées, auxquelles s’ajoutent 141 vaccins donnés avant le 23 février qui n’avaient pas encore été comptabilisés. À ce jour, 86,5 % de la population québécoise a reçu une dose, 82,2 % en a maintenant deux, pendant que 48,1 % des Québécois ont reçu leur dose de rappel contre la COVID-19.

Henri Ouellet-Vézina et Pierre-André Normandin, La Presse